Romans

Dans les yeux d’Ana de Christian LABORIE

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 556 pages

0 %

Résumé: Avril 1975. Sarah Goldberg, 30 ans, apprend qu’elle est l’héritière d’une maison dans un petit village des Cévennes, dont elle n’a jamais entendu parler. La demeure a été léguée à sa mère, Ana, décédée il y a quelques années. Profitant de l’été pour faire quelques travaux avant de vendre, Sarah découvre sous du papier peint une étrange inscription : « Ne cherchez pas à savoir. » Puis c’est un cahier qu’elle trouve, dissimulé dans la cave. Ana, alors jeune fille, y a consigné les errances de sa famille de 1920 jusqu’à la guerre. Sarah ignorait tout du passé de sa mère… Commence alors pour elle une bouleversante quête de vérité.

Merci à l’édition Presses de la Cité pour ce beau voyage

Mon avis: Sarah Goldberg a une drôle de surprise: elle vient d’hériter d’une maison, au fin fond des Cévennes, d’une dame dont le nom ne lui dit absolument rien.

Décidée à en avoir le coeur net, elle va se rendre sur place.

Peu à peu, sa propre histoire familiale va être illuminée d’une nouvelle manière…

Christian Laborie n’en est pas à son coup d’essai, pour ce qui est du roman de terroir. Les Cévennes est une région qu’il connaît et qui fait régulièrement office de décor pour ses histoires.

Sarah Goldberg est une jeune femme qui a bien réussi dans la vie. Un couple tranquille, un bel appartement, et un emploi gratifiant. Elle a tout pour être heureuse, si ce n’est qu’elle a perdu sa mère il y a plusieurs années.

De ce fait, elle en sait très peu sur son histoire familiale. Elle espère donc, avec cet héritage, en découvrir un peu plus.

L’histoire du livre se construit donc en deux temps: la quête de Sarah, et l’histoire personnelle de sa mère.

Grâce à des bonds dans le temps, on va pouvoir apprendre, un peu à la fois, pourquoi Sarah fait cet héritage.

La plume de Christian Laborie est toujours tranquille. Il aime prendre son temps, soigner ses personnages, et élaborer leurs pensées.

Cela apparaît à nouveau dans ce roman. Sarah elle-même est une force tranquille. Pas de coups d’éclat impulsifs, mais des réflexions et des actions bien arrêtées.

C’est peut-être un peu trop tranquille pour moi, je dois bien avouer. Mais ce rythme peut tout à fait plaire à beaucoup de lecteurs. Ce qui est d’ailleurs très certainement le cas.

J’ai apprécié ma lecture, mais ce n’est pas pour autant un coup de coeur.

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :