Romans

L’héritage du maître de chai de Kristen HARNISCH

Edition: L’Archipel

Nombre de pages: 444 pages

0 %

Résumé: Décembre 1917. Sarah Lemieux a 40 ans. La fille du maître du chai et son mari Philippe exploitent avec courage leur vignoble californien d’Eagle’s Run. Mais la situation devient critique. Des ligues bien-pensantes veulent interdire le négoce du vin dans la région. Et depuis l’entrée en guerre des États-Unis, en juillet, nombre de jeunes Américains tombent sur les champs de bataille du Vieux Continent. À 21 ans, Luc, leur fils adoptif, a pris les rênes du clos Saint- Martin, dans le Val de Loire, là où Sarah a grandi. Il y fait la connaissance d’Ondine, 17 ans, qui s’est murée dans le silence depuis que les Allemands ont tué sa mère sous ses yeux. Luc entend lui redonner le goût de la vie, mais il est appelé sur le front… Sarah saura-t-elle une fois encore préserver les siens et l’héritage familial ? 

Merci à l’édition Archipel pour ce dernier tome

Mon avis: Sarah Lemieux a aujourd’hui 40 ans. Ses enfants, adoptifs ou pas, ont tous grandi. Et chacun commence à vouloir voler de ses propres ailes. Luc a repris le domaine français. Et il se retrouve donc en première ligne de la guerre qui ravage l’Europe. C’est sur ses terres qu’il recueille Ondine et son frère, Michel, qui ont fui Lille après avoir vu et subi des horreurs innommables. 

Le danger est là, et chacun participe comme il le peut à l’effort de guerre. Dans le même temps, Sarah et Philippe s’inquiètent de leur avenir, en entendant les rumeurs de prohibition, qui les empêcheraient de continuer à vendre leur vin. 

Kristen Harnisch nous offre un troisième et dernier tome à la saga du Maître de Chai. J’avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, grâce aux thèmes traités, et aux faits historiques abordés. 

 

Ce dernier opus ne fait pas exception. L’histoire se place cette fois sur deux événements importants de notre Histoire: La Première Guerre Mondiale et la Prohibition. Si la première est destructrice et mortelle, la seconde refaçonne l’image du monde à son niveau. 

Nous sommes davantage centrés sur ce qu’il se passe en Europe, où nous suivons plusieurs personnages que nous avons découverts dans les autres tomes. On ne parle plus autant de Sarah et de Philippe, si ce n’est à travers leurs regards de parents. 

Le style d’écriture est toujours le même: clair, net et capable de belles descriptions. Les romances ont également leur place dans l’histoire, ce qui permet un peu d’alléger l’ensemble. 

Je pense que ce dernier tome clôt de très belle façon cette saga que j’ai découvert et suivi avec plaisir. Je resterai attentive aux futurs écrits de cette auteure et j’espère avoir l’occasion de découvrir une autre belle histoire. 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :