Les larmes d’Alyssa d’Isabelle ROZENN-MARI

Romans

La mort tragique, brutale et inexpliquée de l’être qu’elle aimait le plus au monde conduit Alyssa à quitter Paris.
Mais lorsque poussée par le désespoir et la culpabilité, elle s’installe à Daoulmar, petit village côtier breton, son arrivée déclenche une série d’événements aussi mystérieux que macabres.

Quel lien existe-t-il entre le meurtre sauvage d’une jeune fille, et ce deuil qu’elle vit comme un déchirement ?
Quel sinistre passé dissimule le village, et pourquoi la présence d’Alyssa fait-elle resurgir ses plus sombres secrets ?

Traquée, menacée, Alyssa va devoir se cacher.
Ou choisir d’affronter ses peurs les plus profondes…. »

« Les Larmes d’Alyssa » : du suspense, une plongée dans le passé, de la passion et du mystère qui vous empêcheront de trouver le sommeil avant la dernière ligne… »

70%
Note

 

Nombre de pages: 452 pages

Mon avis: Alyssa ne se remet pas de la mort de son amoureux, arrivé dans des circonstances dramatiques. Depuis dix mois, elle tente de rassembler les morceaux de sa vie.

Peinée, détruite, elle décide de se réfugier chez sa grand-mère, dans le petit village breton qu’elle a toujours habité. Alyssa sait que là, elle aura le temps pour réfléchir, pour qu’on s’occupe d’elle, pour qu’on l’aide à sortir du vide qu’est devenue sa vie.

Mais ce retour aux sources ne se passe pas vraiment comme prévu. En effet, dès les premières heures, elle est témoin de faits paranormaux. Puis les choses s’enchaînent à toute vitesse. Deux meurtres sont commis, atroces et incompréhensibles. 

Pour Alyssa commence alors une longue descente aux enfers…

J’avais lu, il y a plusieurs mois, le premier livre de cet auteur. Livre que j’avais adoré! Aussi, lorsqu’Isabelle Rozenn-Mari m’a proposé de découvrir ce second roman, j’ai accepté sans hésiter.

Dès les premières pages, j’ai retrouvé la même atmosphère: inquiétant, des phénomènes inexpliqués, une histoire familiale assez compliquée. Alyssa possède tous les ingrédients pour que l’histoire démarre bien.

A vrai dire, l’ambiance sombre arrive crescendo. D’abord il s’agit de simples phénomènes surnaturels: une radio qui crachote dans la nuit, un froid glacial qui s’installe dans la chambre. De quoi faire dresser les poils des bras!

Ensuite,  nous plongeons dans tout le sombre qu’il est possible d’imaginer, avec ces meurtres perpétrés dans un lieu abandonné, et dont les victimes présentent des traces ésotériques. De quoi se poser beaucoup de questions, et en arriver à craindre pour la vie d’Alyssa. 

Cette partie de l’histoire m’a énormément plu. J’adore ces secrets enterrés profondément, ces menues découvertes au fil du roman qui crée un tableau complet au final. Je dois dire que l’auteur tient cet ensemble d’une belle main!

Pour ce qui est d’Alyssa, elle m’a un peu déplu. Elle est affaiblie par la mort de son amoureux, c’est vrai. Mais elle ne tient compte d’aucun avis, et encore moins de ceux qui cherche à la protéger. Fausser compagnie à une surveillance policière, à plusieurs reprises en prime, n’est pas vraiment une idée lumineuse! Surtout quand on s’est déjà fait avoir une fois! 

Je comprends qu’elle n’ait pas les idées très claires, mais tout de même, il y a plusieurs scènes où j’ai été peu déçue par ses raisonnements.

Je ne veux pas vous en dire plus, sinon je vous ne laisserais pas la surprise de la découverte du fin mot de l’histoire. Et je dois vous prévenir que c’est du lourd!!

En un mot, ce livre vaut le détour, et vous passerez certainement un bon moment si vous l’ouvrez.

 

Je remercie Isabelle Rozenn-Mari pour cette sombre lecture.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :