Afficher : 1 - 10 of 40 Articles
littérature enfantine Young adult

Atlantis tome 1: L’héritière de Christine et Madeleine FERET-FLEURY

 Depuis la disparition de ses parents, la jeune Adel Pullman n’a qu’un refuge : le grenier du sinistre orphelinat où elle est obligé de vivre. C’est là qu’elle fait deux découverte surprenantes : le carnet de son père et un médaillon aux étranges pouvoirs, qui lui permet de basculer dans un autre monde. Ces objets ont-il un lien avec le continent englouti que le professeur Pullman recherchait quand il a disparu ? La légende d’Atlantis est-elle entrain de renaître ? Adel se lance dans cette quête légendaire, seule. Seule ? Pas vraiment. Car un personnage mystérieux la poursuit sans relâche.

Edition: Hachette

Nombres de pages: 300 pages

Mon avis: Adel est une jeune adolescente de 13 ans, échouée dans un orphelinat sévère et injuste. Le jour où n’a plus le choix, elle s’enfuit par les toits.
Se croyant enfin libérée de tout, elle constate très vite qu’il n’en est rien. En réalité, un homme sombre et boiteux la poursuit sans relâche.
Grâce à un carnet que son père avait caché et qu’elle a retrouvé, elle décide de marcher sur les traces de celui-ci, et de retrouver ce qu’il cherchait tant.
C’est loin d’être facile pour une jeune fille démunie, désarmée. Heureusement, elle trouvera sur son chemin de bonnes personnes qui l’aideront à atteindre son but.
J’ai beaucoup aimé ce premier tome. il est intrigant, à la portée de tous les lecteurs, jeunes et moins jeunes. Il y a jolie part au mystère et au mythe de l’Atlantide, que j’aime particulièrement.
Ca se lit très vite, sans soucis de vocabulaire. L’histoire est placée au début du XXeme siècle, période que j’aime, elle aussi, beaucoup.
Tout y était pour que ce livre et pour que je n’ai qu’une envie: lire la suite!!

Points  attribués: 8/10

[su_divider]

littérature enfantine

Mon amie Anne Frank d’Alison Leslie GOLD

 Un jour de Juillet 1942, Anne Frank, une jeune Juive d’Amsterdam, disparaît avec toute sa famille. Son journal est devenu un témoignage majeur de la Seconde Guerre mondiale. Ce livre retranscrit le récit de sa meilleure amie, Hannah Goslar, qui, elle, a survécu à l’Holocauste. A travers ce nouveau témoignage, le lecteur découvre l’amitié de deux enfants juives pendant la guerre; les humiliations et les souffrances infligées par les nazis, et, dans l’horreur quotidienne des camps, un intense moment d’espoir.

Edition: Bayard

Nombre de pages: 164 pages

Mon avis: Tout le monde connaît l’histoire d’Anne Frank, mondialement connue par l’intermédiaire de son journal.
Mon fils a emprunté à la bibliothèque ce livre, qui m’a interpellé. Après sa lecture, je le lui ai emprunté, pour le lire à mon tour.
Je m’attendais à une petite fiction basée sur l’histoire d’Anne Frank. Qu’elle n’a pas été ma surprise de découvrir qu’il s’agit en réalité de l’histoire, authentique, de l’amie d’Anne Frank, Hannah Goslar.
Hannah rapporte ses souvenirs de l’époque où Anne a disparu, du jour au lendemain. Tout le monde pensait que sa famille en entier était partie pour la Suisse. Ils étaient bien loin de penser qu’Anne était toujours à Amsterdam, cachée.
Hannah est passé par les camps de concentration, a perdu toute sa famille, excepté sa jeune soeur, dont elle a pris soin.
Cette histoire, une parmie d’autre me direz-vous, est touchante et bouleversante. En plus de voir cette guerre et ses horreurs par le regard d’une jeune fille, elle a, pour moi en tout cas, une double dimension: L’aspect véridique des déportations, mais aussi le lien étroit que Hannah avait avec Anne. En effet, dans le journal de la jeune fille, elle parle souvent de Lies, son amie qu’elle n’a pu prévenir de son départ. Il s’agit en réalité de Hannah, qu’elle appelait affectueusement Hanneli ou Hannelies.
Je suis très contente de trouver ce livre dans les mains d’un enfant. Il est bien dommage qu’il ne soit pas plus connu.
Points attribués: 10/10
Voici quelques photos de Hannah a l’époque de son récit, ainsi qu’une vidéo où elle raconte la première fois où elle a rencontré Anne. (il y a moyen d’avoir la transcription en français, sur la même page)

[su_divider]
Documents

Wonder mum 2 de Serena GIULIANO LAKTAF

Succès littéraire de l’année 2014, Wonder Mum nous a fait découvrir avec son ton inimitable les coulisses de l’univers merveilleux de la parentalité.
Elle s’attaque aujourd’hui à un sujet ô combien sensible: les amies. Et il y en a des choses à dire sur celles qui partagent nos vies.. toutes nos vies! Nos amies « multifonctions », nos couteaux suisses humains en quelque sorte, toujours présentes pour nous aider.
Et quand c’est Serena qui en parle…. attention, ça va piquer!

Edition: L’étincelle

Nombre de pages: 101 pages

Mon avis: Au vu du résumé, je m’attendais à passer un bon moment… Je n’ai pas été déçue!! Loin de là!!
Dans ce livre, on retrouve toutes les sortes d’amitié qui existent au monde: les meilleures amies qui ont la vie devant ou les amies qui ont des enfants par exemple.
Dans chaque situation, l’auteur nous donne, dans une petite situation cocasse, toute l’étendue de ce que représente l’amitié. Car après, nos meilleures amies connaissent tout de nous, et nous connaissent même parfois mieux que nous-mêmes! Elles sont là dans toutes les situations, heureuses ou malheureuses, sont prêtes à dégainer la petite cuillère et le pot de crème glacée, les mouchoirs, et les idées complètement dingues.
Elles sont toujours là pour vous écouter, et savent toujours quoi vous répondre, que vous soyez en train de vous époumoner de désespoir ou de vous transfomer en bridezilla. Elles vous accompagnent dans votre guerre contre votre belle-mère, votre ex, les autres mères, les vendeuses, vos collègues, et autres personnes dont vous voudriez vous plaindre.
J’ai beaucoup ri avec ce livre. Bien que j’ai trouvé certaines situations un peu exagérées, j’ai tout de même bien compris le message que l’auteur voulait faire passer: on ne peut se passer de sa meilleure amie!
Entre conversation facebook, des messages électroniques, des soirées entre filles, et autres manière de se parler, Séréna a aussi des pages tendresses. Des textes de douceur, que l’on a envie de déclamer tels quels à notre meilleure amie, parce qu’on tient à elle.
Je me suis reconnue dans pas mal d’anecdotes, et j’ai bien envie d’en tester d’autres.
Je pense que ce petit livre mérite d’être connu, d’être offert à nos meilleures pour qu’elles comprennent combien on les aime… mais il est aussi à mettre dans les mains de certains chéris qui ont bien du mal à comprendre cette personne interfère autant dans leurs vies.

Points attribués: 9/10

J’ai lu ce livre grâce au partenariat avec Sariahlit

 [su_divider]
Young adult

Coeur de brindille de Yves-Marie ROBIN

Été 1975, Cité des Biscottes, dans le Nord de la France. Lolita dite Brindille, une adolescente de 15 ans, vit seule avec sa mère, alcoolique notoire. En vraie « fleur de béton », Brindille ne rêve que de partir – d’abord et avant tout, pour revoir son frère aîné Angelo, incarcéré à Marseille.
C’est à l’occasion d’une rencontre foudroyante avec un jeune jongleur travaillant dans un cirque tzigane qu’elle concrétise ce désir… au grand désarroi de son professeur de lycée, très attaché à cette élève atypique qui va se lancer à sa poursuite. Mais Lolita laisse peu de traces ; lancée sur les routes avec le cirque, elle apprend le métier, change d’identité, s’adapte aux péripéties en suivant son instinct, toujours. En cargo, à pied ou sur la selle d’un scooter, elle ira jusqu’au bout de son aventure…
… par le chemin où naissent les légendes !

Edition: Sarbacane

Nombre de pages: 188 pages

Mon avis : Lolita, jeune fille du Nord de la France, vit avec sa mère, alcoolique. A 15 ans, mal dans sa peau, elle décide de quitter l’école. Elle n’en peut plus, et ne veut qu’une seule chose : pouvoir aller voir son frère, emprisonné à Marseille.
Au pied de son immeuble, un cirque itinérant s’installe, et elle se fait embaucher. Le beau jongleur tombe sous son charme, et elle finit par décider de les suivre dans leur voyage.
Mais voilà, elle n’a que 15 ans, et est déclarée comme fugueuse.
Au-delà de la petite histoire d’amour que vit Brindille (surnom de Lolita), il y a aussi la profondeur de son mal-être. La sonnette d’alarme que tire l’un de ses professeurs prend du temps avant d’avoir un effet quelconque. Ce qui dénonce aussi la lenteur du système, quand il s’agit d’aider un enfant qui en a réellement besoin.
Même s’il est destiné à la jeunesse, ce livre est bien profond. Il est clair, dit haut et fort ce que beaucoup d’adolescents ressentent (même si beaucoup d’entre eux ne vivent pas une situation aussi difficile que Brindille). Et je trouve ça très bien, de pouvoir mettre des mots sur des émotions.
Je pense que pas mal de jeunes lecteurs s’y reconnaîtront, et tenteront de se mettre à la place de la jeune fille. Bon j’espère tout de même que cela ne provoquera pas des fugues en série, et que ces mêmes ados pourront peut-être avoir envie de parler plus librement de ce qu’ils ressentent.
J’ai passé un petit moment agréable en compagnie de Lolita, qui m’a plu par sa force de caractère.
Points attribués : 8/10
Je remercie l’édition Sarbacane pour le voyage qu’elle m’a offert.
[su_divider]
Romans

Les amours de Lou de Marie-Claude GAY

 Lou a grandi tant bien que mal sous les ordres et les silences imposés d’un père tyrannique, cœur de pierre inapte à l’amour. Hors des murs de leur maison bourgeoise périgourdine, la famille Vandreuilh affiche un bonheur de façade car il est des milieux  » bien nés  » où l’on ne montre rien. Après une enfance toute en tension et une adolescence saccagée – notamment par un terrible drame familial – qui ne sont égayées que par la merveilleuse Bonne-Maman, Lou devient une jolie étudiante en droit, à Bordeaux. Elle réapprend à vivre, à s’émanciper, à découvrir enfin, au côté de Philippe, l’amour partagé. Mais tout cela n’a qu’un temps. De 1952 à nos jours, le portrait touchant de Lou, à la fois femme libre et fragile, qui en dépit de sa riche vie sentimentale, entre cruelles désillusions et espoir jamais vaincu, cache en elle et pour toujours ses blessures de petite fille…

Edition: Presses de la Cité, Terres de France

Nombre de pages: 446 pages

Mon avis :Lou est une petite fille de 10 ans. Avec sa sœur aînée, Pauline, 16 ans, elle vit dans une famille régentée par la main de fer paternelle. Elles subissent brimades et frustrations sans protester. En 1952, on ne discute pas les ordres parentaux.
Malgré tout, Pauline s’éprend de son jeune voisin, et c’est le drame.
On suit Louise, au fil des années. Elle arrive, elle aussi, à 16 ans, et tente de ne pas reproduire ce qui est arrivé à Pauline. Mais son père est présent partout, et la vie s’assombrit.
Au fil de sa vie, Lou aurait différents amours, certains plus forts que d’autres. Mais la vie n’est pas facile, et Lou en fait le triste constat.
C’est un livre simple. J’ai énormément aimé la première partie, avec ce retour en arrière, dans les années 50. J’ai aimé redécouvrir les mœurs, et les qualités qu’on recherchait chez les jeunes filles de l’époque, la moralité imposée et les études complètes. Lou est attachante, tendre, douce et j’ai adoré ce personnage. J’aurais pu en faire mon amie.
Les années passant, Lou vieillit, et sa vie se remplit de sentiments divers. Les premiers émois, le premier grand amour, avec un grand A, et les désillusions.
Finalement, cela pourrait être la vie de n’importe qui. Et à part ce voyage dans la ligne du temps dans la vie de Lou, je n’ai pas retiré grand-chose de ce livre. Pas de cœur hélas. J’ai malgré tout passé un bon moment en sa compagnie. Et je dois dire qu’il est apaisant.
Points attribués : 7/10
Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture tendre.
[su_divider]
Documents

Vendues de Zana MUHSEN

 En 1980, Nadia et Zana Muhsen, deux petites anglaises de quatorze et quinze ans s’envolent au Yémen_pays de leur père_pour des vacances de rêve… Là-bas, leur existence bascule dans le cauchemar. Prisonnières dans un village isolé, elles seront mariée de force. Leur père les a vendues!13 000 francs chacune.
Coups, insultes, chantage… Très vite, Nadia capitule. Mais Zana résiste. Elle écrit des centaines de lettres qui n’arriveront jamais… Puis, un jour, un médecin yéménite accepte de poster un courrier adressé à sa mère. Elle lui demande d’alerter la presse, de crier leur histoire au monde entier!
L’ Angleterre s’émeut. En 1988, le gouvernement yéménite autorise les deux jeunes filles à quitter le pays…sans leurs enfants. Nadia refuse. Zana décide de fuir l’enfer…
D’ Angleterre, Zana continue sa lutte. Pour son fils, pour les autres femmes. Pour qu’un jour certains hommes cessent d’être d’infâmes geôliers.

Edition: France Loisirs

Nombre de pages: 275 pages

Mon avis : J’avais lu ce livre pendant mon adolescence, et j’avais gardé un souvenir fort. Mais il arrive parfois qu’une relecture, à un âge différent, rend les choses encore plus concrètes.
Nadia et Zana, jeunes anglaises, se voient offrir l’occasion de partir 6 semaines au Yémen, dans la famille de leur père. Confiantes, elles s’envolent vers ce pays qu’elles n’ont jamais vu. Mais la réalité est toute autre : elles ont été vendues par leur père, et mariées de force. Au bout des premiers jours, l’affabilité qu’on leur témoigne change et laisse place à des viols et de la violence.
Zana combat de toutes son âme ses pratiques, et en récolte de nombreux coups et humiliations. Sa sœur, plus jeune, se coule plus vite dans le moule qu’on lui demande d’incarner : une épouse yéménite soumise.
Pendant 8 ans, 8 longues années, Zana va tout essayer pour atteindre sa mère. Son courrier détourné, l’impossibilité d’avoir accès à un téléphone compliquent encore les choses.
J’ai été secouée par cette lecture. J’ai eu la gorge serrée de nombreuse fois, en lisant ce que cesdeux jeunes filles vivaient, trahies par leur propre père. L’angoisse journalière qu’elles vivent m’ont fait venir les larmes aux yeux.
C’est surtout queleur histoire ne se termine pas bien. Si Zana, par sa force de caractère, arrive à sortir du Yémen et à revenir en Angleterre (abandonnant son fils au Yémen), sa sœur n’a pas autant de chance.
Mariée et mère de 3 enfants au moment du départ de Zana, elle ne l’a pas suivi, pensant que sa sœur pourrait, de leur pays natal, l’aider à son tour.
J’ai cherché des informations sur le net. J’ai été effondrée : Nadia est, à ce jour, apparemment mère de 6 enfants, et vit toujours au Yémen, disparaissant régulièrement dans des villages de plus en plus reculés. Zana continue à se battre pour la faire sortir du pays où elle vit, mais la cause semble perdue.
Je suis bouleversée par leur histoire, et je pense que je vais essayer de continuer à chercher des informations sur leurs vies.
Points attribués : 10/10
voilà une photo prise au Yémen, avant le départ de Zana
 Une des derniéres photos que nous possédons de Nadia
Et enfin une photo de Zana aujourd’hui
[su_divider]
%d blogueurs aiment cette page :