Afficher : 21 - 29 of 29 Articles
Romans

La femme de Parihaka de Witi IHIAMERA

Un professeur d’histoire à la retraite traduit le journal de son ancêtre. Dans la Nouvelle-Zélande du XIXe siècle, cette femme maorie s’est élevée, avec celui qu’elle aimait, pour lutter contre la spoliation de leurs terres, dans une quête de dignité et d’identité. Derrière la fiction apparaissent en filigrane l’histoire maorie et la campagne de désobéissance civile qui aurait inspiré Gandhi.
Mon avis: Juste après avoir lu le livre Le pays du nuage blanc, de Sarah Lark, je découvre celui-ci.
J’ai trouvé ce livre absolument prenant. L’histoire est vraiment très bien écrite. Bien que ce soit romancé, le fond historique est bien présent, ce que j’ai beaucoup aimé.
Les dates, les personnages historiques, les noms de villes, les dates de constructions, etc
J’ai lu ce livre rapidement. Prise dans le récit, je n’ai pas vu les pages défiler.
Erenora, le personnage principal, est attachante par son caractère et sa force de vivre.
Les révolutions pacifiques des maoris face à l’invasion des colons sont impressionnantes, et m’ont beaucoup touché.
Si je devais donner un point négatif, c’est qu’il y a beaucoup de phrases en allemand ou en maori qui ne sont malheureusement pas traduites.
Mais c’est un très bon livre qui, à mon sens, mérite vraiment d’être lu.
Points attribués: 9/10
[su_divider]
Romans

Deux nuances de brocoli de Marie LAURENT

 Le chemin d’Amalia Faust, brave fille complexée et un peu nunuche, caissière chez Brico, croise par hasard celui d’Edouard Green, le séduisant patron d’une boîte de sex toys. Green propose bientôt à Amalia un étrange pacte. Elle découvre un univers insoupçonné où sexe, légumes et soumission sont étroitement associés. Mais à la longue, les positions inconciliables des deux héros risque de rendre leur relation difficile.

Marie Laurent nous offre une parodie déjantée et savoureuse (c’est le cas de le dire), de Cinquante Nuances de Grey.  

 Mon avis: J’étais curieuse de lire cette parodie. Je n’avais pas aimé les cinquantes nuances de Grey.
Et je me demandais si cette version me plairait…
 Eh bien oui!!!
 Le décor est identique: la rencontre dans un magasin de bricolage, l’attirance physique…
Mais Green n’est pas Grey, et ses attirances sexuelles sont tout autres: les légumes font son bonheur!

Amalia le rencontre sur son lieu de travail, et se laisse charmer, sans se faire trop d’illusions.

 Mais Green persévère et arrive à ses fins: Amalia s’installe chez lui et signe un pacte.

Les expressions sont drôles, très imagées, et j’ai adoré!!

L’ambiance est nettement moins glauque que dans l’autre livre, et j’ai également beaucoup apprécié.
L’épilogue est aussi très chouette, elle met une belle touche finale à ce livre.
 Points attribués: 7/10  
 Je remercie les éditions Artalys pour cette lecture.
[su_divider]
Romans

L’héritage de tata Lucie de Philippe SAIMBERT

 Tata Lucie est une emmerdeuse. De son vivant ce n’était pas une sainte mais, une fois morte, elle se surpasse pour pourrir la vie de sa famille. Le testament est clair : pour toucher l’héritage, ses neveux doivent s’installer avec toute leur famille dans la maison de la défunte. Et ce n’est pas un palais ! Tata Lucie leur a réserve une autre surprise, une sorte de chasse au trésor rocambolesque, les pieds dans la boue. Bienvenue à la campagne ! C’est certain, les chers neveux ne vont pas s’ennuyer et, au coeur du Béarn, ils sont entraînés dans une aventure qu’ils ne risquent pas d’oublier… Mais que ne ferait-on pas pour toucher le pactole ? Comique de situation, dialogues savoureux et coups de théâtre s’enchaînent jusqu’au final orchestré par la chère tata Lucie. Un dénouement forcément étonnant.
Mon avis: Dès les premières pages, j’ai tout de suite su que j’allais passer un bon moment avec ce livre…
Les personnages sont piquants, hauts en couleur, tonitruants et pleins de bonne volonté… si l’on peut dire.
Tata lucie vient de décéder, et 4 frères se retrouvent, avec leurs familles respectives, coincé en plein milieu de nulle part, en rase compagne.
Chaque personnage du livre a son importance et son caractère. Les hommes sont vraiment haut en couleur: plein de « bonnes » idées, la langue leste, et le geste généreux.
Ils ont un franc-parler qui décape, qui fait rire, et qui mérite que l’on retienne quelques expressions.
Les femmes sont également à remarquer: de la fada de la nourriture macrobiotique à la tante bien sous toutes ses formes (et c’est à prendre au sens propre comme au figuré), elles sont là pour maintenir le bateau de l’aventure à flot.
Valérie, cousine du narrateur, adolescente accomplie, sachant mettre ses formes en valeur, trouvera sa place, elle aussi, dans l’histoire.
Et enfin, la petite Caroline, petit personnage piquant, sûre de son fait, martyrise le narrateur autant qu’elle le peut… elle y réussit fort bien d’ailleurs.
Bref, vous aurez compris que j’ai passé un très très bon moment en leur compagnie. Ce livre sent bon le mois d’été, les réunions de famille, les repas à la bonne franquette et la chasse au trésor.
C’est un livre divertissant, léger, et qui mérite d’être découvert.
 
Points attribués : 7/10
[su_divider]
Autre

Les petits cahiers d’antan de Jacques GIMARD

 Redécouvrez l’histoire de France à travers les héros qui l’ont façonnée. Révisez vos classiques tout en vous amusant grâce à ce petit cahier pratique et ludique à la fois illustré de gravures d’époques.

Découvrez le destin de 54 illustres personnages qui, par leur bravoure, ont réussi à laisser leur nom dans l’histoire. Illustré de gravures tirées de manuels scolaires d’autrefois, ce cahier pratique restitue de façon ludique leur biographie, des anecdotes, leurs faits d’armes, leurs citations et celles de leurs contemporains…

N’attendez plus pour partir à la conquête de la France !

 

Mon avis: J’étais bien curieuse d’ouvrir ces petits cahiers et d’en découvrir leurs contenus.
Je n’ai pas été déçue!
Le principe: une double page par personnage qui a marqué l’histoire. Des anecdotes, une phrase historique, des dates importantes à retenir. Entre tous ces petits encarts, se sont glissés de petits questionnaires, qui permet d’aborder le sujet de façon très ludique.
Une ligne du temps se déroule également tout au long des pages, permettant de vraiment bien situer chaque homme dans l’histoire de France.
A l’intérieur de la couverture, j’ai aussi trouvé la liste des rois, empereurs et présidents par ordre chronologique, avec toutes les dates respectives.
Je trouve ces cahiers vraiment très bien fait, instructif et à la portée de tous. Je pense en particulier aux écoliers, à qui cela pourrait être utile.
J’en ai retiré moi-même quelques anecdotes que je ne connaissais pas. Et cela m’a d’ailleurs encouragé à m’intéresser plus longuement sur certains dirigeants dont on parle dans ces cahiers.
J’en lirai d’autres si l’occasion se présente
Points attribués: 9/10
Merci à la maison d’édition Hors collection pour cette jolie découverte
[su_divider]
Romans

Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché de David SAFIER

Mis à part l’infidélité de son taureau, Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l’Allemagne. Jusqu’au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu’elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes.
Afin d’éviter de finir entre deux tranches de pain, Lolle, maligne comme un singe, décide de s’enfuir avec ses amis pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l’Inde ! Mais Old Dog, le chien sanguinaire du fermier, a bien l’intention de les en empêcher et de croquer cette sacrée vache !
Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l’autre côté de l’Atlantique, de New York à l’Ouest américain, territoire des bisons, jusqu’aux contreforts de l’Himalaya, dans l’antre du yéti…  
 Mon avis: Avez-vous déjà essayé de vous imaginer réincarné dans le corps d’une vache?
 Laissez-moi vous dire que la vie bovine est bien moins chouette qu’il n’y parait.
Lolle, vache narratrice, nous raconte ses déboires, ses découvertes (quoi?? les vaches terminent en petits morceaux sur deux morceaux de pain??), ses péripéties pour atteindre le bonheur…
 Le jour ou elle découvre que le fermier à qui elles appartiennent à décidé de les vendre pour qu’on en fasse des steaks hachés (eh oui, les vaches comprennent ce qu’on dit), Lolle et quelques amies décident de s’enfuir pour aller en Inde, pays de la vache sacrée.
Pourquoi? parce qu’un matou mal en point leur a expliqué que là-bas, on ne les tue pas, bien au contraire.
Voila donc Lolle, Ptit Radis, Hilde et Susie parties sur les routes, en suivant les indications du félin.
 Bien loin d’être juste un roman humoristique, j’ai trouvé parmi les pages de ce livre quelques perles philosophiques.
L’essentiel du sujet est finalement la recherche du bonheur. Comment le trouver, et qu’est-ce que c’est, finalement, le bonheur?
 J’ai beaucoup aimé les petits jeux de mots disséminés dans l’histoire, les retournements de situation et le caractère des personnages. Il y en a vraiment pour tout les gouts.
Un livre à lire pour un bon moment de détente.
 Points attribués: 7/10  
 Je remercie les Presses de la Cité pour cette jolie découverte
[su_divider]
Romans

L’éléphant de la Bastille d’Annie ABRIEL

  Pierre-Paul Prud’hon (1758-1823) et Constance Mayer (1776-1821) sont deux peintres qui connurent la notoriété et traversèrent ensemble les périodes mouvementées du Consulat, de l’Empire et de la Restauration. Ce roman, dont les autres principaux personnages sont Vivant Denon, David, Géricault, s’est attaché à faire revivre ce couple d’artistes dans une intrigue ancrée dans ce temps de ruptures. L’éléphant édifié à la Bastille à l’emplacement de la forteresse démolie est ici le fil rouge que suit Annie Abriel qui, par un formidable travail d’investigation, nous invite dans l’atelier et l’intimité de ces deux artistes aux destins liés et ainsi au coeur même de leur processus créatif.

Mon avis:Je me suis trouvée plongée en pleine révolution napoléonienne, au temps où les peintres étaient pleins de talents et sollicités dans les plus haut lieux.
Pierre-Paul Prud’hon, le narrateur, relate sa vie avec ses enfants, sa maitresse, Constance Mayer et compagne de tous les jours, ses amis, et l’air du temps.
Toute l’histoire se nourrit de pas grand-chose: leur passion commune de l’art, les salons d’expositions auxquels ils participent. On découvre d’un autre regard aussi ce qu’était la révolution à l’époque, et le rétablissement sur le trône de Louis XVIII par la suite.
Constance et Pierre-Paul peignent chacun à leur manière, mais se complètent d’une certaine façon. Ils se partagent parfois le travail préparatoire d’un tableau, ou travaillent complètement séparément. L’histoire est belle, tragique et touchante finalement.
J’ai pris grand plaisir à faire la connaissance du peintre du célèbre tableau Le radeau de la méduse. Je vous joins une petite photo de ce tableau. Ce livre raconte dans quelles circonstances il a été réalisé, et l’origine de sa création.
Le style d’écriture est vraiment parfait par rapport à l’époque de l’histoire. Je me suis laissée transporter dans les décors de Paris. C’était une lecture bien agréable.
 
Points attribués: 7/10 
En bonus, voici quelques tableaux dont parle ce livre
Le radeau de la méduse de géricault
La justice et la vengeance divine poursuivant le crime, de Pierre-Paul Prud’hon
Le rêve du bonheur de Constance Mayer
 
Je remercie la maison d’édition Publibook pour cette lecture.
[su_divider]
%d blogueurs aiment cette page :