Bullet journal #4

Bullet journal

Bonjour les loulous!

C’est l’heure du récapitulatif de la semaine. J’ouvre mon cahier, mes auto-collants animés, mes crayons de couleur, et je m’installe avec mon café.

Qu’ai-je fait durant la semaine écoulée?

A vrai dire, j’ai vécu ma semaine comme un peu engourdie. Le rythme scolaire des louveteaux était toujours aussi soutenu, mais l’atmosphère de la période de devoirs plus calme. Conclusion, maman Louve se sent aussi plus détendue.
En gros, voilà ce qui m’a occupé:
  • j’ai regardé deux épisodes de la septième et dernière saison de Little Pretty Liars. La seconde partie de la saison est enfin en français, je vous donc enfin connaître le fin mot de l’histoire.
  • J’ai regardé trois épisodes supplémentaires de La servante écarlate. Toujours aussi bousculant! Ouh la! Cette série prend vraiment aux tripes. Je suis vraiment heureuse que ce roman ait été remis au goût du jour!
    A propos de Margaret Atwood, si vous regardez de temps en temps les sorties littéraires qui m’intéressent (sur la page d’accueil), vous avez pu voir qu’un second roman est bientôt réédité: captive. Eh bien, j’ai appris cette semaine qu’il y a également qu’il y a également une adaptation en mini série télé: Alias Grace. Rien que pour vous mes choux, voilà la Bande-annonce. Il n’y aura que 6 épisodes, mais ils ont l’air puissants!

    Alias Grace
    Alias Grace – saison 1 Bande-annonce VO

  • Je continue aussi à broder mon abécédaire. Lentement mais sûrement, j’atteins les montagnes hihi
  • Et puis je me suis fait plaisir, j’ai plongé sur Origine. J’en ressors un peu mitigée, mais vous verrez tout ça demain.
  • J’ai aussi découvert un nouveau terme, hier soir: le nesting. Qu’est-ce que c’est que cette bête? Je vous montre..
    Ca peut être..

ou ca…

Ou encore ça..

Vous voyez ce que je veux dire? Le nesting, c’est profiter des week-ends ou de vacances pour se ressourcer chez soi, tranquillité et cocooning.

On zappe les sorties jusqu’à pas d’heures et profite du bien-être de son chez soi, en faisant des choses relaxantes.

Moi, j’adhère TO-TA-LE-MENT!! Pas vous?

A quoi vais-je m’occuper durant la semaine qui arrive?

  • Je voudrais terminer La servante écarlate. J’ai hâte de la retrouver et de savoir ce qui lui arrive.
  • Je suis invitée à un baptème, donc chouette soirée en perspective
  • je vais faire un spa avec chéri et nos amis. Chouette après-midi en perspective.
  • Nous fêtons l’anniversaire de Louveteau n°3. Vous vous rappelez? Je vous en ai parlé.
    Louveteau n°3 a 13 ans (bientôt 14 en octobre). Il est dans une école spécialisée et suit l’école à son propre rythme. Il est très affectueux, mais peut facilement montrer les crocs. Attention à qui s’y frotte! Joueur, ayant un rire très communicatif, il s’amuse d’un rien, aime Blanche-neige et les 7 nains, mais aussi Transformers, et tous les Marvel! Ce n’est décidément pas une fleur bleue, et pour l’instant, les filles, à son goût, sont plus casse-pieds qu’autre chose. Il aime les animaux, et les jeux vidéos, à mon grand dam.
  • Je voudrais avancer mes lectures (mais pourquoi mes journées n’ont-elles pas 48h?? Je vous le demande!) Mes jolies piles de réceptions recommencent à grimper, malgré la belle régression du chiffre de ma Pal cet été. Je dois donc y mettre un bon coût, surtout qu’il y a des merveilles parmi tout ça!

Comme la semaine dernière, je vous parle d’un thème littéraire que j’aime beaucoup. Il a été influencé par une de mes dernières lectures: La petite couturière du Titanic. Vous me voyez venir? Eh oui, je vous parle de ce bateau magnifique, réputé à l’époque de son lancement insubmersible.

Pour le plaisir, voilà une sélection de roman traitant de ce navire. Je ne les ai pas tous lu, mais peut-être que vous oui? N’hésitez pas à me laisser un petit mot si c’est le cas.
10 avril: le majestueux paquebot Titanic quitte le port de Southampton. Destination: New York . A son bord, May Smith, passagère de 3ème classe, son mari et leur bébé. Comme beaucoup d’autres, le couple part tenter sa chance en Amérique. Parmi les voyageurs de 1ère classe, Celeste Parkes rentre chez elle en Ohio le coeur serré. La jeune femme n’a osé avouer à personne la vérité sur l’homme qu’elle a épousé…
Mais le naufrage du Titanic va tout changer. Rescapées, May et Celeste vont se retrouver liées à jamais. Après avoir survécu à l’horreur, comment Celeste réussira-t-elle à prendre son destin en main? Quant à May, la décision qu’elle a prise en secret cette nuit-là bouleversera sa vie et celle des générations à venir…
Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique.
Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure.
À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess.
En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg…
Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame ?
La promesse du naufragé va faire chavirer les coeurs…
Irlande, 1912. Michael embarque clandestinement à bord du Titanic pour fuir la misère. Alors qu’il est sur le point de mourir de faim, Owen le prend sous son aile. Quand le paquebot réputé insubmersible percute un iceberg, Owen se sacrifie pour sauver son ami. Il lui fait promettre de veiller sur Annie, sa petite soeur qui est en danger. Tout en travaillant d’arrache-pied pour lui offrir un avenir meilleur, Michael tente de convaincre Annie de le rejoindre et s’éprend d’elle au fil des lettres qu’ils échangent. Mais peut-elle vraiment laisser libre cours à ses sentiments et avouer son amour à celui qu’elle tient pour responsable de la mort de son frère ? Entre les hésitations de la jeune femme et la Première Guerre mondiale qui ravage l’Europe, Michael n’est pas au bout de ses peines…

 

14 avril 1912, 23h40. Sur le plus luxueux paquebot du monde, la soirée s’achève, les passagers du Titanic regagnent leurs cabines. Dans la fastueuse salle à manger des « première classe », jamais l’atmosphère n’a été plus gaie, les femmes plus belles, les hommes plus élégants.
Peu à peu, les lumières s’éteignent. Seuls quelques bridgeurs s’attardent au fumoir. Sur la passerelle, le premier officier Murdoch prend son quart. La mer est calme, le ciel limpide…Quelques secondes plus tard, le Titanic heurte un iceberg. Avant l’aube, mille cinq cents personnes auront péri dans les flots glacés de l’Atlantique Nord.

 

Le 10 avril 1912, Michel Navratil part refaire sa vie en Amérique.
Avec ses deux fils il embarque à bord du Titanic, le plus beau paquebot du monde surnommé « L’Insubmersible ». Mais le 14 avril, à 23 h 40, le Titanic heurte un iceberg.
La tragédie commence pour tous les passagers et Michel n’a alors plus qu’une idée en tête : sauver ses enfants.
Lolo a quatre ans, Monmon en a deux : pour l’Histoire ils seront désormais « les Enfants du Titanic ».
L’auteur, Élisabeth Navratil n’est autre que la fille de l’ainé des 2 frères, Michel Marcel Navratil, rescapé du drame et décédé en 2001, et la petite fille de Michel Navratil, disparu le 15 avril 1912.
Metteur en scène d’opéra et écrivain, c’est tout naturellement que son histoire familiale l’a amenée à s’intéresser de près à l’histoire du « Titanic », à travers ce récit et un spectacle lyrique «Mozart Titanic».
Son récit, bouleversant de vérité, mêle réalité et fiction, en s’appuyant à la fois sur les souvenirs de son père, l’aîné des deux frères rescapés, et sur une riche documentation sur le naufrage du plus célèbre des paquebots.
La section Méta, organisme secret contrôlé directement par le président des États-Unis, a élaboré un gigantesque système anti-missiles capable de révolutionner la défense de l’Amérique, et donc de bouleverser la face du monde. Seul petit problème, le « projet Sicile » a pour principal ingrédient un minerai rarissime, le byzanium, dont on ne connaît qu’un unique gisement, exploité en Sibérie jusque dans les années 1910. Or, il s’avère que le seul stock disponible a en réalité été embarqué sur le Titanic et devrait donc logiquement reposer par 3 600 mètres de fond dans les abysses de l’Atlantique Nord. Dirk Pitt et son équipe d’océanographes, de techniciens et d’aventuriers vont donc se retrouver confrontés à cet ordre insensé de la présidence : « Renflouez le Titanic ! ». Très vite, ils vont être en proie à de graves dangers : un ouragan d’une violence encore jamais constatée menace le projet fou, mais moins sans doute que l’agressivité armée des Russes, pas vraiment disposés à laisser leurs ennemis héréditaires se fabriquer un bouclier rendant les forces rouges inopérantes.
Et puis pour les plus jeunes lecteurs
Le journal intime de Julia, embarquée à bord du « Carpathia », nous fait vivre avec elle la nuit dramatique où le « Titanic » a coulé.«15 avril 1912, 2 h 20 du matin.Je suis toujours sur le pont. Quelques passagers m’ont rejointe : comme moi, ils s’efforcent de passer inaperçus et de ne pas gêner l’équipage. Personne ne parle. Les hommes ont le visage grave et tendu ; une femme prie à voix basse.Nous marchons à une vitesse de dix-sept nœuds. Qui aurait cru que le « Carpathia » pouvait aller aussi vite ? Le capitaine a posté des vigies supplémentaires à l’avant, avec mission de le prévenir s’ils aperçoivent des glaces à la dérive, ou le moindre signe du « Titanic ». Tout paraît tranquille – trop tranquille : la mer est plate comme un lac, les étoiles brillent avec intensité dans le ciel noir. Il fait de plus en plus froid. Comment imaginer que, à quelques milles d’ici, un navire aussi énorme soit en perdition ?»
Voilà, c’est ici que je referme mon cahier. Je vous dis à bientôt!

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  1. Fofie Lit 13/10/2017 17 h 51 min

    Tu fais ton Bujo sur ton blog, en faite ? Pas dans un livre ou un carnet ! C’est très sympa comme idée ! 😀

    • aufildespages 13/10/2017 18 h 57 min

      ôui j’ai déjà tout plein de cahiers loool, alors je me suis dit que ce serait plus drôle de le faire ici 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :