Affichage de 2 Résultat(s)
Romans

Un sou de bonheur de Michel GIARD

Un sou de bonheur de Michel GIARD

Fille d’un père alcoolique, violent et irresponsable, chargée de famille après la mort de sa mère maltraitée, Joséphine se révolte contre son géniteur et part « se placer » à la foire de Saint-Clair, en Normandie. Ses patrons lui apportent l’affection et la considération qui lui manquaient sous son propre toit. Ses frères et soeurs prendront eux-mêmes leur destin en main après que leur père eut définitivement déserté le foyer. Joséphine, jeune femme de bon sens et de coeur, épouse par amour un brave paysan, Gustave, et réalise son ambition de devenir commerçante lorsque le couple aura racheté la boucherie du village. Mais la guerre survient qui va briser en partie le rêve de Joséphine…

Edition: De Borée

Nombre de pages: 419 pages

Mon avis: Joséphine, à l’âge d’être grand-mère, se souvient de son passé et de sa vie à travers les épreuves…
Née dans la misère, de parents qui ne s’aiment pas, et l’aînée d’une nombreuse fratrie, Joséphine doit très vite retrousser ses manches. Placée d’abord comme triolette, jeune fille qui trait les vaches, elle trouve finalement son bonheur avec un jeune homme de son entourage.
Mais rien n’est simple en ce début de siècle. Il faut sans cesse se battre pour atteindre ses objectifs, surtout quand on est orphelins. Mais Joséphine a du courage à revendre, et l’ambition de se hisser plus haut dans la société.
Joséphine a une personnalité détonnante, pleine d’énergie, de volonté de vivre. Elle est l’image même de la volonté faite femme. Voilà un personnage féminin comme je les aime. Son début dans la vie ressemble un peu à celui de Cosette: livrée à elle-même, mal nourrie, mal aimée, elle n’a rien pour elle. Mais la petite fille sait ce qu’elle a à faire, et dès son jeune âge, on décèle chez elle un courage peu commun.
De loin en loin, l’auteur nous parle de l’un ou l’autre de ses frères et soeurs, de leurs façons de grandir et de s’accomplir. Pour une histoire qui débute mal, cette famille s’en sort avec les honneurs, je trouve.
Ce roman coule tout seul, et on se trouve très rapidement emporté par le fil de l’histoire. J’ai regardé Joséphine grandir, mûrir, se marier, connaître les affres de l’inquiétude lors de la guerre, la voir devenir mère. J’ai vu l’époque et les moeurs changer. J’ai vu la guerre tout dévaster, et les tribulations qui en ont découlé.
C’est un livre qui se lit en un rien de temps. Il n’y a pas de temps morts, pas de lenteur. Régulièrement, l’auteur nous rappelle que nous nous promenons dans les souvenirs de quelqu’un, grâce à quelques flashbacks. Et c’est très agréable.
S’il y a bien un roman de terroir que je peux conseiller, c’est celui-ci.

Points attribués: 9/10

Je remercie l’édition De Borée pour cette lecture superbe.

Il vous tente?

[su_divider]

Romans

Un bonheur si fragile de Michel DAVID

Un bonheur si fragile de Michel DAVID

 Lorsque Corinne, native de Saint-Paul-des-Près, épouse Laurent, un gars du coin, elle croit aveuglément à l’amour. Mais très vite, son mariage se révèle un échec. Le quotidien est rude, sa belle-famille hostile, son époux irresponsable et coureur de jupons. Corinne, l’institutrice décide alors de ne pas se laisser faire et de prendre sa vie en main…

Un bonheur si fragile de Michel DAVIDAu printemps 1902, les sujets de dispute ne manquent pas à Saint-Paul-des-Prés. Alors que le curé Bilodeau se mêle un peu trop de la construction de la nouvelle église paroissiale, Gonzague Boisvert, toujours aussi avare et égoïste, met le feu aux poudres en érigeant un hôtel au centre du village. De son côté, Corinne découvre les joies de la maternité, mais ne peut compter sur son mari pour la seconder.Si Laurent montre parfois les signes d’un travailleur sérieux, la plupart du temps, ce grand charmeur irresponsable et paresseux profite des fins de semaine pour dépenser ses maigres économies autour d’un verre… de trop.Un événement tragique bousculera la vie paisible des villageois alors que Mitaines est retrouvé mort sur la terre de Laurent Boisvert. Cet épisode changera à jamais la vie de Corinne et Laurent.

Un bonheur si fragile de Michel DAVID

Quinze années se sont écoulées, Corinne est maintenant mère de cinq enfants. Elle parvient avec courage à lutter contre l’adversité. Son fils fugue, son mari est toujours infidèle, ivrogne et parfois violent ; seul espoir, sa fille aînée pourrait devenir institutrice. En 1922, Laurent décède… Corinne, seule, doit exploiter la terre familiale. Très courtisée, trouvera-t-elle enfin le bonheur ?

Un bonheur si fragile de Michel DAVID

 Printemps 1921. La vie a bien changé à Saint-Paul-les-Prés. La grippe espagnole a fait des ravages et plusieurs familles ont été décimées. Si les histoires des habitants s’entrecroisent toujours autour du magasin général et de l’église, un vent d’optimisme nouveau souffle autour du charismatique curé Cormier, très apprécié de ses paroissiens. Pour Corinne, le décès de Laurent marque un changement important. Jeune veuve, elle se retrouve maintenant seule pour gérer la terre familiale.

Edition: Kennes

Nombre de pages: 526 pages

Mon avis: Corinne Joyal épouse l’homme qu’elle a choisi, Laurent Boisvert. Mais elle déchante très vite, découvrant en son mari un homme alcoolique et mauvais.
Les années passant, elle se retrouve à la tête d’une famille de 5 enfants, joignant les deux bouts difficilement, mais gardant sa fierté intacte.  La vie ne l’épargne pas, et le décès de ce mari tant redouté apporte de nouvelles épreuves, comme apprendre à se débrouiller sans homme dans la maison, et faire face à des tentatives d’approche de célibataires de la paroisse.
Corinne est réfléchie, et sur les deux décennies que traversent ces quatre tomes, on a maintes fois l’occasion de le vérifier.
J’ai reçu le dernier tome de cette série de l’édition Kennes. Pour bien faire, j’ai donc d’abord lu les trois premiers tomes. Mon avis se porte donc sur l’ensemble de la série.
Je suis une grande fan de ces sagas familiales du début de siècle, en plein canada français. Chaque fois que j’en ai l’occasion, je m’y plonge avec plaisir et délectation.
Cette série ne fait pas exception. Des liens familiaux très forts et très présents, des générations qui se suivent, des mariages, des naissances, des décès, le quotidien familial, et quelques belles surprises… Pour moi, tous les ingrédients sont là pour que la mayonnaise prennent et donnent un vrai plaisir à être déguster.
Parce que c’est vraiment l’impression que ce genre de lecture me donne. Je m’en délecte, réellement. A l’heure moderne, où les liens sont plus distendus, où l’on perd facilement l’essentiel des yeux, ces histoires sont de véritables baumes au coeur. Elles donnent envie de partir dans le temps, de remonter les années, et de retrouver cette ambiance disparue aujourd’hui. Moi, en tout cas, ça me donne chaque cette grande envie.
Il n’y a pas de grandes intrigues, pas de suspenses, pas de grands coups d’éclat. Quoique… Pour qui aime les petits mystères quotidiens, cela peut aussi se révéler surprenant. Mais la plus grande qualité de cette histoire, c’est la simplicité avec laquelle elle est racontée. L’auteur narre la vie de Corinne, sans fioritures, sans tralala, juste comme elle l’aurait vécue au début 1900.
C’est touchant, émouvant, drôle parfois, révoltant à d’autres moments. Ce sont finalement toutes les émotions qui donne l’impression qu’une vie a été bien remplie. Je n’avais encore jamais lu de livre de cet auteur-ci (j’avais plutôt dévoré jusque-là Arlette Cousture). Mais je ne regrette aucunement cette nouvelle découverte dans un univers que j’apprécie énormément.
J’ai donc bien l’intention de découvrir d’autres romans de Michel David, car il a apparemment écrit pas mal de choses. Un conseil, foncez, si vous aimez ce genre de livres!

Points attribués: 10/10

Je remercie l’édition Kennes pour cette lecture attrayante.

Ils vous tentent?