Top ten tuesday #14

Le temps d'un café

Nous voilà de retour pour nos rendez-vous hebdomadaires!

Votre réveillon du nouvel an s’est bien passé? Pas trop d’excès? C’est très bien!!

Frogzine nous projette dans cette nouvelle année qui débute sur les chapeaux de roues. Oui oui, parce qu’elle nous demande de citer les 10 sorties littéraires de janvier qui nous tentent le plus!

Voici les miens!

Et voici Tomas, dit Tomi, gaucher contrariant, tête de mule, impertinent comme dix, débrouillard comme vingt, saisi en 1944 par la déportation dans l’insouciance débridée de son âge ? 14 ans. Ce Tom Sawyer juif et hongrois se retrouve dans le trou noir concentrationnaire avec toute sa famille. Affecté à l’atelier de réparation des uniformes rayés alors qu’il ne sait pas enfiler une aiguille, Tomas y découvre le pire de l’homme et son meilleur : les doigts habiles des tailleurs, leurs mains invaincues, refermant les plaies des tissus, résistant à l’anéantissement. À leurs côtés, l’adolescent apprendra le métier. Des confins de l’Europe centrale au sommet de la mode française, de la baraque 5 aux défilés de haute couture, Où passe l’aiguille retrace le voyage de Tomi, sa vie miraculeuse, déviée par l’histoire, sauvée par la beauté, une existence exceptionnelle inspirée d’une histoire vraie.

Parker Santé ne parvient plus à parler depuis la mort de son père, il y a cinq ans. Tandis que ses camarades de classe postulent pour l’université, lui préfère sécher le lycée et traîner dans les halls des hôtels de San Francisco pour voler les riches voyageurs.
Un jour, il rencontre Zelda Toth, une étrange jeune fille aux cheveux argentés qui prétend avoir plus de 200 ans. Lorsqu’elle lui dit vouloir se suicider, Parker fait un pacte avec elle : Zelda dépensera toute sa fortune avec lui s’il s’engage à poursuivre ses études pour devenir écrivain.
Mais Parker, qui est tombé amoureux, a un autre objectif : essayer par tous les moyens de lui redonner goût à la vie.

Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l’Exposition universelle débute, ils font l’erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d’un monde magique où s’affrontent créatures mythologiques, sorcières et errifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs devront se battre pour sauver leur vie et celle des habitants de la capitale.

Dizzy avait 4 ans lorsque sa mère est partie vivre à Katmandou, la laissant seule avec son père. Elle ne l’a pas revue depuis, mais chaque année sa mère lui envoie une lettre ou un cadeau pour son anniversaire. Le jour de ses 12 ans, Dizzy attend donc le courrier avec impatience et reçoit… la visite d’une drôle de femme hippie : sa mère. La jeune fille est bouleversée, d’autant que sa mère lui propose de partir avec elle, faire la tournée des petits festivals de musique. Son père s’y oppose. Mais Dizzy grimpe tout de même avec quelques affaires dans le camion bariolé de sa mère, direction l’aventure au grand air…

D’abord une histoire d’amour, comme il y en a tant d’autres. Mais très vite, les insultes, les coups, l’engrenage de la violence. L’homme avec lequel Jacqueline Sauvage s’est mariée à dix-sept ans transforme sa vie en enfer, régnant sur le foyer en véritable tyran. Leurs enfants, humiliées, frappés, terrorisés, ne sont pas épargnés. Tous partagent le même sentiment paralysant : la peur. Cette peur qui les empêche de partir ou encore de le dénoncer.
Et puis il y a ce lundi 10 septembre 2012. Ce jour où Jacqueline commet l’irréparable. Trois coups de fusil. Le bourreau est mort.
Le 28 décembre 2016, François Hollande a gracié Jacqueline Sauvage.
Après des décennies de silence, Jacqueline prend la parole. Pour toutes les femmes prises au piège de la violence conjugale.

« Des élites de Hollywood aux clubs privés de Wall Street, mes aventures dans le milieu du poker underground »

Petite fille, Molly Bloom rêvait d’une vie sans contraintes, sans limites, une vie où elle n’aurait de comptes à rendre à personne – une vie où elle pourrait devenir elle-même. Pour finir par obtenir bien plus que ce qu’elle aurait pu imaginer.

L’ex-princesse du poker, qui a eu pour clients des stars comme Leonardo DiCaprio ou Ben Affleck, des athlètes, des multimillionnaires, des politiciens ou encore des géants de la finance, se livre ici sans détours. Elle y décrit un monde glamour, privilégié et ultra secret, grâce auquel elle a gagné des millions, mené la grande vie toujours à la frontière de la légalité, et même tenu tête à la mafia russe et italienne – jusqu’à ce qu’elle rencontre un adversaire qu’elle n’a pas pu doubler : le gouvernement américain.

472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre.

Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues.
Quand, à la recherche de l’une d’elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu’un prédateur court les rues de Boston, qui s’assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière…

Juin 1515, des hommes vêtus de noir pénètrent, la nuit, dans l’Hôtel-Dieu de Paris et n’hésitent pas à semer plusieurs cadavres derrière eux pour s’emparer d’un mystérieux médaillon. Le jeune Etienne, un enfant intrépide d’une douzaine d’années, hérite par hasard du pendentif. Pris pour cible, il doit se jeter dans la Seine pour échapper à ses poursuivants. Ce qu’il ignore, c’est que le fameux médaillon est en fait une clé permettant de décrypter un code secret vénitien.
A la veille de la nouvelle campagne d’Italie projetée par François 1er, sa possession revêt une importance stratégique capitale. Pour retrouver Etienne, son fils unique, Héloïse Sanglar, femme-apothicaire, doit mener sa propre enquête et se mêler aux affrontements souterrains qui opposent les espions des deux camps. Finalement, en désespoir de cause, elle n’aura d’autre choix que de faire appel au chevalier Bayard, son ancien amour, qu’elle n’a pas revu depuis plus de douze ans.
Tous deux devront se joindre aux troupes françaises en route pour l’Italie, où la belle Héloïse aura de multiples occasions d’exercer son art auprès des soldats blessés. Alternant les chapitres consacrés aux mésaventures du jeune Etienne et ceux dédiés à la quête d’Héloïse et Bayard, le livre est construit comme une montée crescendo qui culmine avec les retrouvailles des trois héros sur le fameux champ de bataille de Marignan.
Disparition de cadavres, enlèvements, vol de documents, trahisons, assassinats, guet-apens, poursuites, batailles rangées, joutes amoureuses, les rebondissements sont multiples.

Il se voyait « en haut de l’affiche »… Après 67 ans de carrière en solo, il est cette légende qu’il aspirait tant à devenir. Depuis aout 2017, son étoile brille sur Sunset Boulevard. C’est peu dire qu’Aznavour est un artiste d’exception : il collectionne les records. De précocité comme de longévité : sur les planches dès 9 ans, il donne encore des récitals à 93 ans et pourrait bien réussir son pari d’être le premier centenaire à l’affiche d’un music-hall.
Rien n’augurait une telle carrière, au début des années 50, quand il était le chauffeur d’une Edith Piaf, convaincue qu’il ne connaîtrait jamais le succès. Dès lors, il a composé plus de 800 chansons, dont les tubes « Sa jeunesse », « La Bohème », « Emmenez-moi »… et des spectacles sur les plus grandes scènes du monde. Même ses apparitions au cinéma (et pas des moindres : Franju, Mocky, Truffaut…) marquent les esprits.
Mais qui se cache derrière ce showman populaire ? Une personnalité plus complexe qu’il n’y paraît, lui qui a enduré les humiliations et la jalousie… Sans doute y a-t-il aussi à chercher du côté de ses origines arméniennes, pays pour lequel il continue de s’engager avec ferveur ; de sa famille et son enfance sous l’Occupation, etc. Enquêteur infatigable et scrupuleux, Robert Belleret débusque les petits secrets, troublantes énigmes et fausses légendes d’un artiste qui a toujours contrôlé son image et « arrangé » sa biographie.

Quand la soeur aînée de Nico, Sarah, disparaît mystérieuremsent, sa famille est dévastée. Quatre années ont passé, et chacun a commencé à faire son deuil. Jusqu’au jour où elle réapparaît… Amnésique, mais vivante. Pareille et différente. Au fil des jours et des semaines, Nico en vient à se demander s’il ne s’agit pas d’une imposture. Comment réagir si c’est le cas ?

Et vous, quel est votre top ten?

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments

  1. pepparshoes 02/01/2018 8 h 25 min

    On a La belle étoile en commun, mais c’est vrai que Le Grand jeu me tente énormément aussi ! Surtout depuis que j’ai vu la bande Annonce et qu’ils annoncaient « Le loup de Wall Street au féminin », histoire de démontrer qu’une femme sait aussi être une bonne crapule 😛

    • aufildespages 02/01/2018 8 h 34 min

      hihi mais nous le savions déjà, nous, pas vrai? 🙂

      • pepparshoes 02/01/2018 9 h 32 min

        Absolument, mais ca fait du bien de le montrer au Grand public de temps en temps 😛

        • aufildespages 02/01/2018 13 h 17 min

          ah ca, je suis d’accord :p

Répondre à aufildespages Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :