Affichage de 4 Résultat(s)
Documents littérature enfantine

Le grand jour de COLLECTIF

Aux quatre coins du monde, ils s’apprêtent à relever le défi d’une vie !Albert, 11 ans, Cuba, concoure à un match de boxe
Nidhi, 16 ans, Inde, postule pour une des plus prestigieuses écoles du pays
Tom, 18 ans, Ouganda, passe un examen crucial pour son avenir professionnel
Deegi, 11 ans, Mongolie, participe à une compétition de gym…

Edition: Nathan jeunesse

Nombre de pages: 157 pages

Mon avis:Quatre adolescents, de 11 à 18 ans, se préparent à leur avenir. Dans des milieux défavorisés, où les études sont chères, et où peu de jeunes arrivent à atteindre un objectif scolaire plus poussé, ces adolescents expliquent leurs parcours pour arriver à toucher leur rêve.
Entre l’Afrique, l’Inde, l’Amérique du Sud  et l’Asie, les chemins sont différents, mais tous difficiles. Dans nos pays, où il est si facile d’avoir une éducation scolaire de base, et d’obtenir des diplômes, les enfants et les adolescents pour beaucoup, ne se rendent pas compte de l’avantage qu’ils ont.
Ces jeunes, qui décrivent leur histoire, leurs espoirs, et les efforts qu’ils déploient, sont remarquables. Ils font tout ce qui est possible pour se sortir d’une situation difficile. Les moyens financiers sont moindres, les conditions de vie précaires parfois, et les efforts d’autant plus difficiles à accomplir.
Ce genre de récit est une porte ouverte sur le monde extérieur pour de jeunes lecteurs. C’est un moyen de leur montrer que la vie n’est pas facile partout, et qu’ils devraient se rendre compte de la chance qu’ils ont, eux, ici.
Je pense que cette collection devrait faire partie des livres à donner à de jeunes lecteurs dans les écoles. Il serait ensuite possible d’élaborer des travaux la-dessus.
Points attribués : 9/10  
Je remercie l’édition Nathan pour cette lecture globe-trotteuse.
[su_divider]
littérature enfantine

Les chemins de l’école de COLLECTIF

[su_carousel source= »media: 9687,9688,9689,9690″ limit= »51″ width= »800″ height= »300″ responsive= »no » items= »4″ title= »no » pages= »yes »]

Edition: Nathan jeunesse

Nombres de pages: 75 pages

Mon avis: Ces quatre enfants nous racontent leur histoire. Ils racontent leurs parcours pour arriver à l’école. Ils racontent leurs habitude d’un jour sans école, puis le lendemain, premier jour de la semaine scolaire.
Ani vit en Malaisie. Il fait partie d’un clan de pêcheurs, vivant sur une île où les maisons sont construites sur pilotis. La pêche est leur seul gagne-pain, et leur vie est simple. Les moyens financiers de sa famille ne sont pas élevés, et il est le seul à aller à l’école.
La chose n’est pas aisée. Il a une heure de trajet en barque pour atteindre l’île où se trouve l’école. Lui et son cousin doivent faire attention à ne pas s’aventurer trop loin dans la mer.
Devi est une jeune fille qui vit en Inde. Pour elle aussi, les choses ne sont pas faciles. Ses parents travaillent tous les deux pour fournir à leurs filles ce dont elles ont besoin. L’éducation est une chose qu’ils tiennent à coeur pour leurs enfants. Devi doit parcourir plusieurs kilomètres chaque jour pour aller et revenir de l’école. Le parcours est jalonné d’embûches et de danger.
Erbol vit en Kirghizie. Là-bas, les familles sont très isolées, et en hiver leur seul moyen de locomotion sont leurs chevaux. Erbol doit parcourir le matin plusieurs kilomètres à dos de cheval, dans la neige, seul, pour atteindre son école.
Francklyn vit à Madagascar. La terre est sèche, le point d’eau est éloigné et le travail est rude. Francklyn et son frère doivent quitter leurs parents tous les dimanches, jusqu’au vendredi suivant, pour aller à l’école. Etant très éloignée, et le trajet leur demandant cinq heures, ils n’ont d’autre choix que de vivre dans une location qu’ont fait leurs parents pour eux. L’éloignement à ce jeune âge est loin d’être facile.
Je suis admirative devant la volonté de ces enfants. Ils traversent danger, éloignement, peur, kilomètres, pour obtenir l’éducation dont ils auront besoin pour atteindre leurs objectifs: avoir un vrai métier, qui aidera leurs familles.
Nos enfants, dans nos pays, ne se rendent pas compte de la facilité et de l’accès à l’apprentissage qu’ils possèdent. Je pense que ce genre de lectures peuvent les aider à ouvrir les yeux sur cette chance.
Les récits sont simples, abordables à tout âge. Il est donc facile de les recommander à tous les enfants qui nous entourent. Pour ma part, étant maman de 9 enfants, je ne peux que leur donner cette lecture dans les mains. J’espère que cela les aidera à comprendre l’importance d’aller à l’école.
Points attribués: 9/10
Je remercie l’édition Nathan jeunesse pour cette lecture éducative.
[su_divider]
Romans

La cour de récré de Jean SICCARDI

 1939, Castelroche est un village niché entre montagne et plaine, dominant la Méditerranée. où la population vit repliée sur elle-même. A la rentrée d’octobre, Louis Rosenberg, nouvellement nommé instituteur, dépense une belle énergie pour sa mission éducative. De jour en jour, il devient un enseignant respecté et un modèle pour ses élèves, notamment pour Adrien, enfant de l’Assistance publique, adopté par un couple de fermiers. Mais le maître constate un malaise dans le village, un secret tu depuis des années. Avec l’aide d’Adrien et de ses amis, Louis parvient mettre à jour une sordide histoire dans laquelle tous les villageois sont plus ou moins impliqués. Mais déjà, accompagnée par les troubles politiques et les premiers échos de la guerre, une vengeance terrible se trame contre Louis Rosenberg…

Edition: Presses de la Cité, Terres de France

Nombre de pages: 237 pages

Mon avis: Castelroche est un petit village où tout le monde se connaît, en 1939. Chacun sait ce qui se passe chez les autres, et même ce que les voisins ne savent pas encore.
Jusqu’au jour où Amélie et Julien Philibert étonnent tout le monde en se présentant un dimanche à l’église, avec un enfant surgi de nulle part. Ils l’ont adopté à l’Assistance Publique. Adrien est ravi de ce changement de situation et s’adapte très vite au petit patelin,, se créant des amitiés solides.
Tous les enfants du village et surtout leurs parents, attendent un instituteur. Le précédent est parti, avec armes et bagages, depuis un moment déjà. Et l’éducation des enfants ne peut attendre.
Louis Rosenberg arrive enfin, et faisant fi de certains commérages et de quelques mécontents, décide d’éduquer ses élèves comme il l’entend. Pour cela, il déploie des trésors d’ingéniosité, et ses élèves se prennent rapidement au jeu. Les voilà tous penchés sur des travaux d’étude.
Mais même les petits villages peuvent cacher des secrets, et Louis Rosenberg vient de mettre les pieds dans l’un de ceux-là…
Je suis mitigée par rapport à ce livre. J’adore les romans de terroir, découvrir de petits villages et leurs habitants, et entendre leurs petits secrets et leurs trésors.
Si tous les éléments sont ici regroupés, le livre m’a tout de même semblé un peu brouillon. En effet, bien que dans le quatrième de couverture, on parle essentiellement du secret du village et de l’arrivée de l’instituteur, le livre n’aborde ces sujets qu’à la seconde moitié du livre.
La part belle est plutôt réservée à Adrien, à son adoption et à son acclimatation au village. Ce que j’ai vraiment apprécié bien sûr. Mais au moment où l’on commence à bien s’attacher à ce petit personnage, voilà qu’il disparaît pratiquement à l’horizon pour laisser l’espace à une autre intrigue.
Je suis donc restée sur ma faim, pour la première, puis pour la seconde partie du livre. Car du coup, le fameux secret est éventé beaucoup trop vite à mon goût.
C’est dommage.

Points attribués: 6/10
Je remercie les Presses de la cité pour cette lecture d’avant-guerre.

[su_divider]

Young adult

Hex Hall tome1 de Rachel HAWKINS

 Quand on est expédiée à Hex Hall pour usage inapproprié de la magie, qu’on doit empêcher une vampire aux cheveux roses de prendre feu, lutter contre trois ravissantes sorcières aussi dangereuses que des top models en manque de magazines et résister à un séduisant sorcier très très agaçant, on n’a aucun besoin qu’une élève soit retrouvée vidée de son sang. C’est pourtant ce qui arrive à Sophie Mercer, une sorcière qu’il ne faut surtout pas énerver…
Mon avis: L’histoire est alléchante, et donne envie d’aller plus loin dès les premières pages…. ainsi que les suivantes… et encore les suivantes… jusqu’à ce que me sois demandé où cela allait aboutir.
C’est une fantasy d’un genre connu: une sorcière, une école, des bons et des méchants…. Bref tout est là pour faire cliché, et nous donner l’impression quelque chose que l’on reconnaît.
Evidemment, des personnages atipyques sont présents: fées, sorcières, fantômes, on est bien dans le monde surnaturel.
Mais passées les premières découvertes, je me suis retrouvée avec une histoire sans trop de réelle consistance malheureusement.
Des émois de jeune fille, des robes de princesses et des découvertes amoureuses.
L’auteur a tout de même essayer d’y intégrer du mystère, mais à mon goût, c’est un peu baclé sur les bords. L’intrigue n’est pas très élaborée. J’ai découvert différentes informations importantes par à-coups, comme si ces passages avaient été ajoutés après écriture.
Bref, l’histoire aurait pu être très chouette, mais je suis déçue par le style d’écriture.
Points attribués :6/10
[su_divider]