Young adult

La passe-miroir tomes 1, 2 et 3 de Christelle DABOS

Edition: Gallimard jeunesse

0 %

Résumé: Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. 

Mon avis: Ophélie aime sa vie. Elle aime pouvoir se rendre au musée, prendre soin de chaque objet qui s’y trouve. Pourtant, sa famille lui cherche un tout autre avenir. Avenir qu’elle a déjà décliné à deux reprises, en même temps que des propositions de mariage. 

Mais cette fois, c’est différent. Les dames patronnesses de son Arche y ont mis leur grain de sel, et elle ne peut plus s’opposer. La plus grande surprise est que son futur mari ne vit pas sur son arche. C’est donc un parfait inconnu qu’elle s’apprête à suivre sur une arche totalement inconnue également. Et Ophélie n’est pas du tout au bout de ses surprises! 

Cette série n’est plus à présenter. Je suis une retardataire qui déboule tranquillement dans l’univers d’Ophélie. Je n’en avais entendu que du bien, et je possédais les 3 tomes. Une blogueuse m’avait conseillé d’attendre que le quatrième tome soit sur le point de paraître pour me lancer dans l’aventure. J’avais trouvé l’idée judicieuse et avait donc attendu sagement que Gallimard Jeunesse annonce la future parution (en novembre) pour entamer ma lecture. 

Les trois tomes ont défilé sur une semaine de temps! Dès le tout premier chapitre, je suis conquise. Le côté désuet de l’arche d’Ophélie, bien que nous soyons dans un monde post-apocalyptique, me plaît intensément. Dès les premières descriptions, mêlant odeurs de vieux papiers et de bois qui respire, j’ai envie d’aller chercher ma tasse, de m’installer, et de feuilleter les cahiers et les manuscrits disséminés un peu partout dans le musée où commence l’histoire. 

Les trois tomes nous offrent de nouvelles aventures, de nouveaux rebondissements, et de nouveaux horizons. L’auteure ne s’est pas cantonnée à créer un seul décor. Au contraire, elle nous fait passer aux aspects de l’Antarctique, à la douceur de vivre de Venise, et aux Cours royales dignes de celles des plus célèbres rois de France.  

Ophélie mérite bien, à elle toute seule, tout un paragraphe. Bien que son apparence puisse laisser penser qu’il n’y a rien à voir, circulez, on découvre rapidement que sous ses lunettes de myope et son écharpe vivante, elle est intelligente, sensible et observatrice. Elle a du caractère, ose entreprendre, prendre des décisions, et affronter pas mal de choses. J’ai adoré ce personnage! 

Les autres, que nous croisons au fur et à mesure des trois tomes, sont pour certains totalement loufoques, rudes, pernicieux, ou tendres. De la magie se mêlent à presque tout, et les actions s’entremêlent sans arrêt. Des intrigues complexes apparaissent, des histoires intéressantes sont développées. Et l’ensemble donne un univers totalement à part.  

Et puis, il y a un point qui me touche vraiment beaucoup: l’auteure est belge, et a inclus des expressions bien de chez nous dans ses romans. C’est tellement rare que ça mérite d’être mis en lumière. 

Vous l’avez compris, j’entre par la grande porte dans la bande des fans de cette série. Je n’ai plus qu’à attendre, comme vous, le dernier tome de la série, qui arrive bientôt! 

11 commentaires

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :