Romans

Le voyageur des bois d’en haut de Jean-Guy SOUMY

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 293 pages

0 %

Résumé: Au XIXe siècle. Le jeune Camille part travailler à Lyon avec des maçons itinérants, venus comme lui de la Creuse. Il poursuivra sa route sur les traces de son père, prétendu mort, en quête de vérité sur la double vie et le passé de ce dernier….

A seize ans, Camille part sur les chemins, rejoignant d’autres paysans creusois qui s’en vont jusqu’à Lyon pour « limousiner » : user de leurs bras et de leurs forces pour bâtir des édifices. Quittant sa mère, fuyant la misère, Camille marche aux côtés de son oncle, avec en tête la figure absente du père. Son père….Une histoire manquée, fragmentée, mystérieuse…..L’ouvrier aux mains d’or mais à la réputation ambiguë a disparu, quatre ans plus tôt, dans la grande crue du Rhône de 1856.

Ville en pleine mutation, Lyon se dessine avec de nouvelles perspectives, des façades bourgeoises. Lyon, la ville où s’est abîmé son père, Camille travaille dur : onze heures par jour, à grimper et dévaler des échelles, le panier d’osier rempli à ras bord de mâchefer sur les épaules, à servir les maçons et les tailleurs de pierre. Il apprend bientôt que son père ne serait pas mort, mais « envolé » sur les routes au bras d’une belle italienne.

Après avoir reproduit les gestes de son père, c’est « l’autre » vie de ce dernier que Camille va reconstituer dans une itinérance émaillée de rencontres, d’apprentissages, jusqu’à la frontière italienne…..

Merci à l’édition Presses de la Cité pour ce beau voyage

Mon avis: Camille a 15 ans lorsqu’il quitte pour la première fois sa mère et le domaine familial. Il va travailler sur les chantiers de Lyon, qui est en train de se façonner un nouveau visage.

Ce qu’il veut, par la même occasion, c’est savoir ce qui est vraiment arrivé à son père, disparu quelques années auparavant.

Commence alors pour le jeune homme un long apprentissage professionnel, parce que le métier de maçon est difficile, et à l’époque (1860), tout se faisait à la main et à la force du dos.

Et puis, c’est aussi un voyage sur les traces de son père, pour essayer d’établir la vérité quant à sa disparition.

J’ai découvert une facette de l’histoire que je ne connaissais pas: celle des ouvriers qui ont travaillé sur les chantiers de Lyon, à cette époque. Ils fonctionnaient en corporation, voyageaient d’un chantier à un autre, étaient solidaires entre membres d’une même équipe.

Et puis, l’histoire personnelle de Camille est intéressante. Elle s’étale, tout au long du récit, mélangeant secrets enfouis et découvertes du jeune homme.

C’est en tout cas une histoire qui se laisse découvrir agréablement. Le ryhtme n’est ni trop lent, ni trop rapide. Les éléments historiques se mèlent bien à la fiction, et créent un mélange tout à fait homogène. 

Je suis donc ravie de ma lecture, et je vous encourage à la découvrir à votre tour.

 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :