Romans

La prisonnière du diable de Mireille CALMEL

Edition: XO Editions

Nombre de pages: 402 pages

0 %

Résumé: Quand vengeance et sorcellerie s’entremêlent, seules demeurent la force et la passion 

Mai 1494, en Égypte. 

Une roue de pierre tourne, gardée par un ordre secret. 

Lorsqu’elle s’arrête, le nom de celui qui doit mourir apparaît sur la tranche. 

Celui dont le diable s’est emparé et qui sera exécuté par l’Ordre. 

La volonté de Dieu… 

Juin 1494, à Utelle, sur les hauteurs de Nice. 

Hersande règne sur le sanctuaire de Notre-Dame. 

Elle reçoit enfin le billet délivré par la roue. 

Mais lorsqu’elle lit le message, elle vacille. 

Jamais ce nom n’aurait dû apparaître… 

Un thriller médiéval vertigineux… 

… dans les flammes de l’enfer 

Merci à l’édition Xo pour ce voyage dans le temps

Mon avis: Une machination est en marche, mais les principaux intéressés ne le savent pas encore. Une confrérie mystérieuse cherche à protéger la marche du monde. Mais tous ses membres sont-ils tournés vers le même objectif? 

Nous sommes en France, et un petit village, Utelle, vit autour de la construction d’une cathédrale, en cette année de Grâce 1494. Les travailleurs sont nombreux sur le chantier, et les accidents peuvent arriver. C’est un tel accident qui a pris la vie du mari de Myriam. Mais… Et si n’en était pas un? 

L’histoire se base sur trois choses: une communauté de villageois unis, un couvent regroupant des religieuses plus étonnantes les unes que les autres, et une conspiration mêlant crainte de Dieu et ésotérisme. 

J’aime beaucoup la plume de Mireille Calmel en général. Certains titres me plaisent plus que d’autres, évidemment. Mais il arrive rarement que je ne sois pas arrivée à m’accrocher à un roman. 

Je suis plutôt mitigée pour celui dont je vous parle aujourd’hui. 

L’idée principale m’a plu. Des mystères, des femmes fortes, et une période historique bien traitée. Des éléments qui ne peuvent que me conquérir. Mireille Calmel a ce soin du détail dans ses recherches historiques, dans ses explications de termes oubliés aujourd’hui, qu’on ne peut qu’applaudir des deux mains. 

Pour moi, cette fois, le bât blesse dans la grande dispersion de la narration. Trop de choses différentes sont en jeu, à tel point que je me suis plusieurs fois demandé où l’auteure voulait en venir.  

J’ai eu beaucoup à m’intéresser à certains personnages. D’ailleurs, j’avoue en avoir oublié en cours de route, et il me fallait un moment pour me remémorer leur place dans l’histoire narrée. 

Pour cette fois, c’est avec regret que je dois que je n’ai pas adhéré à ma lecture, et que je suis vraiment restée sur ma faim au niveau de l’intrigue du livre. 

A côté de cela, les tournures de phrase sont très belles, et j’aime la façon qu’à l’auteure de dévoiler certaines choses sans faire de longues phrases grandiloquentes. 

Ce n’était donc pas pour moi, cette fois. Mais je ne doute pas de lire à l’avenir d’autres livres de Mireille Calmel qui me plairont davantage. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :