In my mailbox

Presses de la cité

Fin 1936. La jeune romancière Martha Gellhorn a vingt-sept ans mais déjà une solide réputation de globe-trotteuse. De neuf ans son aîné, Ernest Hemingway est en passe de devenir le monstre sacré de la littérature américaine. Elle est célibataire mais connaît les hommes, il en est à son deuxième mariage. Entre eux, la complicité est d’abord intellectuelle. Mais la guerre a le pouvoir d’attiser les passions… Du New York bohème à l’Espagne ravagée par le franquisme, les amis deviennent amants. Et les voilà repartis sur les routes, entre l’Amérique, l’Europe et Cuba. Seulement, au gré de leurs allées et venues dans un monde à feu et à sang et d’une
rivalité littéraire qui ne cesse de croître, les deux époux ne tarderont pas à goûter aux fruits amers de la vie conjugale…

L'archipel

Reine de France à l’âge de neuf mois, veuve du roi François II à dix-huit ans, Mary Stuart regagne son pays, l’Écosse, pour y être accusée du meurtre de son mari, d’adultère avec le comte Bothwell et d’idolâtrie par ses opposants protestants.

Ayant franchi la frontière anglaise, la souveraine déchue est faite captive, puis jugée et accusée de trahison par celle qu’elle vénère et dont elle convoite la couronne : sa cousine Elizabeth Ier d’Angleterre.

Victime ou coupable, Mary Stuart a toujours clamé son innocence. À défaut d’avoir réellement régné, elle fut l’enjeu d’un triple duel opposant les catholiques aux protestants, les Stuart aux Tudor et les Anglais aux Espagnols…

Décapitée à quarante-quatre ans, elle devint martyre de la foi au lendemain de son exécution, le 8 février 1587. Sa fin héroïque la transformait en mythe.

De la couronne de France abandonnée à la couronne d’Écosse confisquée, l’histoire de Mary Stuart est semée d’énigmes. A-t-elle voulu attenter aux jours d’Elizabeth Ier et favoriser un débarquement espagnol ?

Son destin brasse près d’un demi-siècle de confrontations dynastiques, de soulèvements nationalistes et de conflits religieux, que dépeint également Luc Mary dans cette biographie.

Automne 1957. Douze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Otto, le père d’Anne Frank, rend visite en Suisse à une étoile montante du cinéma, Audrey Hepburn. Il veut la persuader d’interpréter le rôle de sa fille dans un lm qui va lui être consacré.
Printemps 1929. Deux filles voient le jour, Audrey à Bruxelles, Anne à Francfort. Toutes les deux marqueront l’histoire.
Les deux adolescentes partagent bien des points communs. Toutes deux ont été contraintes de quitter très jeunes leur pays natal. Audrey, issue de la haute société européenne, est envoyée dans un pensionnat anglais. Juifs, Anne et sa famille fuient aux Pays-Bas.
Les deux filles avaient une relation compliquée avec leur mère et trouvent refuge dans la danse pour l’une, dans l’écriture pour l’autre.
La demande d’Otto réveille en Audrey de douloureux souvenirs. Ses parents, sa mère en particulier, ne frayaient-ils pas avec de hauts dignitaires nazis ?

Je complète

Elliot et la déesse Vierge n’en ont pas fini avec les ennuis : le démon de la mort Thanatos cherche toujours à dominer le monde, désormais aidé par sa terrifiante mère, Nyx, la déesse de la Nuit. Et pour couronner le tout, Héra, enquêtrice en chef sur la conduite immortelle, a privé de liberté les dieux de l’Olympe en punition pour être intervenus dans le monde des humains. Elliot et Vierge se retrouvent donc seuls et partent en quête de héros capables de les aider. Néanmoins, après avoir raccroché leur carrière héroïque, Hercule et les autres seront-ils prêts à reprendre du service ?

Et vous, qu’avez-vous découvert?

2 commentaires

Donnez moi votre avis

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
%d blogueurs aiment cette page :