Romans

Le chemin de la Roncerai de Didier CORNAILLE

 

Edition: Presses de la Cité

Terres de France

Nombre de pages: 376 pages

0 %

Résumé: Dans un village du Morvan, un jeune fermier assiste à l’inexorable mutation des campagnes. La mécanisation à tout-va, la solitude auront-elles raison de sa volonté de conserver la terre de ses parents ? 

La modeste ferme de la famille des Sarmeret est située à l’entrée du chemin menant au grand domaine de la Roncerai, abandonnée depuis la tragédie qui a frappé ses propriétaires durant la Seconde Guerre mondiale. Joseph, le fils assiste aux profonds changements qui vont affecter son pays, le Morvan, comme ce tracteur rouge vu pour la toute première fois un jour d’été et qui restera un souvenir indélébile. A la déshérence de la Roncerai répond peu à peu celle du village en plein déclin. Mais Joseph, contrairement aux autres jeunes, n’entend pas céder à la tentation de la ville. Il partage son temps entre la ferme que lui lèguent ses parents et ses travaux de bûcheronnage. 

Et Joseph préfère la solitude et la nature à ses contemporains. Quant aux filles….Bien plus rapidement encore que les garçons, les demoiselles du pays se sont envolées. Joseph a dû s’y résoudre : il restera seul dans sa ferme, avec, pour toute compagnie, ses parents tant qu’ils seront de ce monde. Et seul pour de bon quand ils auront disparu. 

Jusqu’à l’arrivée de Julienne…. 

Merci à l’édition Presses de la Cité pour ce doux roman

Mon avis: Joseph a toujours vécu au même endroit. Depuis son enfance, il a toujours vu le même tableau, bien qu’il ait changé au cours des décennies. Le progrès industriel, les maisons abandonnées puis rachetées, les décès et les naissances,…. Joseph a vu tout ça, du haut de son petit plateau, celui sur lequel il contemple régulièrement le paysage alentour.  

Il est seul, et longtemps il va vivre humblement. Son voisin direct, celui qui a racheté la grande maison de maître, va lentement mais sûrement changer le quotidien de cet homme… 

Nous rencontrons un personnage assez contemplatif et calme. Joseph fait preuve de discrétion et de bon-sens. J’ai beaucoup aimé ce regard calme. C’est un homme qui regarde tourner le monde, en apportant sa discrète contribution. 

C’est ce que j’appelle un vrai beau roman de terroir. On y voit passer les générations, et les familles s’agrandir. Bien sûr, il n’y a pas vraiment d’événements perturbateurs, mais c’est aussi la beauté de ce genre d’histoire. 

Didier Cornaille a le chic pour créer des histoires de ce genre. Il est capable de créer de petits instants de magie, grâce à sa plume. C’est toujours doux, tendre et calme. Je suis persuadée que lui-même est un être contemplatif. Cela transparaît tellement dans sa manière de décrire les choses, de créer ses personnages.  

Comme toujours, son roman m’a emmené dans ce petit village tranquille, dans la région du Morvan. Je m’installe avec plaisir dans le décor de petites fermettes, de grands champs, et de forêts profondes. De quoi s’offrir un havre de paix, pour nous citadins à la vie trépidante. 

Je ne peux donc que vous inciter à découvrir cette belle histoire. 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :