Le serment des justes de Jean-Luc FABRE

Romans

 En décembre 1942, Paul et Julie recueillent Mériam, une jeune fille de treize ans, muette, qui a pris la fuite dans l’idée de rejoindre l’Espagne. Ils ont entendu dire que, dans les montagnes avoisinantes, il existait des solutions pour aider l’adolescente. Sur place, ils rencontrent un couple, Abel et Madeleine, qui ne souhaite plus remplir ce type de missions, la sécurité étant menacée dans la région, mais accepte tout de même d’accueillir Mériam pour quelques jours. Ce premier contact avec la Résistance sera le point de départ de l’engagement de Paul et Julie contre l’Occupation allemande.

Edition: De Borée

Nombres de pages: 276 pages

Mon avis: Julie et Paul, en pleine année 1942, tentent de protéger Meriam, une june fille muette. Ils ont l’intention de la faire passer clandestinement en Espagne, espérant lui apporter ainsi la sécurité dont elle a besoin.
Mais les choses ne sont pas si évidentes. Les passeurs dont on leur a parlé ne prennent plus le risque d’héberger des jeunes fuyards, car les choses commencent à être trop connue. Malgré tout, Abel et Madeleine se prennent très vite d’affection pour l’enfant, au point de faire une exception pour elle, allant même jusqu’à demander de faux papiers la déclarant comme leur fille.
Pendant cette année, et jusqu’à la libération, Paul et Julie vont travailler activement dans la résistance de la région, cherchant à saboter les actions allemandes au péril de leur vie.
C’est un récit lent, doux et rude à la fois. Entre Julie et Paul, qui incarnent la force vive des Français, et Abel et son épouse qui sont la force tranquille, il y a un réel choc des générations. La jeune Mériam est le lien qui relie les deux couples.  D’autres personnages secondaires font bien entendu leur apparition, mais ils ne restent pas assez longtemps dans le tableau pour avoir une réelle place dans la chute du livre.
Le sujet m’a intéressé. Une vision romancée de la résistance française lors de la Seconde Guerre Mondiale et des dangers que ces gens ont encouru ont une réelle importance pour moi.
Mais malgré cela, je trouve que le récit reste assez plat, sans hausse de ton, restant toujours sur un même caractère. J’ai décroché parfois, car le rythme est lent, et rien ne vient altérer ça.
Je trouve ça dommage.

Points attrbués: 7/10
Je remercie l’édition De Boree pour cette lecture régionale.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  1. memelessorciereslisent 23/07/2015 5 h 46 min

    Lire ce genre de livre n'est pas dans mes habitudes. Cependant on peut être surpris des fois… Mais tu le décris aussi comme lent et plats, je pense passer mon chemin du coup. *Anne*

  2. bea285 21/07/2015 8 h 58 min

    Cette lecture me tente très peu. Mais je ne suis pas littérature de terroir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :