Romans

La maison des voix de Donato Carrisi

Résumé: Florence, de nos jours. Pietro Gerber est un psychiatre pour enfants, spécialiste de l’hypnose. Il arrive ainsi à extraire la vérité de jeunes patients tourmentés.

Un jour, une consoeur australienne lui demande de poursuivre la thérapie de sa patiente qui vient d’arriver en Italie.
Seul hic, c’est une adulte. Elle s’appelle Hanna Hall et elle est persuadée d’avoir tué son frère pendant son enfance.

Intrigué, Gerber accepte mais c’est alors qu’une spirale infernale va s’enclencher : chaque séance d’hypnose révèle plus encore le terrible passé d’Hanna, mais aussi qu’elle en sait beaucoup trop sur la vie de Gerber. Et si Hanna Hall était venue le délivrer de ses propres démons ?

Edition : Calmann-Levy

304 pages

10/10

Merci à l’édition Calmann-Levy et Netgalley pour cette lecture haletante!

Mon avis: Pietro est pédopsychiatre réputé pour ses techniques d’hypnose. Il participe très régulièrement à des affaires délicates. Comme celle de ce petit garçon qui accuse sa famille adoptive de choses ignobles… 

Mais il est bien surpris lorsqu’une thérapeute d’Australie l’appelle pour lui demander de l’aide dans un cas très particulier, celui d’une jeune femme qui s’accuse d’un crime dont elle ne sait plus rien. 

D’abord très réticent, il finit par accepter de la prendre en consultation. C’est là qu’il met le doigt dans un étrange engrenage… 

J’avais déjà eu l’occasion de découvrir la plume de Donato Carrisi, et elle m’avait pas mal plu. Mais je dois dire que ce roman a terminé de me convaincre! 

Des les premières pages, on sent qu’une atmosphère particulière est présente. La façon dont le travail de Pietro est présenté nous donne le ton, nous allons partir dans quelque chose dont nous n’avons pas l’habitude. 

La jeune femme qu’il rencontre, Hanna Hall est, dès le départ, déstabilisante. Discrète et en même temps très intrigante, elle perturbe le lecteur dès la première rencontre avec Pietro.  

De chapitre en chapitre, cette impression grandit, et j’ai fini par ne plus pouvoir lacher ma lecture! A chaque fois, en entamant le chapitre suivant, je me disais que c’était le dernier avant d’éteindre… Vous connaissez le schéma, cette résolution ne tenait pas face aux derniers mots lus. C’est en plus un roman pas très épais, et du coup, ça se lit comme une praline fourrée à la liqueur. On ne sait pas si on a envie de croquer dedans tout de suite, ou de laisser d’abord fondre le chocolat…. 

En tout cas, la trame est magnifique. L’histoire d’Hanna est juste… waouh, et la conclusion de l’histoire m’a prise totalement par surprise. J’ai a-do-ré ma lecture! Un vrai moment prenant, pendant lequel j’ai été complètement captivée.  

Je ne peux que vous recommander de le découvrir à votre tour. La maison des voix ne pourra pas laisser indifférents, c’est promis! 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :