Afficher : 1 - 3 of 3 Articles
Romans

Les ravages de la passion de Marie-Bernadette DUPUY

Charente, 1925. La foudre vient de frapper les étendoirs du Moulin du loup, causant un violent incendie qui ravage une partie importante des bâtiments industriels. Bénissant le ciel d’avoir au moins épargné la maison ancestrale, ce foyer qu’elle chérit tendrement, Claire attend avec impatience le retour de Jean, parti au Canada avec leur fille adoptive, Angéla. Ainsi, l’épreuve sera moins pénible à supporter. Mais dès son arrivée, la fille de Colin Roy constate que son mari a changé, montre des comportements étranges. Distant et taciturne, malgré tous les vaillants efforts qu’il investit dans les travaux de réfection, l’homme semble traîner un lourd secret qu’elle ne peut percer. Or, quand Angéla revient dans la vallée des eaux-claires, enceinte de surcroit, une tempête effroyable brise les cœurs et les âmes. Devant toute la famille réunie, la jeune fille clame alors qu’elle aime son père adoptif et prétend qu’il l’aime, lui aussi. Trahie et humiliée, surtout car elle-même n’a jamais pu avoir d’enfant, Claire chasse les deux amants du moulin. Démolie au plus profond de son âme, la guérisseuse devra surmonter cette terrible blessure et reprendre ses activités. Oui, elle doit se battre, renaître et reprendre une vie normale! Mais trouvera-t-elle la force de pardonner à l’ancien bagnard, qui de son côté, exilé d’abord chez sa soeur puis dans le sud de la France, est malade de honte et de chagrin ?

Le chemin de la rédemption sera effectivement long et difficile, autant pour Jean que pour Angéla, réfugiée chez Bertille, la cousine de Claire. Et au bout de plusieurs mois de bouderie, de retrouvailles, de malentendus, de fuites, de crises de jalousie, de disputes et de courts et rares moments de bonheur, l’avenir brillera enfin et offrira au couple réconcilié la plus belle des récompenses…

7/10

Edition: Presses de la Cité Terres de France

Nombre de pages: 614 pages

Mon avis: Claire a toujours géré son petit monde d’une main de maître. Mais la foudre et l’incendie qu’elle a déclenché  a fait partir en fumée l’imprimerie familiale, c’est loin d’être aussi facile.

Surtout que Jean est loin, parti accompagner Angela à l’étranger.

Pourtant, le pire reste à venir. Jean a trompé Claire. Et qui plus est, avec Angela! Cette petite fille qu’ils ont adopté. C’en est trop pour Claire, qui décide qu’elle ne veut plus jamais revoir son mari.

Commence une lente descente aux enfers…

C’est le 5ème tome de la série du Moulin du loup. 

Tous les personnages sont présents. Grandis, vieillis, mais chacun a retrouvé sa place. L’ensemble du tableau s’anime à nouveau pour nous faire entrer dans la chaleur de ce moulin que Claire a su rendre chaleureux.

Je dois bien dire que, jusque-là, la pauvrette n’a pas eu beaucoup de chance. Entre les décès, les enfants qu’elle a recueillis, sa stérilité, les affres de la guerre, la peine de voir partir Jean, son absence, sa solitude, bref, elle a de quoi se lamenter. Marie-Bernadette Dupuy en a une fait une femme forte. Mais jusqu’à un certain point.

Il faut avouer que ce coup-ci, l’auteur a fait fort avec cette trahison! Angela, la jeune fille que l’on avait découvert dans les tomes précédents, jeune fille qui avait été violée et qu’on avait récupéré dans un état lamentable. Hébergée puis adoptée par Claire et son mari, elle n’avait eu de cesse d’attirer l’attention de son père adoptif. Et il a fini par succomber.  C’est odieux et inadmissible, de leur part à tous les deux.

En plus, on corse encore les choses, puisque la jeune demoiselle se retrouve enceinte! De quoi faire perdre à n’importe quelle épouse trompée, quand elle se rend que son ennemie se trouve sous son toit.

Encore une fois, on est allé de rebondissements en rebondissements. Ces hauts faits laissent la place à des périodes de calmes, durant lesquels on a le temps de reprendre son souffle et de regarder les réactions de chacun des personnes du roman.

Par contre, j’ai eu l’impression que l’ambiance n’était pas tout à fait la même que dans les tomes précédents. Une certaine lenteur s’est installée. J’ai eu l’impression que les périodes d’accalmie était pas mal longues. Et que souvent, les ressentiments les plus ancrés s’en allaient comme par magie. Je pense que c’est surtout ça que j’ai moins apprécié.

Il ne me reste donc plus qu’un seul tome à découvrir, ce qui devrait être fait très bientôt.

 

Je remercie l’édition Presses de la Cité pour cette lecture 

 

Romans

Le moulin de la dérobade d’Annie DEGROOTE

Le moulin de la dérobade d'Annie DEGROOTE

1906. Le troublant portrait d’une jeune femme du XVIIIe siècle et une trop jolie bague incitent Valentine de Montfleury à chercher à en connaître les secrets… Elle, la riche héritière bourguignonne, promise à un homme qu’elle n’aime pas, brave l’autorité paternelle et part à l’aventure dans un Nord inconnu à la recherche d’ancêtres supposés. Accompagnée d’Esmérance, sa délicieuse grand-mère, la jeune fille découvre les charmes d’un pays surprenant. A leur arrivée dans la petite ville de Bailleul, au pied des monts des Flandres, le coeur de Valentine bat à se rompre.

De révélation en révélation, Valentine lève le voile sur le mystère du légendaire moulin de la Dérobade, qui doit sa curieuse appellation à une sombre légende familiale enfouie pendant plus d’un siècle. Elle réveille également le souvenir d’un certain Degraeve et élucide l’histoire, extraordinaire, de ses propres origines…

Edition: Presses de la Cité Terres de France

Nombre de pages: 360 pages

Mon avis: Valentine est issue d’une famille noble. Promise à un jeune homme sans fortune mais de bonne réputation, elle appréhende son avenir. Lors d’une fête donnée en son honneur, un invité lui parle du tableau de famille que la jeune fille a toujours connu, et dans lequel elle voit une immense ressemblance avec son propre visage.
Pourtant, ce que l’invité lui raconte semble impossible: il aurait vu dans un livre d’art la reproduction de ce portrait, mais le nom de famille du peintre contient une consonance flamande. Le mystère est suffisamment intéressant pour que Valentine veuille découvrir toute l’histoire de si beau tableau.
L’histoire commence plutôt tragiquement. Une dispute familiale, un décès, et une longue absence.
En revanche, le personnage de Valentine est un véritable coeur tendre. Jeune, innocente, naïve, mais pas dénuée de volonté. En sa compagnie, nous remontons et voyageons à l’époque des moulins à vent du nord de la France. Et j’ai d’ailleurs découvert à cette occasion que ces bâtiments avaient un nom.
Je dois avouer que j’ai vu les choses arriver bien avant qu’elles ne se passent. Les événements sont un peu courus d’avance, et il n’y a donc aucune réelle surprise.
Ca reste malgré tout un joli petit livre à découvrir. Il est empli de douceur, de tendresse, de mystères découvrir et d’histoires d’amour. Tout ce qu’il faut pour passer un joli moment agréable. Je n’avais jamais rien lu encore de cet auteur. Ce n’est pas un coeur, mais il reste un roman plaisant.

Points attribués: 7/10

Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture flamande.

Il vous tente?

[su_divider]

Romans

Le moulin du loup de Marie-Bernadette DUPUY

 Saga familiale, amours impossibles et secrets de famille : en Charente, les aventures semées d’embûches d’une jeune fille rebelle et d’un bagnard, à la fin du XIXe siècle. Dans la vallée des Eaux-Claires, la jolie Claire, au tempérament rebelle, mène une jeunesse insouciante dans les ateliers du moulin où son père fabrique du papier et la campagne environnante où elle se promène avec le loup qu’elle a recueilli. Bientôt, tout s’effondre : accablé de dettes, son père la promet en mariage au fils d’un riche propriétaire, à qui elle voue une haine farouche. Or, un soir, Claire rencontre Jean, jeune bagnard en cavale. La passion va lier ces deux êtres que tout oppose. Mais il est des chaînes impossibles à briser…

Avec Le Moulin du loup, Marie-Bernadette Dupuy revient à ses racines charentaises, dans le cadre superbe de la vallée des Eaux-Claires, site mystérieux et chargé d’histoire.

Edition: Presses de la Cité Terres de France

Nombre de pages: 552 pages

Mon avis : Je suis dingue des sagas familiales, quelle que soit l’époque dans laquelle elle se déroule.
Celle-ci démarre très bien, et je suis sous le charme… C’est un vrai coup de cœur !
Claire est une jeune fille vivant dans la région de la Charente. Jusqu’ici, en dehors de sa mère, tout lui sourit. Son père, fabricant de papier artisanal, a un commerce qui tourne bien. Elle est choyée par lui, et elle a développé un caractère prononcé.
Mais les choses dérapent le jour où Claire se rend compte que son père a promis sa main à un jeune homme qu’elle n’aime pas. Il a des dettes, et n’a pas pu faire autrement. Dans quelques mois, elle devra se soumettre à cette promesse.
Hors, durant ce laps de temps, elle fait la rencontre de Jean, jeune évadé de bagne, dont elle s’éprend profondément. Cet amour, puissant, la pousse à chercher une solution pour rompre cette promesse que son père a faite…
J’ai été complètement transportée par la vie de Claire. Ce personnage a su se rendre réel à mes yeux, et la région dans laquelle elle vite m’a énormément plu. J’ai adoré la qualité des descriptions, la profondeur du récit. Même s’il s’agit au départ d’une romance, on traverse tout de même des époques, des coutumes, des traditions.
C’est un livre qui se laisse lire, malgré son poids, le nombre de ses pages. Et peut-être est-ce pour cela, après tout.. Toujours est-il que je n’ai qu’une envie : lire la suite !! En fouinant sur le net, j’ai découvert qu’il y a plusieurs tomes qui suivent celui-ci.
Voilà donc une histoire que j’ai très envie d’approfondir.
Points attribués : 10/10
Je remercie les Presses de la Cité pour m’avoir proposé cette lecture que je ne connaissais pas.
 [su_divider]
%d blogueurs aiment cette page :