Romans

La fontaine aux violettes de Françoise BOURDON

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 445 pages

0 %

Résumé: De Tourrettes-sur-Loup, sur les hauteurs de Nice aux beaux quartiers de Paris, quatre générations de femmes libres, vibrantes, indépendantes vont se succéder entre 1879 et 1945.  
Il y a d’abord Rosine, fille de modestes paysans, qui quitte, enceinte, son pays de la violette pour devenir une courtisane en vue de la capitale. Sa fille, Eloïse, mène une vie plus rangée près de Lyon auprès de son mari instituteur. Suivront Emma aux amours ardentes, créatrice de mode qui traverse intensément les Années folles, et sa fille Béatrice,  » nez  » de talent dans la ville de Grasse.  
 
C’est la culture de la violette, fleur à parfum par excellence, qui scellera le destin de ces quatre héroïnes de cœur et de passion. 

Merci à l’édition Presses de la Cité pour cette belle saga

Mon avis: Rosine a 16 ans. Et elle est enceinte. Pour ne pas déshonorer sa famille, elle quitte la terre qu’elle a toujours connu, celle des violettes, pour aller s’installer à Paris. Sans ressources et seule, elle n’a pas beaucoup d’option. Heureusement, une voisine va la prendre sous son aile, et la propulser sur la scène des Belles Horizontales… 

Sa fille mènera une vie tout à fait différente, faite de tranquillité dans un petit village loin de paris. Sa petite-fille, flamboyante comme elle, aura le goût de la mode. Et son arrière-petite-fille retournera sur la terre de son ancêtre pour y devenir un nez, métier hautement reconnu dans la parfumerie. 

A travers ces quatre générations, on voit le temps passer, l’Histoire faire ses ravages, et la transmission d’un héritage. 

J’ai beaucoup aimé ma lecture! Chacune des femmes que nous rencontrons explore un pan de l’histoire intéressant, et chacun de leurs caractères est intéressant. 

Certaines brillent sur la place parisienne, pendant que d’autres traînent derrière elles des cicatrices profondes avec lesquelles elles ont appris à vivre. 

Cette saga familiale me plaît au plus haut point. D’abord, parce que ce sont des transmissions, des héritages, et que chaque nouvelle génération apporte quelque chose de nouveau. Ensuite, parce que j’aime ces traversées dans le temps, ça me permet de voir le monde bouger, les modes changer, les traditions évoluer. Et j’aime énormément ça. 

Françoise Bourdon possède une plume qu’il n’est plus nécessaire de présenter. Mais il y a toujours autant de douceurs dans ses écrits, autant de cœur. Elle est l’une des figures du roman terroir qui est devenue incontournable! 

Ce roman-ci m’a en tout cas totalement passionné, et m’a permis de retourner vivre des époques oubliées. 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :