Littérature jeunesse

La petite dernière de Susie MORGENSTERN

Les petites dernières veulent aussi faire de grandes choses!

La petite Susie grandit dans les années 50, à Belleville aux Etats-Unis, dans une famille juive de trois enfants. De trois filles plus exactement: Sandra, Effie et elle, Susie, la « petite dernière ». Et c’est son grand drame d’être la troisième. Seules ses soeurs aînées se voient confier de véritables missions par leur mère: préparer les légumes, mettre la table…

Elle, elle n’est même pas digne d’éplucher les patates elle doit se contenter de faire ses devoirs! Et ses soeurs prennent toute la place: Sandra est « la plus jolie », effie « la plus drôle ».

Que lui reste-t-il de spécial?

Edition: Nathan jeunesse

Nombre de pages: 222 pages

Mon avis: Susie est la dernière d’une fratrie de 3 filles. Et du haut de son point de vue, ses grandes soeurs ont reçu tout le meilleur: l’intelligence, la beauté, et toutes les qualités qui feront d’elles des épouses parfaites.
Pour elle, il ne reste pas grand chose à exploiter, se dit-elle. Pas facile de se faire sa place, et de prouver qu’elle a, elle aussi, des choses à montrer.
Ce petit roman, autobiographique, nous fait remonter le temps, au milieu des années 50, dans le quartier juif d’une ville américaine. Pour nous, Susie Morgenstern ouvre les portes de ses souvenirs, et nous invite à nous asseoir sur son lit d’enfant.
Avec nostalgie et beaucoup d’humour, elle nous raconte sa position de petite dernière. Celle qui n’est pas encore assez grande pour sortir seule, pour faire ce dont elle avait envie, pour rêver à son indépendance. Trop petite aussi pour comprendre pourquoi sa soeur ne sortait qu’avec de futurs médecins, pourquoi sa mère tenait à toujours acheter les chaussures les moins chères. Et encore moins de savoir certains secrets de « grandes » que se partageaient ses soeurs.
Mais bien assez grande, par contre, pour faire les 400 coups en leur compagnie! Aller manger quelque chose de défendu, se bagarrer au risque de s’écorcher vives, et risquer la colère maternelle.
Entre petite rancoeur et le sourire aux lèvres, l’auteur  nous donne à voir ce que pouvait donner les relations entre soeurs, à cette époque, et avec toutes les traditions qui composaient sa vie de famille, elle nous permet de vivre pleinement toutes ces petites histoires avec des yeux d’enfants.
J’ai beaucoup aimé plonger dans ses souvenirs. C’était drôle, et touchant.
Je ne dis pas que c’est un coup de coeur, par contre. Bien que ce soit mignon tout plein, c’est uniquement une plongée dans les souvenirs de l’auteur. Ca ne constitue pas un roman à proprement dit, à mon sens. Malgré tout, le voyage est très sympa!

Points attribués: 8/10

Je remercie l’édition Nathan jeunesse pour cette lecture américaine.

Il vous tente?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :