Romans

Fabella, l’enfant esclave de Jean-Luc FERRERE

En l’an 52 avant Jésus-Christ, Jules César est sur le point de perdre la guerre des Gaules. Mais la prise d’Avaric (l’actuelle Bourges) va bouleverser le cours de l’histoire, tout comme le cours de la vie d’une jeune Gauloise, Fabella. Tous ses proches, au premier rang desquels son père, le chef de la ville, ont péri pendant les combats. Recueillie par César, elle est donnée comme esclave à Falco, nouveau et tout puissant préfet d’Avaric. Contrainte à renoncer à son brillant avenir de princesse gauloise et à servir la famille de son maître, elle assiste à la naissance d’une nouvelle civilisation et doit se soumettre en toutes choses et à tout instant. Heureusement, parmi les esclaves, elle se lie d’amitié avec une fillette romaine délurée, Orca, et avec un vieux précepteur grec, Ctésiphon. Grâce à leur aide, elle saura surmonter ses souffrances et se rendre indispensable. Car, au plus profond d’elle-même, elle ne cesse de rêver de liberté.

Edition: De Borée

Nombre de pages: 245 pages

Mon avis: Fabella a vu sa famille être décimée. Fille d’un chef gaulois, elle a miraculeusement réchappé à la tuerie, cachée dans un puits. Mais l’envahisseur romain ne sait rien de son rang. Et lorsqu’elle est retrouvée, elle est offerte à une petite fille, pour être son esclave.
Commence pour Fabella une longue attente: celle de pouvoir racheter sa liberté.
Le résumé du livre m’avait intéressé. La lecture ne m’a pas du tout déçue.
Le roman n’est pas bien épais. Et effectivement, il se lit rapidement. Mais parmi ses pages, il se trouve là une multitude d’informations dont je me suis régalée.
L’invasion romaine en territoire gaulois n’a pas été que territoriale. Ils sont aussi envahis les coutumes, les tenues, et les dieux gaulois. Pour Fabella, petite fille à l’époque de l’invasion, c’est tout son monde qui disparaît. Elle doit apprendre à adopter les tenues vestimentaires romaines, les coutumes et habitudes romaines, les dieux romains, l’argent romain… C’est une multitude de petits détails à découvrir.
Heureusement, l’auteur pense à tout, et nous explique chaque petit objet, grâce à de petits dessins, ou des notes en bas de pages. Il raconte aussi certaines petites anecdotes, qui m’ont vraiment intéressées.
Fabella est une enfant douce, et posée. Son nouveau statut lui pèse, bien sûr, mais elle est patiente et travailleuse. Sa petite maîtresse, riche et gâtée, la traite bien, mais si le travail à fournir est conséquent pour ses jeunes épaules. Et lorsqu’elle se retrouve propriétaire à son tour d’une esclave, elle se doit de lui apprendre les bonnes manières.
Petit à petit, elle gagne la confiance de sa maîtresse, et voit sa liberté approcher lentement. J’ai vraiment beaucoup aimé ce personnages.
J’ai passé un bon moment en compagnie de ce roman, et j’ai appris pas mal de choses. Pour moi, c’est un très bon point.

Points attribués: 7/10

Je remercie l’édition De Borée pour cette lecture romaine.

Il vous tente?

[amazon_link asins=’2812921412′ template=’ProductCarousel’ store=’aufildespage-21′ marketplace=’FR’ link_id=’c08a891b-8d64-11e7-af47-9bd621bc033a’]

Commentaires

13/09/2017 à 21 h 50 min

Je note ce roman! J’aime beaucoup le contexte, donc je pense qu’il pourrait me plaire!! 🙂 Et j’adore la couverture! 😀



Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :