Lise et les hirondelles de Sophie ADRIANSEN

Littérature jeunesse

À treize ans, Lise a une passion pour les hirondelles. Mais lorsqu’elle les voit revenir à Paris en cet été 1942, les oiseaux ne parviennent pas à lui faire oublier les effets de l’Occupation : le rationnement, les sirènes, la fermeture de l’atelier de confection familial, l’attitude de ses amis depuis qu’elle porte une étoile jaune sur ses vêtements.

Le 16 juillet, Lise assiste à l’arrestation de toute sa famille. Elle se précipite au commissariat où on les a emmenés et parvient à sauver ses deux petits frères de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Mais elle n’a plus aucune nouvelle de leurs parents. Commence alors pour eux le long parcours des enfants cachés, parsemé d’angoisse et de dangers, de moments de doute et d’espoir.

Edition: Nathan jeunesse

Nombre de pages: 234 pages

 Mon avis: Lise est une jeune fille rêveuse. Enfin, jusqu’à ce qu’on l’oblige à coudre une étoile jaune sur sa robe, et qu’il faille se méfier au point de réfléchir avant de donner son nom de famille.

Lise est l’aînée de sa fratrie. Avec ses parents, ils forment une famille bien unie. Ca, c’était vrai, jusqu’à ce que, pour sa sécurité, elle soit obligée de dormir chez la voisine. Et qu’elle se réveille un matin, et découvre que toute sa famille a été emmenée par la police.

Courageuse, elle se rend au bureau de police, et par un coup de chance énorme, récupère ses petits frères. C’est alors le début d’une attente insoutenable, dans l’espérance de nouvelles provenant de leurs parents.

C’est aussi la période pendant laquelle il faut changer certains prénoms, trop « juifs » pour qu’ils ne soient pas dangereux. Lise grandit, d’un seul coup, en réalisant que le danger peut être partout. La seule chose qui la réconforte, ce sont les hirondelles, son animal fétiche, qu’elle voit voler librement dans le ciel…

J’ai été énormément émue par ce livre. Pourquoi? 

D’abord, parce que c’est un thème sensible à explorer. Parce que des histoires comme celle-là, il y en a eu tant, pour de vrai, durant la guerre. Ensuite, parce qu’on aborde ce sujet-là dans un roman jeunesse, ce qui arrive si rarement. Enfin, parce que Lise est touchante, émouvante, réfléchie, sensible, et avec des yeux grands ouverts sur la réalité. 

Je ne peux m’empêcher de penser à Anne Frank, bien sûr. Sauf que cette fois, Lise s’en sort un peu mieux. Elle traverse toutes ces années de guerre avec une philosophie impressionnante. Elle nous décrit les menus détails de sa vie quotidienne: la découverte du goût du jambon, les premières chaussures à talons prises dans la garde-robe de sa mère, les couvre-feu, et toutes ces choses auxquelles on ne réfléchit pas toujours.

Cette histoire est absolument renversante par son réalisme simple et doux, ce regard innocent sur cette période tellement sombre de l’Histoire. Je ne peux que le recommander à tous les parents et les professeurs, qui auraient envie ou besoin d’aborder ce sujet.  

 

Je remercie l’édition Nathan jeunesse pour cette lecture vraiment touchante.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :