Augustin Porte de Laurence PUZENAT et Tom MESTR

Romans

Le jeune Augustin, 10 ans, vient de mourir. Il va apprendre que la vie après la mort n'est pas de tout repos. Surtout que depuis son décès, la faucheuse a perdu la tête et les esprits s'entassent dans les cimetières. Le jeune garçon va rencontrer des âmes fonctionnaires , une sorcière morte en 1612, de jeunes exorcistes, un vieux druide et un réalisateur mélomane. Cela le conduira au secret qui entoure sa naissance.

65%
Note

Edition: Hysterie

Nombre de pages: 116 pages

Mon avis: Augustin Porte a été heurté par une voiture, sur le chemin de l'école. 
C'est là qu'il découvre qu'il existe une autre vie. Désigné comme protecteur parmi les revenants, il se trouve aux prises avec des ennuis qu'il ne pouvait imaginer....
L'idée principale me plaisait pas mal, en lisant le résumé. 
On entend, tout au long du livre, les réflexions d'Auguste, et ses découvertes. Au départ, il se sent perdu, ce qui est tout à fait normal, puisqu'il découvre toutes sortes de choses: la vie qui se trouve dans le cimetière, ses habitants, les différentes castes, et le rôle qu'il va devoir dorénavant jouer dans tout cela.
Premier couac: des fantômes qui cuisinent et des espaces pour se reposer. Bon bien sûr, je me base sur la littérature traitant de la vie après la mort. Pourtant, je n'ai pas trouvé ça très logique qu'un fantôme aie besoin d'un espace bien à lui (une chambre en quelque sorte) pour se reposer, passer la nuit. 
En poursuivant ma lecture, je me suis aperçue d'un autre ennui. Bien que les éléments de la trame soient bien choisis, il leur manquait une profondeur. On passe trop vite d'une chose à l'autre, sans avoir eu le temps d'approfondir ce que l'on était en train de voir. Et c'est vraiment dommage, parce que je suis certaine qu'en comblant les manques, j'aurais pu faire un voyage bien plus prenant.
Par la force des choses, c'est un livre qui se lit très rapidement, mais qui m'a aussi laissée sur ma faim. J'aurais vraiment voulu en avoir plus. Le thème était super, mais pas assez exploité.

 

Je remercie l'édition Hysterie pour cette lecture particulière.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :