Hello les amis!

Hier, comme prévu, je me suis rendue à la Foire du livre de Bruxelles. De quoi m’en mettre plein les mirettes bien entendu… De quoi craquer de nombreuses fois, évidemment!

Et pour participer à un événement dont je vous ai parlé ces derniers jours: le concours de chroniques d’élèves. Vous vous rappelez?

Je vais d’ailleurs commencer par vous raconter ça.

 

Il y a quelques jours, je vous avais appelé à voter pour la meilleure des chroniques écrites par un groupe ayant eu l’opportunité de recevoir un livre avant sa sortie en librairie, ainsi que la visite de l’auteur lui-même.

Ils lisent – Ils chroniquent L’Archipel

Ces jeunes élèves, n’ayant pas tous une passion littéraire, se sont pris au jeu, et ont écrit leurs ressentis, leurs impression à propos de ce livre et de la rencontre qui a suivi.

Trois prix différents, offerts par l’édition Casterman, étaient à remporter:

  • une chronique choisie par Bertrand Puard
  • Une choisie par l’équipe de Casterman
  • et la dernière, sélectionnée par les votes déposés ici.

J’avais été vraiment conquise par ce projet, que je vois comme une façon d’intéresser les jeunes ados à d’autres centres d’intérêt que les consoles, ou les écrans.

Aussi j’ai été ravie de remettre moi-même le prix à la personne choisie par les votes (même si ceux-ci ont été un peu tronqués par les petits élèves eux-mêmes et qu’il a fallu rétablir les choses hihi).

En voilà quelques photos.

Je n’ai pris aucune photos des différents stands. Pas parce qu’ils n’étaient pas intéressant. Au contraire!

Mais vous êtes nombreux déjà à nous montrer toutes sortes de photos, prises sous tous les angles, et qui nous montrent déjà les merveilles qu’abrite un salon du livre.

Du coup, je me suis offert le luxe de me promener allègrement, de long en large, dans les allées. J’ai fouiner sur pratiquement tous les stands, baver sur au moins 350 livres, pris et reposé au moins autant d’autres livres, et contemplé les oeuvres graphiques un peu plus longuement. Bien que je ne sois pas une grande lectrice de bande dessinées, j’aime voir le travail fourni pour leur réalisation.

Bon, et bien sûr, je me suis gâtée quand un peu… beaucoup!

Le manoir Larkspur.

Ils sont tous venus y chercher quelque chose.

Pour Poppy, une famille.

Pour Azuma, un pensionnat.

Pour Marcus, une école de musique.

Pour les jumeaux Dash et Dylan, un plateau de tournage.

Mais rien de tout cela ne les attendait.

Le manoir Larkspur n’est pas la maison de leurs rêves.

C’est la prison où leurs pires cauchemars deviennent réalité.

ENTRE DANS LA MAISON DES OMBRES… SI TU L’OSES.

Au départ, c’est chéri qui l’a choisi. Mais connaissant ma rapidité de lecture (il ne fait qu’un peu plus de 200 pages), il m’a proposé de le lire avant lui. 

C’était chose faite hier soir!

Armand, 15 ans, est architective, tout comme son père.

Imaginez : vous entrez dans un bâtiment et, en retenant votre respiration, vous avez accès à son âme, à toute sa mémoire, à ses souvenirs et à ses blessures, à ses pièces cachées et à ses moindres secrets. Les murs ont des oreilles, les murs se souviennent, et ils racontent leur histoire à ceux qui savent écouter…

Entre deux enquêtes pour le compte de son père, architective lui aussi, Armand essaie de mener la vie normale d’un adolescent parisien de 15 ans qui entre au lycée…

Il est sorti depuis un moment maintenant, mais il me faisait très envie!

Bien que pris dans les mains, puis reposé sur l’étalage, il s’est retrouvé dans mes sacs à la sortie! Eh oui, chéri était repassé par là hihi

Je m’appelle Irini. Mes parents m’ont abandonnée.

Je m’appelle Eleanor. Quand ma sœur avait trois ans, mes parents l’ont abandonnée. Moi, ils m’ont gardée.

Deux sœurs. Deux vies séparées. Une seule et même famille, unie par un atroce secret.

Irini n’avait que trois ans lorsqu’elle a été abandonnée par ses parents. Sa sœur, elle, est restée. Ils lui ont préféré cette sœur tyrannique, destructrice et méchante.

Vingt ans ont passé. Une nuit, Irini reçoit un coup de téléphone de cette sœur qu’elle n’a pas revue depuis si longtemps. Eleanor lui apprend que leur mère vient de mourir, et la presse de revenir dans la maison familiale, en Ecosse, pour l’enterrement.

En acceptant de renouer avec sa famille au-delà de la mort, Irini ne se doutait pas qu’elle réveillerait des fantômes bien plus traumatisants que ceux contre lesquels elle se bat depuis toujours. Elle pensait que ses parents ne voulaient plus d’elle. Et si la vérité était plus horrible encore ?

Sorti depuis peu, mais il a l’air vraiment très très intrigant!! Bragelonne aura ma peau! Hihi

 » Tu es un enfant ?

Tu possèdes des aptitudes exceptionnelles ?

Tu souhaite vivre une expérience unique ? « 

Quand cette annonce paraît dans les journaux, des dizaines d’enfants se présentent pour participer à une série de tests tous plus saugrenus les uns que les autres. Seuls quatre candidats sont sélectionnés. Ils font la connaissance de l’étrange recruteur, Mr Bénédict, qui leur confie ses plans : ils doivent infiltrer une pension dirigée par un savant mégalomane soupçonné de contrôler les esprits de ses élèves. Mr Bénédict leur donne un seul conseil : se serrer les coudes.

Le Mystérieux Cercle Bénédict est né !

Voilà une petite série qui m’attirait bien jusque-là, et que je pourrai probablement partager avec ma fille.

Je pense qu’il  n’est plus nécessaire de vous les présenter, n’est-ce pas?

Je possédais le premier tome, mais n’osais l’entamer avant d’avoir la suite  (plusieurs blogueuses me l’ont conseillé). Du coup, là, je vais pouvoir me lâcher!

J’en rêvais… Dans ma région, je n’ai jamais trouvé de tasse avec des textes se rapportant à la lecture. 

Mais quand j’ai vu celle-ci, je n’ai pas hésité!

J’ai enfin mon précieux!!! hihi

Et enfin, ma collection de marques-pages s’est considérablement agrandie!!

1 Comment

  1. Pingback: Bilan récapitulatif de février 2018 - Au fil des pages

Donnez moi votre avis

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
%d blogueurs aiment cette page :