Affichage de 4 Résultat(s)
Le temps d'un café

Read a long 2019

Hello les voyageurs!

Pourquoi les voyageurs? Parce que je vais vous proposer de faire un petit bout de chemin avec moi!

je sais, pour me promener régulièrement sur vos blogs, que nous sommes nombreux à adorer les aventures de Jamie et Claire. Nous savourons chaque épisode que nous regardons, et rêvons régulièrement de pouvoir lire l’ensemble de la série livres.

Mais tout seul, ce n’est pas vraiment évident d’arriver à bout d’un pavé comme ceux-là! C’est pour cela que je vous propose un RAL, un Read a long.

Mais qu’est-ce que c’est que cette chose?!?

J’ai piqué l’idée dans mon monde de brodeuse. Nous avons également des Sal (Stitch a long). Il s’agit de réaliser un ouvrage par étapes données par un ou une meneuse. Eh bien, je vous propose également le même principe pour la lecture: prendre un volumineux pavé et de le fractionner pour atteindre l’objectif de le lire de bout en bout.

Comme nous en sommes déjà à la saison 4 en série télévisée, je vous propose donc, à partir du 1er janvier, d’attaquer l’intégrale 5 d’Outlander.

Il s’y trouve 73 chapitres (j’ai vérifié ce matin). Je pars donc sur l’idée d’en lire deux chapitres chaque semaine. Cela devrait nous amener jusqu’à la diffusion télévisée de la saison 5 correspondante, ou aux environs.

Vous seriez partants? Si oui, laissez-moi un commentaire. J’ajouterai le lien de vos blogs en dessous de ce texte, et nous nous retrouverons joyeusement à partir du 1er janvier pour entamer notre joli volume!

Les participantes

Le calendrier

Romans

La mer en hiver de Susanna KEARSLEY

Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne.

Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

Edition: Pocket

Nombre de pages: 572 pages

Mon avis: Caroline McClelland, Carrie pour les amis, est écrivain. Et pour une fois, elle a décidé de dresser le décor de sa nouvelle histoire en Ecosse, autour du château de Slains.
L’inspiration est présente, et même très présente, puisque la jeune femme passe des nuits entières à écrire. Pourtant, ce rythme n’est pas habituel. En effet, elle a l’impression d’entendre ses personnages, de les sentir en vie. Et peu à peu, grâce à son père dont la grande passion est l’histoire généalogique familiale, elle se rend compte que la fiction qu’elle écrit n’est pas une coïncidence. En effet, l’une de ses ancêtres a vécu, réellement, ce qu’elle est en train d’écrire.
Comment est-ce possible que Carrie sache tout cela?
J’ai lu ce roman pendant le challenge de Noël. Au départ, je m’étais que je n’en aurais pas le temps. Mais ensuite, en ayant lu la quatrième de couverture, j’ai été intriguée. Il faut dire que les ingrédients intéressants étaient présents: Les secrets de famille, l’Ecosse, une belle partie historique, et quelques mystères.
C’est très particulier de lire l’histoire d’un écrivain, écrite par un écrivain. C’est ainsi que débute le roman. J’ai eu l’impression que Susanna Kearsley écrivait son propre vécu, qu’elle nous racontait sa propre façon de faire pour écrire le roman que j’avais entre les mains. Une entrée en matière vraiment originale et qui m’a accroché.
Ensuite, nous plongeons dans l’histoire de Sophia, l’héroïne du roman qu’est en train d’écrire Carrie. Elle sa place en Ecosse, au XVIIIème siècle, alors que les rébellions jacobites sont en train de tenter un retour du roi Jacques, roi écossais légitime. Sophia arrive au château d’une lointaine parente, pour y trouver un refuge agréable. Elle est donc au premier rang pour voir toutes ces conspirations prendre forme. 
Evidemment, il fallait une romance pour tout cela soit complet. Et nous l’avons, montée d’une manière magistrale. Amour, passion, secret, drame, joie et peine.. Oui, tout y est! 
Entre deux chapitres de cette histoire-là, je remontai à la surface, pour retrouver Carrie et sa vie réelle. Deux femmes, deux histoires parallèles. Carrie et ses recherches historiques, sa rencontre de l’homme idéal, ses découvertes. Sophia, avec sa vie retrouvée, la découverte de l’amour, du drame, de l’Histoire en marche. 
Certaines scènes m’ont littéralement bouleversé! Je dois même avouer que l’une d’elle, en particulier, a failli me tirer de véritables larmes! C’est vous dire!
Etant en Ecosse, je me suis installée avec une playlist de la série télé Outlander. C’était parfait pour me plonger dans ce roman.
Bien sûr, je ne peux pas entièrement comparer ce roman à la série dont je viens de parler, parce qu’elle est plus longue. Mais j’espère vraiment (après avoir fouiné sur Booknode), que nous aurons la suite très bientôt à se mettre sous la dent! On ne peut pas nous laisser avec une fin pareille sans avoir prévu de suite!! Vite vite les traducteurs!
 
Romans

Poldark tomes 1 et 2 de Winston Graham

Poldark tomes 1 et 2 de Winston Graham

1783. Après avoir pris part à la Guerre d’Indépendance, le jeune et fougueux Ross Poldark quitte l’armée britannique et l’Amérique pour retrouver les siens.C’est un homme blessé qui rejoint ses falaises de Cornouailles. Là, il trouve le domaine familial en déshérence : son père vient de mourir et Elizabeth, sa fiancée, a rompu sa promesse pour en épouser un autre…Se repliant sur lui-même, il décide de relancer le domaine. Agriculture, élevage, prospection minière, il se bat sur tous les fronts. Et se lie même avec ses fermiers et ouvriers – quitte à se brouiller avec ses proches et l’aristocratie locale.Un jour, lors d’une foire aux bestiaux, il prend la défense d’une fillette de treize ans, Demelza, qu’il ramène chez lui et engage à son service comme domestique.Les années passent, Demelza s’épanouit. Et ce qui devait arriver… Quitte à choquer une fois de plus les bien-pensants, Ross n’écoutera que son cœur.

Nombre de pages: 320 pagesPoldark tomes 1 et 2 de Winston Graham

1790. Sept ans après avoir regagné son Angleterre natale, Ross Poldark est parvenu à sauver le domaine familial en déshérence et à relancer l’activité minière. Mais des menaces planent en ce mois de septembre. Une famille de banquiers, les Warleggan, tente de prendre le contrôle de ses affaires, pourtant peu florissantes. Et Ross suspecte son cousin Francis d’être de leur côté pour assouvir sa vengeance.

Ross est dans le même temps accusé d’avoir pillé deux navires qui se sont échoués non loin de chez lui. S’il est reconnu coupable, il risque la mort… Demelza, qu’il avait recueillie puis épousée, se bat pour le défendre. Mais leur amour résistera-t-il à la tempête ?



Poldark (2015)
Poldark (2015) – saison 1 Bande-annonce VO

Points attribués: 8/10

Je remercie l’édition Archipel pour cette lecture anglaise.

Ils vous tentent?

< p style= »text-align: center; »>

[su_divider]

Mon avis:Ross Poldark revient de la guerre, dans sa Cornouaille natale. Il pense y retrouver son père, son domaine et sa promise. Mais à l’arrivée, il doit très vite déchanter. Son père est décédé, le domaine est à l’abandon et la jeune fille qu’il aime est fiancée à son cousin!

S’armant de volonté et de courage, il décide de reprendre le domaine familial et la mine dont il a hérité.

Rivalité, amour, et fraternité croiseront son chemin…

Je ne vous l’apprends plus, j’adore les sagas familiales. Celles qui se prolongent, qui déploient leurs branches sur plusieurs générations.

Poldark peut s’installer parmi ces belles séries. Drames en tout genres, inquiétudes, rencontres, amours, mariages, naissances, disputes, décès, bonne et mauvaise fortune… J’y ai trouvé tout ce qui composent en général ces longues histoires. Tout ce que l’on aime donc.

Le caractère de Ross Poldark est assez entier, emporté même. Il ne recule devant aucun obstacle, reste honnête au-delà de toutes limites, et ne transige jamais. Un homme fort et fier finalement. Francis Poldark, son cousin, est d’une autre trempe. Effacé, jaloux et plus frileux à l’aventure, il apporte au récit un tout autre point de vue. Quant à Georges Warleggan, homme de la bonne société, il intrigue, floue, et cherche toujours à arriver à ses fins, ne s’occupant jamais des dommages collatéraux.

Du côté des femmes, il y a également cette belle opposition. Elisabeth Poldark, ancien amour de Ross, mariée à son cousin, elle est l’image même de la bonne société. Pas un mot plus haut que l’autre, les bonnes manières et la bienséance font d’elle l’épouse parfaite. De son côté, Demelza, jeune fille livrée à elle-même, finit par découvrir les usages de la noblesse, et doit apprendre à en faire son lot. Décidée, aimante, volontaire et ayant de la suite dans les erreurs, elle est le personnage féminin le plus piquant du roman. Il reste bien sûr Verity, jeune soeur de Francis, douce et dévouée, vivant son propre drame.

Les personnages sont bien dessinés, apportant au récit, chacun leur tour, des images changeantes selon l’instant.  Car des rebondissements, il y en a! Entre la ruine, la fortune, le chantage, et les passions qui les bouleversent, les uns et les autres, il y a de quoi se mettre sous la dent.

J’avoue être juste un peu déçue par le manque de transition. Il peut se passer plusieurs mois entre deux événements, sans qu’on apprenne sur cette durée. L’auteur a préféré les passer sous silence. Je trouve parfois cela un peu raide. Et c’est dommage.

J’ai lu ces deux tomes aussi rapidement l’un que l’autre, je dois dire. Je me suis laissée mener, en passant avec eux du fond de la mine au bleu de l’océan, jusqu’au fond des verres de porto. Il me semble avoir lu qu’il va y avoir d’autres tomes (ce que j’espère d’ailleurs!! Ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin)

Pour le petit plus, il existe également l’adaptation télévisée, sous forme de série. Vous pouvez la trouver sur Netflix. J’ai tenté l’expérience et je dois dire qu’elle est très fidèle à l’écrit.

Romans

Les maîtres d’Ecosse: insurrection tome 1 de Robyn Young

1286. L’Écosse vit le pire hiver de son histoire. Certains pensent même que le jour du Jugement dernier est arrivé…Le roi Alexandre III est assassiné et laisse le trône d’Écosse sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise rivalisent pour sa succession, et mènent le pays au bord de la guerre fratricide. Ce que ces prétendants au trône ignorent, c’est qu’un troisième homme se prépare dans l’ombre. Un adversaire de taille, le roi d’Angleterre Édouard Ier en personne, appelé en médiateur. Lui qui a en partie soumis l’Irlande et le pays de Galles rêve d’assujettir l’Écosse. Depuis près de deux décennies, il ourdit un plan de conquête inspiré par une très ancienne prophétie censée transfigurer à jamais le visage de l’Angleterre : la prophétie de Merlin…
Mais le destin semble en avoir décidé autrement. Au coeur de ces guerres intestines, un jeune noble va s’élever pour défier le plus grand roi d’Angleterre. Son nom est Robert Bruce. Et son histoire commence dans Insurrection
Mon avis: J’ai été attirée par l’épaisseur de ce livre tout d’abord (oui j’avoue, j’adore les gros pavés qui tiennent en haleine).
J’ai plutôt vite déchanté…
L’auteur s’est longuement documenté sur l’époque et les personnages dont elle parle, ce qui est un bon point pour elle.
Malheurement la présence de beaucoup trop de personnages, que ne font parfois que passer dans l’histoire, et qui reviennent plusieurs centaines de pages après pour une nouvelle brève apparition.
Le passage dans le temps n’est pas vraiment bien marqué non plus, à mon gout. J’ai eu l’impression que, même si les différentes dates apparaissent, les personnages ne vieillissent pas, et ne changent pas. Pas d’évolution aucune.
J’ai donc apprécié la partie historique, mais beaucoup moins la façon de la présenter.
Points attribués: 6/10
[su_divider]