Dans ma boîte aux lettres (111)

In my mailbox

Coucou tout le monde!!
Bon, je vous avais prévenu sur ma page Facebook…. mon IMM est monstrueux!!!!
 Car au final, pas moins de 22 livres (!!!) sont venus me rejoindre cette semaine!! Je n’en reviens pas moi-même.. d’ailleurs vous avez dû remarquer de points d’exclamation que j’ai utilisés dans ces deux premières phrases… Des livres en tout genre, de tout style, de toutes épaisseurs, et de toutes tailles sont là.
Je vous parle de tout ça? Allez d’abord chercher une tasse de café, et installez-vous.
D’abord, l’édition De Borée m’a envoyé un gros paquet
Née sur les sauvages terres d’Ardèche, mariée de force, mère contre son gré, Jeanne, emplie de haine, se rebelle contre son destin. Mais en 1789, la France entière s’embrase aux idées généreuses de la Révolution et c’est l’Histoire qui impose sa loi. Cependant, cette Révolution qui a suscité tant d’espoir en une société plus juste ne tient pas ses promesses. La misère et le désordre gagnent du terrain. En Vivarais, des hommes s’affrontent avec passion et violence. Certains pour préserver leur foi et leurs traditions, d’autres pour changer de vie en détruisant ce qui les a contraints. A travers les épreuves, Jeanne l’orgueilleuse, Jeanne l’ambitieuse qui ne rêve que de revanche, apprend l’humilité, la charité et le pardon. Sur fond historique, un vrai roman d’aventure violent, dramatique, passionnel, qui fait souffler un vent épique sur l’Ardèche.
Après le remariage de leur mère, Louis et sa sœur Pascaline s’enfuient et sont recueillis par Antoine et Marthe, métayers au mas de la Sarrasine. 
Les enfants découvrent un domaine où la famille Loubaresse s’active depuis vingt ans avec passion autour des vignes et de l’élevage du ver à soie. 
Entre satisfactions et coups du sort, les deux orphelins ne se déroberont pas à la confiance portée par Antoine…
Camille, recueillie par un modeste couple de fermiers, se révèle dotée d’un véritable don pour la cuisine. Son rêve secret de devenir pâtissière se heurte au destin que lui ont réservé ses parents adoptifs : une vie ennuyeuse auprès d’un mari bien terne. Cependant, Camille parvient à se faire embaucher dans le très chic salon de thé de Martial Osmont. Le charme de son bel employeur, devenu résistant, ne la laissera pas indifférente. Le chemin qu’elle emprunte alors la mènera au mystère de ses origines…
La Demoiselle de Hautefort Soeur Constance a décidé de consacrer sa vie aux pauvres. Volontaire pour travailler à l’hôpital de Hautefort, elle s’emploie à soulager, grâce aux plantes médicinales, les maux du corps, et parfois de l’âme. Alors que la révolte gronde à Paris, que le peuple se soulève pour l’abolition des privilèges et des impôts, l’inquiétude monte au château des Hautefort. La fièvre vengeresse de certains gardes nationaux les pousse à des exactions qui n’épargnent personne. Outre les difficultés à surmonter pour que l’hôpital continue de fonctionner malgré le chaos, Dieu semble avoir mis sur le chemin de Constance une épreuve supplémentaire : ses sentiments pour Martial… Constance, ce matin-là, réécrivit le cours de son destin. L’herboristerie dans laquelle ils avaient pénétré sentait cette odeur d’herbes séchées qui avait tant troublé Martial. Il l’associait bien sûr à Constance. Cela lui donnait des envies de la rouler dans le foin. Il avait les yeux posés sur elle, il ne lâchait pas son étreinte visuelle jusqu’à ce qu’elle en fût déstabilisée à son tour. La présence de Manon rassurait Constance comme un enfant se cachant derrière sa mère pour ne pas regarder un intrus. Elle sentait pourtant le regard brûlant se poser sur ses mains, sur son front. Elle tenait bon.
L’édition Nathan jeunesse m’a aussi envoyé un tout gros paquet
À l’école, Jenn et son frère, Mervin, ont fait la connaissance d’une fille au nom étrange : Orage. Son père est le concepteur de WonderPark, un parc d’attractions mystérieux et désaffecté. Quand leur nouvelle amie leur propose de visiter l’endroit, Jenn et Mervin sont ravis. Mais à peine sont-ils entrés dans le parc que Zoey, leur petite sœur, disparaît. Les enfants découvrent alors que WonderPark est le portail de mondes magiques et pourtant bien réels. Sans hésiter, Jenn, Mervin et Orage s’engouffrent dans Libertad, le monde des pirates, où la traîtrise est un art et le courage une nécessité.
Après avoir traversé Libertad, le monde des pirates, Mervin et Jenn se trouvent désormais dans l’univers de Mégalopolis, immense cité peuplée de superhéros aux pouvoirs incroyables. Ils espèrent y retrouver les ravisseurs de leur petite sœur grâce à l’aide de leur amie Orage, elle-même à la recherche de son père disparu. Mais, dans la ville, deux groupes ennemis s’affrontent. Malgré eux, les trois enfants vont se trouver impliqués dans le conflit…
Dans un monde imaginaire où les dragons sont en voie d’extinction, trois enfants ont trouvé chacun un œuf. Ils se réfugient dans une école située aux confins de leur terre : l’Ecole des Dresseurs de Dragons. Arthur et Thos aiment bien taquiner Loane, toujours coquette et sûre d’elle. Un jour, ils vont trop loin. Blessée, la petite fille enfourche son dragon Saphir et s’enfuit de l’Ecole des Dresseurs. Mais dehors, les massacreurs de dragons rôdent. Et ils sont prêts à tout pour tuer Saphir…
Dans un monde imaginaire où les dragons sont en voie d’extinction, trois enfants ont trouvé chacun un œuf. Ils se réfugient dans une école située aux confins de leur terre : l’Ecole des Dresseurs de Dragons. Le stock de pierres de lave de l’Ecole des Dresseurs de Dragons a été dérobé. C’est une catastrophe ! Sans ces pierres, qui constituent la seule et unique nourriture des dragons, Emeraude, Saphir et Rubis vont s’affaiblir… Bientôt, ils ne pourront plus se défendre contre les assauts des massacreurs de dragons. Il faut agir ! Arthur, Loane et Thos partent à la recherche des pierres, une mission bien périlleuse…
Quand on est une famille composée d’une mère mi-vampire, mi-loup garou, d’un père et d’une fille mi-sorciers, mi-vampires, d’un grand-père loup-garou et d’un fils alligator, trouver un lieu pour passer ses vacances, ce n’est pas chose aisée. Cette fois, les Mortadel ont la solution : ils prennent leurs congés chez un lointain cousin, dans un château d‘Écosse. La garantie d’être au calme, loin des humains… Mais c’est sans compter sur Pépékinois : le vieux loup-garou s’amourache d’une fantôme emprisonnée par le propriétaire des lieux. Entre ce dernier et les Mortadel, la guerre est déclarée !
L’édition Presses de la Cité m’a fait parvenir un roman
À douze ans, Bobby passe ses nuits à répertorier cheveux, vêtements et autres traces de la vie de sa mère en attendant son retour… qui ne viendra pas. Cette dernière est morte brutalement, et le jeune garçon n’est pas prêt à l’accepter. Battu par son père, Bobby se croit seul au monde jusqu’au jour où il rencontre Val et sa fille handicapée, Rosa. Tous trois nouent des liens très forts et passent un été magique parmi les livres du bibliobus où Val est femme de ménage.
Mais, bientôt, une rumeur sur la nature de la relation entre la mère célibataire et l’adolescent se propage dans la ville. Contraints de s’enfuir à bord de la bibliothèque ambulante, ces êtres égratignés par la vie vont s’embarquer dans une aventure pleine de rebondissements, digne des « classiques » qu’ils ont pris l’habitude de dévorer…
L’édition Kennes m’a envoyé un colis bien garni
Du haut de ses douze ans, Lola Bourdon n’était pas prête à abandonner sa vie de petite fille comme les autres. Mais voilà, son père a été engagé comme chef cuisinier sur un navire des plus étranges : le Champollion. A la tête du bateau, Archimède Bolton, un aventurier érudit et maladroit au caractère imprévisible… Embarquez avec Lola, vivez de folles aventures, visitez le monde entier, et découvrez en prime l’Histoire par le petit bout de la lorgnette !
Mathis et le grand trésor. Une nounou pas comme les autres Mandy est une jeune étudiante de dixsept ans d’origine anglaise qui vit avec son frère et ses parents dans une grande maison. Elle a un look très particulier et une vision de la vie très singulière, ce qui ne déplaît pas à sa meilleure amie Alicia. Pour gagner un peu d’argent en prévision de ses études, elle garde des enfants le soir et durant les vacances. Baby-sitting, organisation de fête d’anniversaires, séjours de vacances à la montagne… Mandy est prête à toutes les situations ! Mais il arrive que les petits dont elle a la charge lui manifestent une certaine hostilité. C’est le cas de Mathis, qui vit très mal la grossesse de sa maman et dont la perspective de ne plus être le seul enfant à la maison le met littéralement dans tous ses états. Mandy devra faire preuve de beaucoup d’imagination pour apprivoiser l’enfant et l’aider à grandir.
Après avoir découvert la vérité sur le passé de Cléopold et ce qu’il est vraiment, Zoélie l’encourage à se libérer du cimetière. Très vite, Cléo redécouvre le monde. Fasciné par la modernité qu’il n’avait jamais connue, Cléo devient vite hors de contrôle, au grand désarroi de Zoélie ! Au milieu de ces déboires, Cléo apprend à redevenir lui-même, mais surtout, à être un véritable ami.Et lorsque son ennemi Baptiste, celui qui la surnomme l’allumette, vient la supplier de le délivrer d’un mauvais sort dont il la croit l’auteure, le vent tourne. Baptiste devient un allié qui tombe à point, car un grand danger menace Zoélie et Cléo…
Le second tome, magique, de la trilogie ! Fairy Oak est un village magique et ancien caché dans les méandres du temps. Pour espérer le trouver, il faudrait parcourir les plateaux d’Écosse et longer les falaises normandes, cheminer dans les vallées fleuries de Bretagne, les prés verts d’Irlande et les baies de l’océan. Ce village est peuplé de créatures fantastiques et d’êtres humains magiques et non magiques qu’il est très difficile de distinguer. Fées, magiciens, sorcières et simples villageois habitent ses maisons depuis si longtemps que plus personne ne se soucie des bizarreries de ses voisins. Il faut dire qu’après tout ce temps, tout le monde se ressemble un peu ! À part les fées, qui sont très petites et lumineuses… et qui volent ! À Fairy Oak, les magiciens et les sorcières engagent les fées pour veiller sur leurs enfants. Cette histoire est racontée par l’une d’elles : Féli, la fée-nounou des soeurs jumelles Vanilla et Pervinca.
L’édition City m’a envoyé deux romans légers
Bibliothécaire un peu farfelue, Bérangère s’apprête à participer à Buzz, le jeu télévisé le plus regardé de France. Sa mère Marie-Belle, qui tient un salon de coiffure, ne peut contenir son excitation à l’idée de voir sa fille empocher les cinq millions d’euros mis en jeu. Avec cette somme, toutes les deux pourraient réaliser les choses qu’elles ont inscrites au fil des ans dans leur « carnet de désirs »… Seulement voilà, dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu. Surtout quand une galerie de personnages et des péripéties toutes plus folles les unes que les autres s’enchaînent et se déchaînent. D’autant qu’un mystérieux inconnu fait planer une ombre menaçante sur les participants au jeu. Une chose est certaine : des secrets seront révélés et des vies totalement chamboulées… De quoi faire un sacré Buzz !
Un brin délurée et paresseuse, sans un sou en poche et totalement accro du shopping. Voilà Lizzy Sullivan, 29 ans, une jeune femme incapable de garder un emploi et encore moins une relation amoureuse. Mais Lizzy en assez d’attendre que le bonheur lui tombe dessus. Elle décide donc de passer à l’action. Et réussit à se faire embaucher comme styliste pour une grande marque de chaussures en s’inventant un CV et des compétences qu’elle est très loin d’avoir. Après tout, un mensonge n’a jamais fait de mal à personne… A condition de ne pas confier ses secrets à n’importe qui, surtout pas à un collègue un peu trop séduisant. Des petits mensonges certes, mais de grands désastres en perspective…
Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieuse french touch !
Et enfin, pour un projet personnel, voilà mes achats
Née en 1877 à New York, Consuelo Vanderbilt est issue d’une dynastie de milliardaires américains. Mariée contre sa volonté au 9e duc de Marlborough, elle devient alors membre d’une aristocratie anglaise dont les codes de conduite lui sont imposés. Elle mène la vie de la café society, qui de châteaux en hôtels de luxe, de cours européennes en stations à la mode, suit les événements mondains. Dans cette Angleterre victorienne finissante mais déjà cosmopolite, elle côtoie la reine Victoria, Édouard VII, la reine Alexandra, la famille impériale russe et de nombreuses personnalités artistiques ou politiques, tel Winston Churchill, son cousin par alliance, dont elle devient la confidente.
L’Angleterre n’est pas une île. Elle occupe la partie méridionale d’un archipel, dont elle a, lentement, méthodiquement, effectué l’exploration et la conquête. Poursuivant sa quête impériale pour s’étendre jusqu’aux confins du globe, l’Angleterre, « voisine d’aucun par la terre », est devenue, au cours des âges, « la voisine de tous par la mer ».
Ainsi Bernard COTTRET résume-t-il cette longue mutation commencée il y a près de mille ans avec Guillaume le Conquérant. Dans une approche originale, s’arrêtant sur des épisodes et des personnages à ses yeux significatifs, il offre la synthèse brillante et limpide que l’on attendait.
Née en 1920, Deborah Devonshire est la cadette et la dernière représentante des six légendaires sœurs Mitford, qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne.
Devenue duchesse de Devonshire et châtelaine de Chatsworth, elle se chargea de restaurer ce Versailles anglais. Ses chroniques, qui ont enthousiasmé la presse française, distillent le must de l’humour Mitford. La duchesse douairière vous parle avec la même verve de son enfance excentrique, de ses poules bien vivantes ou en porcelaine, de son dieu Elvis Presley, des vêtements inusables qu’elle achète dans les foires agricoles, de son sac à main bourré de rations de survie ou encore de ces visiteurs de Chatsworth qui croient qu’elle porte un diadème du matin au soir.
Des six légendaires soeurs Mitford qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne, les Français connaissaient surtout l’aînée, Nancy la romancière.
La petite dernière, Deborah, leur a été révélée avec bonheur en publiant Les Humeurs d’une châtelaine anglaise.Née en 1920 et surnommée « Neuf » par Nancy qui ne lui concédait que neuf ans d’âge mental, elle n’en est pas moins devenue duchesse de Devonshire et s’est rendue célèbre outre-Manche en restaurant Chatsworth, le Versailles anglais. Aujourd’hui veuve, elle a déménagé dans un délicieux presbytère sans rien perdre de cet humour qui chez les Mitford est génétique.Ce second recueil de Deborah, qui ressort en poche en même temps que paraissent ses mémoires (Duchesse à l’anglaise), aborde comme au fil d’une conversation amicale des sujets aussi divers que sa petite-fille mannequin Stella Tennant, la singulière espèce des intendants de domaines, l’hypocondrie des vieilles dames, la fermeture d’une petite poste champêtre, les messes commémoratives ou encore les séances de dédicace.
S’y ajoute le passionnant journal qu’elle a tenu lors de l’investiture puis des funérailles de son beau-frère, un certain John Kennedy.
Dans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée.

» Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire.
À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie.Devenue veuve, elle a emmenagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise.
Rendue célèbre en France par la publication de deux volumes de chroniques, elle s’arme une nouvelle fois de la perspicacité d’une Jane Austen déguisée en Miss Marple pour nous expliquer les bonnes mœurs de l’aristocratie britannique… et comment les transgresser.
« Messieurs, l’Angleterre est une île, et je devrais m’arrêter là » : cette phrase, par laquelle le politologue André Siegfried ouvrait en Sorbonne son cours d’histoire des îles Britanniques est, au fil des décennies, entrée dans la légende. C’est que l’Angleterre ne cesse, depuis toujours, de fasciner les Français, qu’ils voient en elle un pays au charme un peu désuet, incapable d’oublier complètement sa grandeur victorienne, ou bien, à l’inverse, le royaume de la libre entreprise, où viennent s’installer de plus en plus déjeunes « décideurs » du continent. Mythes séduisants, qui recouvrent évidemment une réalité plus complexe.
Pour la comprendre, plongeons-nous dans le récit de ces deux millénaires d’histoire, depuis la conquête romaine à nos jours, en passant par l’époque saxonne, l’émergence d’une conscience nationale, les déchirements religieux, l’affirmation d’une puissance mondiale…
Un récit non exhaustif bien entendu, mais qui vise à faire apparaître les moments clés et les lignes de force d’un passé si vivace, encore aujourd’hui.
Et vous, qu’avez-vous découvert?
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 Comments

  1. Cyan 19/06/2016 16 h 51 min

    De bien jolies réceptions 🙂
    Les livres sur l'Angleterre ont l'air très intéressants!
    Bonnes lectures 😉

  2. Buckette 19/06/2016 16 h 28 min

    Et bien ! C'est une sacrée liste ! 😀 Mais où trouves-tu la place pour les ranger ? :p Bonne semaine 🙂

  3. Books and Geek 19/06/2016 16 h 19 min

    Bonne semaines de lectures !

  4. fantasyBooksAddict 19/06/2016 14 h 22 min

    Bonnes découvertes et beau dimanche !

  5. Cajou 19/06/2016 13 h 58 min

    Sacré bel IMM plein de variété, tu as de quoi faire ! Celui qui me fait le plus envie est le "bibliobus", de par son titre, sa couverture et son résumé : je pense que je vais me l'offrir 😀
    Belle semaine à toi,
    Cajou

  6. Aurore Voiry 19/06/2016 13 h 18 min

    Que de belles réception je te souhaite de belles lectures

  7. Marine 19/06/2016 12 h 43 min

    Bonnes lectures! 🙂

  8. Evasion Littéraire 19/06/2016 10 h 33 min

    Je n'en connais aucun. Bonne lectures ^^

  9. Le Monde Editorial 19/06/2016 10 h 11 min

    Quelle belle variété !!! Je te souhaite de belles découvertes livresques !

  10. sariahlit 19/06/2016 8 h 48 min

    Pas mal de réceptions en effet. Bonnes lectures 😉

  11. les lectures de Val 19/06/2016 7 h 59 min

    je te souhaite de très belles lectures

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :