Si c’est la fin du monde de Tommy WALLACH

Young adult

 Avant, on était définis par des étiquettes: le sportif, l’intello, la salope, le glandeur.Mais ensuite, tout a changé.
La fin du monde a été annoncée.
Un astéroïde arrivait dans deux mois.
Il avait deux chances sur trois de faire exploser la Terre.
Il ne restait que deux mois.
Deux mois pour renoncer aux étiquettes.
Deux mois pour réaliser ses rêves.
Deux mois pour s’aimer, pour être libres, pour être heureux.
Deux mois pour vivre.
Pour vivre vraiment.

Edition: Nathan jeunesse

Nombre de pages: 465 pages 

Mon avis :Quatre jeunes d’une même ville, d’un même lycée, mais menant des vies tout à fait différentes.
Anita est la bonne élève, poussée par un père qui ne jure que par la réussite absolue. Eliza est l’électron libre : livrée à elle-même, elle gère sa vie comme elle l’entend. Andy suit à la trace son meilleur ami qui lui en fait voir de toutes les couleurs pour une raison bien précise. Peter est le sportif reconnu, celui qui a une jolie copine, et quelques espoirs en poche.
Un seul fait va les rapprocher : la prochaine fin du monde, celle qui débarque dans deux mois, sous forme d’un astéroïde s’approchant de la terre. Si les pourcentages de destruction ne sont pas au maximum, il n’en reste pas moins vrai que le monde s’inquiète.
C’est ce qui provoque le relâchement des convenances, et tout part vers l’anarchie. A travers cela, ces quatre jeunes vont découvrir qu’il peut aussi y avoir de belles choses dans la vie…
Bon, les dystopies pré ou post-apocalyptiques sont rarement de mon genre. Il m’arrive d’en
apprécier quelques-unes, mais il faut pour cela qu’elles soient vraiment bien construites.
L’auteur a choisi quatre personnages principaux diamétralement opposés. Ca, c’est un point positif. Mais leurs personnalités sont floues, pas toujours bien définies. Certaines réactions vont à l’opposé des raisonnements que se tiennent in petto ces protagonistes. Ca, c’est par contre moins bien.
Alors, évidemment, en se mettant à la place de ces êtres dont l’avenir se trouve restreint, on peut comprendre que les idées soient chamboulées, et qu’ils décident à certains moments de faire n’importe quoi. Ce sont des adolescents après tout…. Mais j’ai trouvé que le livre atteignait quand même un degré de bêtise à certains moments.
Qu’une jeune fille bien sous tous rapports décide, tout d’un coup, d’incendier un magasin, est pour moi complètement incompréhensible. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres bien sûr.
Il y a quelques personnages secondaires que je n’ai pas du tout aimé : Bobo, Golden, … Ces mauvais garçons ont réussi à certains moments à tirer la couverture à eux, et de transformer ce roman en histoire de bas-fonds.
Je pense que, réellement, cette histoire-ci n’était pas pour moi. Je n’en garde pas de réel plaisir, et je suis vraiment, vraiment, restée sur ma fin. J’attendais une autre conclusion.
Points attribués : 5/10
Je remercie l’édition Nathan pour cette lecture pré-apocalyptique.
Il vous tente?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :