Edition: De Borée

Nombre de pages: 489 pages

Résumé: 1936. Tandis que l’Europe assiste impuissante à la montée inéluctable du nazisme, Flavie Prévot, vingt-deux-ans, intègre l’école d’infirmières de l’hôpital Notre-Dame de Montréal, un des plus importants établissements de santé du Canada. Mais ce rêve d’enfant sera bien vite tempéré par les religieuses, peu enthousiastes de voir leur influence diminuer au profit de l’émancipation des jeunes femmes, et par les médecins, plus désireux de multiplier les conquêtes que de tomber amoureux.
Qu’importe. Flavie, idéaliste, n’a qu’un objectif : alléger la souffrance des patients. Elle se lie d’amitié avec Simone, une jeune orpheline réservée et sérieuse qui entend échapper au mariage et à la maternité. Tout le contraire d’Evelina, qui veut devenir infirmière pour épouser un médecin. Malgré leurs différences, les trois jeunes femmes vont nouer une indéfectible amitié.

Merci à l’édition De Borée pour cette lecture canadienne

Mon avis: Flavie a un rêve: devenir infirmière. Aussi, elle passe l’examen d’entrée, et s’apprête à vivre sa première année d’instruction médicale à l’école d’infirmière Notre-Dame.

Inquiète et pourtant décidée, elle est prête à apprendre son future métier, en compagnie d’autres élèves, dont certaines se révéleront être de merveilleuses amies…

 

J’avais entendu parler de cette série à de nombreuses reprises. Ce genre de saga (oui oui, il y a plusieurs tomes) fait en général mon bonheur. Ajoutez le lieu où l’histoire se déroule, le Canada, et l’époque, début du XXème siècle. Et je me retrouve avec, dans les mains, une recette parfaite pour me faire passer un bon moment de lecture.

Je dois bien avouer que cette lecture n’aura pas fait long feu! Dès les premiers chapitres, Flavie m’a emporté à sa suite, dans les couloirs de son école, sur les bancs des salles de classes, et dans les chambres de l’hôpital. 

 

Marylène Pion nous recrée un univers qu’on ne connait plus aujourd’hui. Elle nous rappelle les traditions, les habitudes, la mentalité de l’époque traitée. Les jeunes filles qui voulaient devenir infirmières avaient plutôt intérêt à avoir les nerfs solides. On ne laissait que peu de repos, et l’étude devait être exemplaire.

Les jeunes étudiantes sont aussi diverses que possibles. De Flavie, inquiète de bien faire; à Evelina, délurée et décidée à trouver un mari; à Simone, ancienne institutrice et qui a décidé de se reconvertir. Chacunes ont leurs motivations et leurs forces.

 

J’ai beaucoup aimé ce premier tome tout en finesse et en douceur. Il m’a donné le goût de lire la suite dès que cela sera possible!

Partager :