Romans

La délicatesse de David Foenkinos

 « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins

conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi
à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye
ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
– Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ». La délicatesse a obtenu neuf prix littéraires et été traduit dans plus de quinze langues.  

Mon avis: Ecrit sur un style léger et aérien, ce livre m’a bien plu.
C’est une histoire finalement assez banale, qui relie quelques personnages l’un à l’autre.
Nathalie a des idées et des pensées parfois douces, belles, mais aussi tout à fait saugrenues.
Markus, lui, pense toujours au plus simple, au plus pragmatique.
Mais finalement, ils se ressemblent tellement. J’ai apprécié ces deux personnages.
Richard, le patron de Nathalie, par contre, m’a décontenancée. Il a des réactions bizarres parfois, même s’il finit par s’en expliquer.
C’est un livre qui se lit rapidement, et sans vraiment avoir besoin de concentration. Un joli intermède en tout cas.
Points attribués: 7/10

2 commentaires

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :