Cévennes, 1804. Benjamine de sa famille, Sixtine supporte, plus encore que ses sœurs et son frère, les brimades d’un père rustre et cruel. À l’adolescencec’est dans les bras de Jean-Baptiste Le Vignal, le fils des propriétaires du domaine du Souleiadouqu’elle trouve du réconfort. Avec la guerre, les événements se précipitent : Jean-Baptiste meurt en combat. Méprisée par sa belle-famille, Sixtine préfère fuir quand elle réalise qu’elle est enceinte. Sous les couleurs de la Provence, au fil des rencontres, la jeune femme s’invente un nouveau destin mais n’oublie pas le Souleiadou. Pour Sixtine, plus forte, plus déterminée que jamais, l’heure de la revanche a sonné…. 

7/10

660 pages

Merci à l’édition Presses de la Cité pour ce voyage

Mon avis: Sixtine n’a pas eu une enfance doré, loin de là. Détestée par son père à cause de sa chevelure, signe pour lui du péché, elle est rejetée et subit en silence. Jusqu’au jour où sa situation précaire la pousse à s’enfuir, à disparaître loin de Saint-Martial.  

Au hasard de sa route, sa bonne étoile lui fera rencontrer des personnes qui  vont lui permettre de s’épanouir, rejetant loin derrière elle son passé si douloureux… 

Voilà une nouvelle saga familiale dont Mireille Pluchard a le secret. Nous suivons principalement la petite fille blonde qui détonne dans une famille dure. Son histoire nous transporte dans les plantations d’oignons doux des Cévennes, jusqu’aux filatures tarasques et au-delà. A travers son histoire, c’est un pan historique de la manufacture textile que nous visitons. 

Même si l’auteur n’est plus à présenter, chaque nouvelle histoire qu’elle nous propose nous plonge dans des univers oubliés pour la plupart. Que ce soit les verriers, les hospices de Beaune ou, ici, des filatures, elle sait mêler adroitement fiction et faits réels. 

J’ai trouvé parfois la jeune femme difficile à comprendre, tant ses décisions n’étaient parfois pas justifiées face à la situation qu’elle vivait, mais son passé si douloureux pouvait expliquer en partie ces réactions. 

Il y a eu aussi peut-être un peu de répétition sur certains aspects, mais heureusement le reste du récit rattrape le tout. 

En tout cas, voilà une nouvelle histoire comme on les aime! 

aufildespages

aufildespages chroniqueuse littéraire

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :