Young adult

De l’importance de savoir rebondir de Laura Zimmerman

« Copernic était un crétin. Il croyait que l’univers tournait autour du soleil. Alors que, de toute évidence, le monde tourne autour de mes seins » Une copine révoltée contre le monde entier, un nom imprononçable, une récente passion pour le volley et un crush pour le petit nouveau du lycée… La vie serait somme toute plutôt supportable pour Greer si elle n’était pas obligée de la partager avec deux colocataires un poil envahissants : ses seins. 

10/10

371 pages

Merci à l’édition Gallimard pour ce super roman!

Mon avis: Greer a un double problème: une paire de seins ultra développés. D’ailleurs, elle sait que si elle veut se taper un sprint, c’est prendre le risque de se retrouver avec un œil au beurre noir à cause de leurs soubresauts.  

Aussi, lorsqu’elle se découvre une passion pour le volley, c’est la catastrophe. Parce qu’avec une poitrine pareille, c’est la catastrophe assurée… 

J’ai a-do-ré ce roman! Pour plusieurs raisons d’ailleurs!  

D’abord, par l’humour contenu dans ces pages! La narratrice, Greer, a une façon bien à elle d’illustrer ses propos, une manière de dédramatiser ses propos. C’est tellement rafraîchissant! Parce que, il faut bien l’avouer, le regard des autres quand on est ado, c’est vraiment compliqué. Greer est complexée, le sait, le dit. Mais pour autant, elle est capable d’un vrai bel humour. 

Ensuite, pour le message que transporte ce livre. Oui, Greer a une grosse poitrine. Et Dieu sait que ce n’est pas toujours facile à assumer. Pour autant, peu à peu, la jeune fille se rend compte que ça ne doit pas l’empêcher de vivre, que ça ne l’oblige pas forcément à vivre en retrait dans l’ombre. Malgré ses difficultés, elle tente le coup. Et elle se rend qu’il y a des personnes compréhensives, et qu’en sortant de ses propres réserves, elle peut rencontrer de chouettes personnalités! 

Enfin, par la copine survoltée et vindicative qui fait partie de la vie de Greer. Elle m’a beaucoup fait rire, à cause de sa verve et de la puissance de ses convictions 

L’histoire en elle-même n’est pas extraordinaire. Nous sommes dans un registre adolescent, avec tous les émois que cela peut comporter. Un nouveau venu dans une petite ville, beau et tout et tout. Et nous voilà un scénario qui tient la route bien sûr, mais qui n’est pas vraiment innovant. Pour autant, le regard de Greer nous offre de nouvelles perspectives. Elle a une façon de dramatiser en dédramatisant. Ca, c’est vraiment hors du commun. 

J’ai lu ce roman très rapidement, et je l’ai adoré de bout en bout. Pour une fois, on n’a pas affaire à une poupée taille mannequin, on se retrouve dans la peau d’une jeune fille qui sait ce que c’est que de ne pas arriver à fermer les boutons d’un joli chemisier sans prendre le risque d’expédier un missile “boutonnesque” sur la personne en face d’elle. 

Lisez-le, vous ne serez pas déçus! 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :