Edition: Nathan jeunesse

Nombre de pages: 160 pages

%
Résumé: Sofia est désespérée : ses parents vont divorcer et elle se sent responsable. Son père et sa mère étaient en désaccord permanent sur le fait qu’elle étudie loin d’eux, à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. Peut-être que tout s’arrangerait si elle rentrait en Italie ? Après tout, là-bas aussi, elle pourrait danser. Mais sans sa bande de copains, ça n’aurait jamais la même saveur et, surtout, serait-elle vraiment prête à renoncer à l’enseignement de la prestigieuse école française ?

Merci à l’édition Nathan jeunesse pour cette plongée douce

Mon avis: Sofia revient d’Italie le cœur très lourd. Pendant ses vacances, ses parents lui ont annoncé qu’ils allaient divorcer. Elle se sent coupable, car elle est certaine que c’est le fait de l’avoir envoyé dans une école loin de chez eux qui a divisé irrémédiablement le couple.

La jeune fille doit d’abord réfléchir à ses émotions avant de réagir, et d’envisager la suite de son année scolaire. Heureusement, ses amis sont là pour la soutenir.

11ème tome d’une série qu’on a plus besoin de présenter. Une belle couverture d’un bleu profond. Des dessins toujours aussi gracieux, et une police d’écriture vraiment très agréable à lire.

Cette série a vraiment tout pour elle. Comme pour les précédents numéros, son arrivée à la maison à créer un grand mouvement de joie chez ma fille. Je me suis d’ailleurs empressée de le lire le jour même, pour qu’elle puisse à son tour le découvrir. Ce qu’elle a fait le soir même, étalée à côté de moi.

Elizabeth Barfety touche une nouvelle fois à un sujet sensible : le divorce. Divorce qui va bouleverser l’univers de la jeune danseuse, à plus d’un titre d’ailleurs. Le désarroi de Sofia, la sensation que cette séparation est de sa faute, et l’impression de voir sa famille s’écrouler plonge la jeune fille dans un état désastreux, forcément.

Mais comme toujours, l’auteur nous montre également l’autre facette, celle de la possibilité de trouver des compromis, des accords, et les bienfaits de la discussion. Une façon d’aborder les choses que j’aime énormément.

Je parle très souvent de cette série dans mon entourage. Ma nièce de 8 ans, récemment en vacances à la maison, avait été très intriguée par ces livres. Je continue donc de dire que c’est une série abordable pour tous les petits lecteurs !

Partager :