Bilans

Récapitulatif de juin 2014

Mon mois de juin a été bien bien rempli puisqu’en tout, j’ai lu 26  livres, 4241 pages. Je suis très contente. Quelques jours de repos à la maison, et le soleil permettant de profiter un peu de la terrasse m’ont bien aidés aussi.

Voila ce que j’ai lu

Une bande dessinée
(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
Des nouvelles
(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(chronique à venir)
(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
Un livre pour enfant
(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
et des romans en tout genre
(chronique à venir)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(chronique à venir)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(chronique à venir)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur la photo pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
(chronique à venir)

(cliquez sur l’image pour atteindre la chronique)
(chronique à venir)
(chronique à venir)
(chronique à venir)

(chronique à venir)
Mes lectures en prévisions pour juillet

Des foules de livres me tentent en fais, mais il faudra bien que je sois raisonnable hihi

D’abord mes services presse
« IL, le déRaciné », ou le récit d’une adolescence en France, entre la fin des années cinquante et le début des années soixante. Et, plus précisément, celle d’un jeune expatrié iranien qui, en suivant son père mandaté pour une mission diplomatique, bascule dans un univers absolument différent qu’il va peu à peu s’approprier… au point de ne plus vouloir le quitter. C’est encore et surtout à un portrait psychologique que se prête ce roman autobiographique qui se construit sur l’enlacement de deux voix : celles du père et du fils qui, tous deux, laissent entendre, chez le jeune héros, une aspiration totale à l’indépendance, à la recherche de toutes les expériences…
À l’heure du coup d’envoi de nombreuses manifestations offi cielles 
commémorant le centenaire de la Grande Guerre, Jean-Claude 
Flament, dans son ouvrage extrêmement documenté, apporte un 
éclairage inédit sur la gestion du conflit aux plus hauts niveaux. 
Et rétablit la vérité sur de nombreux faits longtemps ignorés, voire 
étouffés, récusant de nombreuses idées reçues.
Il détaille ainsi les tragiques erreurs de commandement de généraux 
peu soucieux des vies humaines, incompétents, bornés, injustes et 
plus préoccupés par la politique – l’armée prenant alors le contrôle 
de la France – que par des décisions militaires justes et effi caces.
Nivelle et son engagement meurtrier du Chemin des Dames, Joffre 
et le massacre de la bataille de la Somme, Pétain et ses « fusillés 
pour l’exemple » : les actes des généralissimes soulèvent de 
nombreuses questions. Avaient-ils les compétences nécessaires ? 
Étaient-ils légitimes à de si hautes fonctions ? Quelles ont été les 
conséquences sur le plan humain et économique de leurs décisions ?
Pour résumer : étions-nous bien défendus ?
Un professeur de lycée solitaire et taciturne voit sa vie bouleversée par la rencontre avec une jeune femme à la recherche de son fils de 5 ans.
Peu à peu, Jean-Michel Vallier va prendre conscience de sa valeur et, l’amour aidant, se lance dans l’aventure du combat syndical après une catastrophe minière qui fera des orphelins parmi ses étudiants.
Et ensuite toutes mes envies
Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ».Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela puisse paraître…
Ridley ne s’en cache pas : elle est mauvaise, maléfique. C’est une Enchanteresse des Ténèbres. Une Sirène. Impossible de lui faire confiance, ou même de se faire confiance à soi-même quand elle se trouve dans les parages. Mais Link a tendance à l’oublier et retombe sans cesse dans ses filets. Il a beau être en partie Incube, son cœur n’en reste pas moins un cœur de Mortel…
À travers le récit de la vie d Anne Shirley, une jeune orpheline recueillie par les Cuthbert à Green Gables, Lucy Maud Montgomery nous invite à partager la vie des habitants de l’Ile-du-Prince-Édouard au début du siècle dernier. Personnage attachant, la petite Anne aura tôt fait de séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise. Qui ne connait pas Anne Shirley, la délicieuse héroine de la série Anne… la maison aux pignons verts, série découverte en France grâce à sa diffusion à la télévision. Les lecteurs retrouveront ici avec bonheur ses désopilantes et inoubliables aventures. Génération après génération, les jeunes et les moins jeunes rêvent, rient et s émerveillent en suivant fidèlement les péripéties de cette attachante jeune fille aux cheveux roux tressés et aux yeux émeraude.
Il y en aura surement d’autres, vous vous en doutez!!

Et vous qu’avez lu et prévu?
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :