Afficher : 1 - 3 of 3 Articles
Documents

Le roman des Guerlain d’Elisabeth DE FEYDEAU

«La gloire est éphémère, seule la renommée est durable.» Près de deux siècles d’histoires d’amour et de beauté, perlés de tant de parfums imaginés, se sont écoulés depuis qu’un jour de 1828 Pierre-François-Pascal Guerlain (1798-1864), parfumeur-chimiste de son état, ouvrit sa première boutique, rue de Rivoli, non loin du très chic hôtel Meurice, à Paris… Son destin avait été scellé bien des années auparavant, dans ce berceau d’odeurs où s’écoula sa petite enfance à Abbeville, auprès de son père, marchand d’épices et potier d’étain. Muscade, cannelle, vanille, poivre venus de terres lointaines avaient fait rêver l’enfant et nourri sa mémoire à jamais. Des velléités d’indépendance, le désir, encore fugace, de se réaliser poussèrent sur la route un jeune homme prêt à tout pour conquérir ses rêves, et qui allait se révéler bientôt en créateur visionnaire, doué d’un génie sans égal pour combiner d’heureuses alliances olfactives… Libre et audacieux, Guerlain suivit son intuition, offrant à une clientèle exigeante des fragrances inoubliables, encloses dans des flacons aussi élégants que raffinés, comme on n’en avait encore jamais vu. Après lui, Aimé, Jacques, Jean-Paul poursuivront l’aventure en la réinventant sans cesse, au point d’incarner le Paris du luxe et de la volupté. Une réussite familiale romanesque, que fait revivre avec talent la plume d’Élisabeth de Feydeau. Une histoire, enfin, où égéries et muses ne manquent pas, qui ont inspiré parmi les grands succès de la Maison «Jicky», «L’Heure Bleue», «Mitsouko», «Shalimar»…

Edition: Belgique Loisirs

Nombre de pages: 324 pages

Mon avis: Vous connaissez ma passion pour les anecdotes, les coulisses, les secrets de fabrication, bref, tout ce qui peut constituer l’Histoire, dans ses petites et grandes largeurs.
Le monde des parfumeurs m’était jusque-là totalement inconnu. Il va sans dire que ce n’est pas parce que Guerlain m’a ouvert les portes que j’en connais tous les secrets. L’univers du parfum est complexe, méticuleux et précis. Je m’en doutais un peu. Et bien que certains détails soient dévoilés dans ce livre, l’ensemble des étapes a bien entendu été garder secret. Mais qu’importe.
Ce livre est écrit comme une musique, un opéra en plusieurs actes. Et je vous avoue que je me suis littéralement laissée porter par l’air entendu. Le récit de l’auteur est onctueux et poétique. Dès les premiers chapitres, la douceur est de mise. Avec plaisir, j’ai suivi les pas du patriarche de la future maison Guerlain. J’ai regardé ses premières manipulations, et ses essais fructueux. Sa renommée s’est étendue rapidement, et son empire a doucement pris de l’ampleur.
Quand il a été temps pour lui de laisser la place, ses fils, bien formés par ses soins, ont repris la tâche, mettant du coeur, de l’énergie et du talent à l’ouvrage. Puis les petits-fils et ainsi de suite.
J’ai vraiment adoré mon voyage au pays du parfum. Et je ne sais si c’est parce qu’un de leurs parfums me plaît particulièrement, mais toujours est-il que les anecdotes que j’ai découvert parmi ces pages m’ont intéressé au plus haut point.
Que ce soit la création des premières poudres, l’élaboration d’un nouveau parfum, de la mise en bouteille, ou de l’ouverture d’une nouvelle boutique, tout est vraiment décrit avec brio. Les êtres qui ont oeuvré pour cette réussite sont rendus vivants, même s’ils ne sont plus. Leurs familles, leurs enfants, leurs amis, chaque sujet est abordé dans un ordre logique.
Le plus, ce sont les deux livrets photos que contient ce livre. De quoi pouvoir admirer les ateliers, les bouteilles, les propriétés et bien d’autres choses encore.
En somme, ce livre m’a vraiment ravi, et c’est pour moi un véritable coup de coeur!

Points attribués: 10/10

[amazon_link asins=’208134775X’ template=’ProductCarousel’ store=’aufildespage-21′ marketplace=’FR’ link_id=’9e7241d7-924b-11e7-bf0f-d124d5672ee2′]

Romans

Un parfum de rose de Jean SICCARDI

Grasse, en 1920. Alors que l’industrie de la parfumerie atteint son apogée, intrigues et passions bouleversent l’univers secret des producteurs de roses Centifolia, la rose de mai, aux fragrances si rares. Hélène et Elvire Rabuis, jumelles, filles de forgeron, rousses comme le feu et l’orge, ont souffert durant leur enfance de la pauvreté.

Elles décident un jour d’user de leur intelligence et de leur beauté pour réussir. Elvire se fait embaucher chez Albert Maillan, le principal producteur de roses du pays. Celui-ci, rêveur et poète, tente de percer les mystères de cette fleur fascinante. Ses recherches éblouissent l’ensemble de la profession. Ambitieuses et jalouses, les jumelles imaginent une machination diabolique afin de capter les propriétés, les inventions et la richesse d’Albert Maillan.

Edition: Presses de la Cité Terres de France

Nombre de pages: 212 pages

Mon avis: Hélène et Elvire vivent près de Grasse, la ville des fleurs et du parfum. Belles et intelligentes, elles décident de se trouver un mari fortuné. Jumelles, elles rêvent aux mêmes idéaux. Elles jettent leur dévolu sur un jeune chef d’entreprise, promis à un bel avenir. Mais voilà, il est déjà fiancé. Qu’à cela ne tienne, les jeunes filles sont déterminées et prêtes à tout…
Mmmh comment dire?
Je suis vraiment très mitigée sur ce roman…
Bon les jumelles diaboliques, pourquoi pas. Ca met du piment à l’histoire, il y a du rebondissements, un peu d’intrigue. Pourquoi pas….
Quoi que j’avoue que c’est pas du tout ce que j’espérais trouver dans ce roman.
Quand je lis Grasse, parfumeur, je suis enchantée en me disant que je vais pénétrer dans une maison de fabrication, en voir les rouages, vivre un petit moment au rythme des cueilleurs, et des fabricants. Que je vais voir l’élaboration d’un parfum, suivre sa mise en bouteille, sa commercialisation, et tout le toutim.
Je m’apprêtais déjà à avoir le nez au vent, prête à imaginer les fragrances qui allaient se dégager de ce roman….
En matière de parfum, je n’aurai pas eu grand chose, à vrai dire. Un joli épisode au moment de la cueillette des fleurs, et le début du roman qui paraissait prometteur. A ce moment-là, on suivait les pas d’Albert Maillan, jeune talent qui voulait révolutionner le monde de la parfumerie, en compagnie de sa fiancée débordante d’idées. Voilà, ça c’est ce que je voulais avoir comme histoire.
Mais ensuite, tout déraille. La cueillette mal cadrée, la jumelle dans la place, le désir affriolant, les meurtres. Et on perd com-plè-te-ment de vue la parfumerie. C’est bien dommage, avouez, en ayant planté le décor à Grasse!
Je suis obligée d’admettre que je n’ai pas vraiment passé un bon moment, et je le regrette.

Points attribués: 5/10

Je remercie l’édition Terres de France pour cette lecture fleurie.

Il vous tente?

[amazon_link asins=’2258143586′ template=’ProductLink’ store=’aufildespage-21′ marketplace=’FR’ link_id=’6c5f4bd0-8e28-11e7-851c-d32c205a0a7f’]

%d blogueurs aiment cette page :