L’assassin qui rêvait d’une place au paradis de Jonas JONASSON

Romans

L’Évangile selon Dédé.
Li-ber-té ! Après trente ans de prison, Johann Andersson, plus connu sous le nom de Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson (réceptionniste sans domicile fixe) et à Johanna Kjellander (pasteure défroquée) pour monter une agence de punitions corporelles. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Moyennant une large commission. Alors, le jour où il découvre la Bible et renonce à la violence, mettant en péril la viabilité de l’entreprise, Per et Johanna décident de prendre les choses en main. Game over Dédé !

Edition: Presses de la Cité

Nombres de pages: 380 pages

Mon avis :Dédé le meurtrier vient de sortir de prison. Décidé à ne plus y retourner, il s’est promis de ne plus attenter à la vie de quelqu’un. Mais voilà, il faut bien vivre…
C’est alors qu’apparaît dans sa vie deux personnages tout à fait particulier : le réceptionniste de l’hôtel miteux dans lequel il vit, et une femme pasteur défroquée.
Ensemble, ils montent une entreprise tout à fait hors du commun : il s’agit d’un crime organisé contre paiement, avec des limites tout de même : pas de meurtre, pas de violence devant enfants, etc. Tout est tarifé, et durant deux ans, les trois larrons mènent une vie agréable. Même si, évidemment, cela ne pouvait pas tenir beaucoup plus longtemps. Surtout quand le meurtrier en titre décide de raccrocher, et de se consacrer à Jésus-Christ.
C’est loin d’arranger Per Persson et Johanna Kjellander, qui pensait pouvoir assurer le reste de leur vie. Pas le choix, il faut faire quelque chose…
C’est le premier roman que je lis de Jonas Jonasson. J’en ai évidemment énormément entendu parler, mais jusqu’ici, l’occasion ne s’était pas encore présentée.
C’est complètement loufoque, décalé, et… totalement addictif ! L’association de ces trois personnages qui pourtant n’ont rien à voir l’un avec l’autre, crée un trio tout à fait extraordinaire. Il faut avouer qu’un meurtrier qui se trouve touché par la grâce de Dieu, un pasteur qui n’a jamais cru en Dieu, et un réceptionniste qui n’a jamais rien reçu de la vie, cela ne pouvait que favoriser une histoire commune tout à fait étonnante.
J’aime beaucoup la tournure de phrases, l’humour omniprésent, la vivacité des conversations, et le happy end.
Je suis vraiment contente d’avoir pu découvrir cette plume, et je crois qu’à l’avenir, je vais me pencher un peu plus sur la bibliographie de Jonas Jonasson.
Points attribués : 8/10 
Je remercie l’édition Presses de la Cité et Babélio pour cette lecture décoiffante.
Il vous tente?
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. Les lectures de Pampoune 26/02/2016 8 h 40 min

    Je n'avais pas été spécialement emballée par le premier roman de l'auteur mais pourquoi pas…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :