Biographies,  Romans

La troisième Hemingway de Paula MCLAIN

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 466 pages

0 %

Résumé:Celle qui osa quitter Ernest Hemingway… 

Fin 1936. La jeune romancière Martha Gellhorn a vingt-sept ans mais déjà une solide réputation de globe-trotteuse. De neuf ans son aîné, Ernest Hemingway est en passe de devenir le monstre sacré de la littérature américaine. Elle est célibataire mais connaît les hommes, il en est à son deuxième mariage. Entre eux, la complicité est d’abord intellectuelle. Mais la guerre a le pouvoir d’attiser les passions… Du New York bohème à l’Espagne ravagée par le franquisme, les amis deviennent amants. Et les voilà repartis sur les routes, entre l’Amérique, l’Europe et Cuba. Seulement, au gré de leurs allées et venues dans un monde à feu et à sang et d’une rivalité littéraire qui ne cesse de croître, les deux époux ne tarderont pas à goûter aux fruits amers de la vie conjugale… 

Avec son talent inégalé pour mêler la fiction à la vraie vie, Paula McLain brosse un nouveau portrait de femme libre, prête à tout pour s’arracher à son sort de simple  » épouse de  » et devenir l’une des plus exceptionnelles journalistes de guerre de notre siècle. 

Merci à l’édition Presses de la Cité pour cette découverte

Mon avis:Martha Gellhorn est une femme atypique, pour son époque. Libérée sur beaucoup de sujets, elle a pour ambition de devenir écrivain. Pour cela, elle écrit d’abord des articles pour certains journaux. C’est au harsard des ses voyages qu’elle rencontre Ernest Hemingway, ce monstre sacré de la littérature. 

Ensemble, ils partent comme journalistes de guerre pour couvrir les conflits qui ravagent l’Espagne. Bien que marié, Ernest ne résiste pas longtemps au charme de la jeune femme.  

C’est une vie semée de rebondissements que ces deux êtres vont partager… 

Ernest Hemingway est un nom bien connu dans le monde entier. Même si nous n’avons jamais eu l’occasion de lire l’un de ses livres, nous savons, bien entendu, de qui il s’agit dès que l’on entend son nom dans une conversation.  

On connaît beaucoup moins sa vie sentimentale, mouvementée s’il en est! En effet, cet homme avait la bougeotte. Il aimait sa tranquillité, en alternant avec des périodes de vacances en famille, et constamment entouré d’amis proches ou pas. 

C’est dans une de ses périodes tranquilles que Martha va faire sa connaissance. En tout bien tout honneur au départ, ils ne parleront que de leurs travaux respectifs. Mais la proximité rapprochée dans des situations dangereuses va favoriser un rapprochement plutôt rapide. 

Si Ernest Hemingway n’est plus à présenter, les romans de Martha Gellhorn sont, en Europe en tout cas, nettement moins connu. Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler d’elle. J’ai d’ailleurs d’autant plus apprécié ma lecture qui m’a permis de la découvrir. J’aime énormément ce genre de livres, qui me permettent d’ouvrir davantage encore mon horizon sur des sujets ou des personnages un peu oubliés de l’Histoire. 

Paula McLain n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. J’avais eu la chance de découvrir son précédent roman, L’aviatrice, qui m’avait laissé une forte impression. 

J’aime sa plume, fluide et agréable. Son sens de la recherche avant l’écriture me ravit également. Elle a le don de faire renaître pour nous des êtres dignes d’intérêt, méritant la lumière qu’elle leur donne. D’ailleurs, lorsque l’édition Presses de la Cité m’a proposé ce titre, je n’ai pas hésité une seconde !  

Martha Gellhorn est le personnage principal de ce roman, bien qu’autour d’elle gravite des personnages plus connus. Elle a des réflexions profondes, elle travaille avec acharnement sur ses livres et ses articles, et j’admire sa capacité de prendre des décisions qui pouvaient choquer à l’époque. Elle a par exemple été la seule femme à couvrir le débarquement en Normandie, une des rares à avoir assisté au premier plan aux combats qui faisaient rage en Espagne, et à voyager pour assister à ce qui révolutionnait le monde entier. Elle n’avait pas peur d’approcher les lieux de combats, avaient la capacité de rendre la proportion humaine à ces horreurs. 

Vous l’aurez compris, je suis sous le charme de ma lecture. Je ne peux que vous la recommander! 

En faisant de petites recherches pour me documenter un peu plus, je suis tombée sur la couverture d’un film relatant leur histoire: Hemingway et Gellhorn. Martha Gellhorn est interpretée par Nicole Kidman. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :