Affichage de 34 Résultat(s)
Biographies

Le roi David Guetta de Pierre PERNEZ

10 millions d’albums vendus et 35 millions de singles! Le mot Succès est faible quand on parle de David Guetta, le DJ aux 5 millions de fans sur Facebook. Il faudrait parler de tsunami planétaire. Le « roi David » est l’artiste français le plus écouté dans le monde. On a tous une nuit ou l’autre dansé sur un de ses mix endiablés. Pourtant, l’homme est peu connu. Ce livre nous fait découvrir ses origines, sa famille, son enfance, les différentes facettes de sa vie et de sa carrière. Il est enrichi d’une trentaine de témoignages inédits et souvent surprenants de musiciens, producteurs ou DJ, qui accompagnent « The King » depuis trente ans.
Ils nous racontent le gamin timide, fasciné devant un Jean-Louis Aubert répétant avec le futur groupe Téléphone dans un local du XIIe arrondissement appartenant à la famille Guetta. Puis les débuts difficiles dans une petite boîte de nuit, à l’époque où le DJ était caché aux yeux de la clientèle. Enfin l’éclosion d’un génie aux talents multiples, tour à tour directeur artistique des salles de spectacles et boîtes les plus branchées des années 1990 (Bataclan, Bains Douches, Palace), organisateur des folles nuits d’Ibiza et musicien mondialement connu. Une star mondiale restée un mec tout simple, follement amoureux pendant vingt-cinq ans de Cathy, la mère de ses enfants, qui fut à la fois sa muse, son associée et son porte-bonheur. Jusqu’à l’épreuve douloureuse du divorce qui a séparé il y a deux ceux que le monde entier croyait inséparables.
Une biographie passionnante, richement documentée. A lire absolument par tous ceux aiment la musique, la dance et l’amour.

Edition: Edition du moment

Nombre de pages: 194 pages

Mon avis : David Guetta.. Le monde entier connaît ce nom, et pour cause, puisqu’il fait partie des Dj les connus de la planète !
Mais d’où vient-il ? Comment a-t-il commencé ? Comment s’est-il lancé ? Et quelle est la recette de son succès ?
Si vous êtes fan, je vous conseille la lecture de ce livre. Pour ma part, c’était plutôt de la curiosité qui avait motivé mon choix, et puis aussi le fait que j’aime énormément les biographies. J’adore découvrir de petites anecdotes amusantes ou incroyables sur un personnage connu et/ou célèbre.
Comme dans toute biographie, j’ai eu mon compte de dates, d’âge, d’interviews, de témoignages et de fil du temps. Tout ce que j’aime en somme.
Bien que pas particulièrement fan de David Guetta (non non, ne me jetez pas de pierre !), je reste admirative de la vitesse à laquelle il s’est fait une place parmi les célébrités, et par la façon, audacieuse parfois, d’y parvenir.
Bon, à côté de cela, j’ai aussi beaucoup (trop ?) de superlatifs le concernant. Je peux concevoir que quelqu’un soit réellement doué, qu’il ait de réelles prédispositions à quelque chose. Mais ajouter des compliments à la grosse louche est parfois un travers dans lequel tombent certains biographies, comme c’est le cas ici.
Bien sûr, il s’est construit un empire, engrange des millions, sort un hit très régulièrement, a le don pour se faire apprécier. Bien sûr aussi, il a géré des établissements pas toujours chics, et même plutôt « coquin » pour rester sage dans mes termes, mais c’est peut-être aussi ce qui fait le personnage, je ne sais pas.
Il n’empêche que j’ai appris certaines choses le concernant : sa jeunesse , sa rencontre avec son ex-femme, ses enfants. Justement, parlons-en des enfants. C’est certainement parce que je suis maman, mais j’ai bien eu l’impression qu’il n’en faisait pas grand cas des siens… Bref.
Ce livre ne m’aura, quoi qu’il en soit, pas encouragé à apprécier davantage le DJ. Je devrais peut-être même dire, presque, au contraire. Mais bon, c’est mon point de vue sur certaines choses qui fait ça hihi.
Je ne pense pas que ce livre soit un incontournable si l’on veut connaître un peu mieux David Guetta, mais c’est déjà une très bonne base.
Points attribués : 7/10
Je remercie l’édition du moment pour cette lecture musicale.
Il vous tente?
[su_divider]
Biographies

Michel Delpech, c’était chouette! de Pascal LOUVRIER

 On a tous une chanson de Michel Delpech (1946-2016) en tête, de Chez Laurette, Wight Is Wight, Pour un flirt, jusqu’à Quand j’étais chanteur et Le Loir-et-Cher. On sait moins que le chanteur a connu la gloire et la déchéance, la lumière et la nuit, le triomphe et la défaite, le tourbillon de l’insouciance et le doute.Le cocktail sexe, alcool, drogues dures fut l’énergie du désespoir. Mais il y eut surtout l’amour d’une femme, Geneviève. Et la foi qui éclaire le bout du chemin.
Il a tout surmonté, sauf le cancer. Un cancer qui l’a privé de son organe essentiel : sa voix d’or. Il a mené un combat jusqu’aux bouts de ses forces. Comme dans les plus âpres tragédies, il a regardé la mort en face, avec toujours ce sourire qu’il qualifiait lui-même d’atout majeur.
Il a aimé la vie. Avec ses chansons, il nous a transmis cette joie simple de vivre, faite de petits riens, si importants quand on les perd.
Cette biographie rappelle que Delpech était plus qu’un chanteur, il est un poète. Un hommage à l’artiste, mais aussi à l’amoureux des mots, à l’artisan scrupuleux, à l’homme qui savait écouter son frère humain blessé.

Edition: Archipel

Nombre de pages: 240 pages

Mon avis : Michel Delpech.. Qui n’a jamais chantonné l’un de ses airs, dansé un slow sur l’une de ses chansons ?
Michel Delpech, un homme décrié et adulé à la fois. Un monstre de poésie avec un abîme de dépression…
Je ne connaissais de ce chanteur que quelques-unes de ses chansons les plus connues, sans connaître l’être humain lui-même. Pour moi, il était un chanteur qui a réussi, qui a roulé sa bosse, qui a une vie géniale et heureuse.
Oui mais pas que..
Car si Delpech a fait montre d’une volonté de réussir à ses débuts, et s’il a flotté sur la vague de ses tubes des années 70 et 80, le reste de sa vie n’aura pas toujours été au beau fixe.
J’ai découvert un homme très (trop ?) sensible, pointilleux, travailleur, poète, rêveur, et brisé durant un temps. Car la dépression n’épargne personne, pas même les célébrités. Entre écriture de chansons, séjours en hôpitaux, famille, mariage et divorce, il a fallu pour lui trouver un équilibre. Pas toujours évident.
L’auteur de ce livre nous montre un Michel Delpech tout en douceur, tout en rêveries, avec des tournures de phrases magnifiques. Parfois succinct (et ça suffit), parfois grandiloquent (et c’est ce qu’il faut), Pascal Louvrier nous raconte la vie du chanteur si connu qui s’est éteint il y a quelques mois.
J’ai apprécié le voyage en sa compagnie, et j’ai ouvert grands les yeux pour regarder tout ce qu’il me montrait.
Je ne regrette pas ma lecture, bien au contraire.
Points attribués : 7/10
Je remercie l’édition Archipel pour cette lecture musicale.
Il vous tente?
[su_divider]
Biographies

Orpheline n° 27 de Michaela DePrince

 Mabinty Bangura est née en Sierra Leone en 1995, alors que la guerre civile fait rage. Quand ses parents meurent, aucun membre de sa famille n’est prêt à l’accueillir, car l’enfant souffre d’une maladie de peau, le vitiligo, qui, selon les superstitions africaines, serait une manifestation de sorcellerie. Numéro 27 dans un orphelinat, elle est contre toute attente adoptée à l’âge de quatre ans par une famille américaine et rejoint les États-Unis. Rebaptisée Michaela, elle n’aura plus qu’un rêve : devenir ballerine. Après avoir survécu à la guerre, la maladie et la famine, son combat sera de se faire une place dans l’exigeant milieu de la danse classique, où les préjugés sur la couleur de peau sont particulièrement présents.. 

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 291 pages

Mon avis: Suivre le parcours d’une enfant née en Sierra Leone, au moment des conflits qui ont secoué le pays, et la suivre jusqu’au bout de son rêve…
Michaela DePrince est partie de rien ou presque. Orpheline, abandonnée par sa famille, elle sera finalement adopté, toute petite, par une famille américaine. Celle-ci n’aura de cesse de l’aider à atteindre son objectif: devenir danseuse étoile.
Elle raconte tout cela simplement, d’abord avec ses souvenirs de toute petite fille qui découvre la modernité, puis avec un ton plus passionné d’adolescente, avant de trouver sa personnalité complète, plus raisonnable. J’ai eu l’impression, en lisant son récit, de remonter avec elle dans le temps, et de l’entendre véritablement avec ces différentes intonations. C’est la première fois qu’un véritable récit me fait cet effet-là. Et rien que cela, déjà, il mérite d’être lu.
Michaela raconte les efforts, les choix, les décisions, les trajets, la fatigue, les privations. Elle explique les choix qu’elle doit effectuer, lorsqu’il faut changer d’école, décider de s’inscrire à un concours ou un stage. Elle montre l’envers du décor, celui que l’on ne voit pas, quand les danseuses si gracieuses et souriantes sortent de scène. Elle montre les douleurs, les pleurs parfois, l’euphorie, le travail, et la volonté de fer pour atteindre le haut du panier. Car elle le dit clairement: beaucoup de participantes pour très peu d’élues.
Et dans son cas à elle, une difficulté s’ajoute encore: sa couleur de peau et une maladie: le vitiligo, qui provoque une dépigmentation de la peau. Elle en souffrira beaucoup, mais décidera de tenter le tout pour le tout, ce qui montre la force de son caractère.
J’ai lu ce livre sur une après-midi, plongée dans les images que Michaela me montrait. Je n’arrivais pas à me décrocher de son récit, et j’avais terminé le livre sans même m’en être rendue compte!
Je trouve que, au-delà de la couleur de peau dans le cas de Michaela, ce livre est hautement intéressant pour tous ces petits danseurs qui veulent se destiner aux ballets, à la danse classique, métier dur et épuisant, s’il en est. Je le recommande donc vivement.
Points attribués: 10/10
Je remercie l’édition Presses de la Cité pour cette lecture musicale.
 
Petit bonus
Michaela a participé à la réalisation d’un documentaire sur la danse, appelé La leçon de danse. J’ai trouvé une bande-annonce, si le coeur vous en dit. Elle a également répondu à de nombreux interviews, et pour ceux et celles qui comprennent l’anglais, il est possible d’en trouver sur Youtube.
Il vous tente?
[su_divider]
Biographies

Derrière la grille de Maude JULIEN

  Plus de cinquante ans après, Maude Julien se souvient encore du bruit du verrou, quand la grille s’est refermée sur elle. Son père venait d’acheter une bâtisse lugubre, flanquée d’un parc, dans la région de Saint-Omer. Maude, alors âgée de trois ans, y vivra cloîtrée, sans jamais aller à l’école, sans jamais avoir d’amis. Enfermée mentalement aussi, car le patriarche veut faire de sa fi lle une « supra-humaine ». Elle doit apprendre à surmonter la peur, les privations, la douleur, la solitude pour être capable de réaliser la mission à laquelle il la destine. Longtemps plus tard, elle comprendra que son père, haut dignitaire d’une obédience maçonnique ésotérique, avait échafaudé un projet vertigineux dans lequel elle tenait le rôle central.
Comment se défaire d’une emprise aussi extrême ? Où trouver la force d’échapper à un tel embrigadement ?
À dix-huit ans, Maude a réussi à quitter la prison de son enfance. Puis, au terme d’un long travail, à conquérir sa liberté.

Edition: Poche

Nombres de pages: 281 pages

Mon avis: Mon amie m’a parlé de ce livre suite à un reportage qu’elle avait sur TF1, il y a de cela quelques jours.
Je n’ai pu m’empêcher de me renseigner sur ce témoignage, et je me suis précipité pour acheter son récit. Bien que mon amie m’ait prévenu que ça devait être dur, je ne m’attendais pas à ce que j’allais découvrir.
Maude grandit avec ses parents, près du garage dont son père est propriétaire. Mais lorsqu’elle a trois ans, il décide d’acheter une maison dans laquelle ils seront complètement coupés du monde.
Maude a trois ans, à cette époque, et se rappelle du bruit de la grille qui se referme sur elle.
Commence alors pour elle un véritable chemin de croix, un parcours du combattant. Dès son plus jeune âge, elle subit un véritable lavage de cerveau, accompagné d’un programme d’éducation décrété par son père, qui dépasse l’entendement.
Ces activités la tiennent éveillée de 6 du matin jusque 23h, mélangeant plusieurs d’apprentissage d’instruments de musique, de scolarité à la maison, de gymnastique, de natation, de maçonnerie, etc.
Son père estimant qu’elle doit pouvoir, le cas échéant, être maîtresse de ses actes en toutes circonstances, il lui fait ingurgiter de l’alcool dès l’âge de 7 ans. Il lui fait également pratiquer des exercices d’impassibilité, des exercices de courage, de force, etc.
J’ai été secouée par ce récit bouleversant. Cet enfant a vécu un enfer dans tous les sens du terme. Et je n’en reviens pas qu’elle en soit sortie si saine d’esprit!
Ce livre, je l’ai lu à toutes vitesses, sentant mon estomac se retourner régulièrement. Je l’ai lu en quelques heures à peine. Et j’en suis ressortie complètement assommée.
C’est un récit qui ne laisse pas indifférent, au contraire! C’est un livre qu’il faut si vous avez le coeur bien accroché.

Points attribués: 10/10

Petit bonus

Voilà la fameuse maison

Maude aujourd’hui
Et son père
Biographies

Louis de Funes: Ne parlez pas trop de moi les enfants de Patrick et Olivier DE FUNES

La vie aux côtés de notre père fut pleine d’impondérables et de charme. Elle n’était ni banale ni triste. Le mythe de l’acteur comique abandonnant son humour à la sortir du théâtre pour afficher le masque d’une mélancolie pesante n’a jamais eu sa place dans notre maison. Louis de Funès était un homme aussi drôle dans la vie qu’à l’écran, sans toutefois utiliser les mêmes armes car il exerçait avant tout un vrai métier, qu’il a peaufiné tout au long de sa carrière. La curiosité de son public est toujours aussi vive :  » Comment faisait-il pour trouver tout cela ?  »  » Il paraît qu’il était extrêmement nerveux  »  » Vous racontait-il ses gags avant de les jouer ?  »  » On dit qu’il était extrêmement dur sur un tournage .  »  » Etait-il sévère avec vous ?  » Autant de questions que nous abordons dans ce livre, en tant que témoins privilégiés de cette aventure si originale.  » Si l’on connaît tous par cœur l’acteur Louis de Funès et ses films, l’homme, qui aimait la discrétion, reste, lui, méconnu. Dans ce portrait intime, ses enfants nous proposent da faire connaissance avec cet homme secret. On y découvre la personnalité ignorée de leur père, une vie au quotidien riche et trépidante, ponctuée de rebondissements et de péripéties souvent dignes de ses films. Ce vagabondage à la fois inattendu, cocasse et émouvant ravira tous les admirateurs de Louis de Funès.

Edition: Le Cherche-Midi

Nombres de pages: 271 pages

Mon avis: Deuxième biographie que je lis sur peu de temps, concernant cet acteur si cher à nos coeurs.
Et cette fois, j’y ai trouvé tout ce que je voulais: anecdotes inédites, souvenirs de famille, regard simple sur sa vie de famille…
J’ai été très touchée par la simplicité que montre les enfants de Louis pour expliquer comment était leur père, en tant que père de famille et en tant qu’acteur. Cet homme a su mélanger adroitement ces deux aspects de sa vie, pourtant si prenantes toutes les deux.
J’ai été très surprise par la simplicité que préférait Louis quant aux choix de ses voitures, à son amour des fleurs, à sa façon de se ressourcer, à sa manière d’encourager continuellement ses enfants. Il avait des gestes et des attentions simples et tendres envers ceux qu’il aimait.
Je n’en ai que plus d’admiration encore pour cet homme incroyable. Pour les fans de cet acteur, je vous conseille vraiment ce livre.

Points attribués: 10/10

[su_divider]

Biographies

Louis de Funès: Jusqu’au bout du rire de Stéphane BONOTTE

 La Traversée de Paris, Fantômas, Le Corniaud, La Grande Vadrouille, Oscar, La Folie des grandeurs, Les Aventures de Rabbi Jacob et les tribulations du célèbre Gendarme de Saint-Tropez, sans compter ses succès au théâtre vingt ans qu’il a disparu et Louis de Funès reste le comique préféré des Français ! Le lecteur découvrira dans ces pages l’acteur aux mimiques irrésistibles, aux attitudes extravagantes, aux déguisements fous, l’artiste survolté, exigeant, perfectionniste et inquiet sur scène comme sur les plateaux de tournage, mais aussi l’homme fuyant les interviews et les mondanités à la ville, le châtelain épris de pêche et de jardinage, chez lui, à la campagne… A travers cette biographie impressionniste, enrichie de témoignages inédits et d’une fine analyse du processus du rire, Stéphane Bonnotte rend hommage à une légende du théâtre et du cinéma, et retrace l’itinéraire de ce fils d’émigrés espagnols qui fit la joie du public pendant plus d’un quart de siècle.

Edition: Michel lafon

Nombre de pages: 256 pages

Mon avis : J’ai toujours adoré cet acteur. Ses films me font toujours autant rire. Et voilà déjà un moment que j’avais très envie de lire sa biographie.
Un passage à la bibliothèque avec mon fils et me voilà munie de ce fameux trésor.
Ce livre-ci parle peu de son enfance et de sa vie en dehors du cinéma. Par contre, son parcours est parfaitement retracé : de ses touts petits débuts, de ses premières répliques, ses premières figurations jusqu’à sa consécration et sa renommée mondiale.
Quelques anecdotes peu connues du grand public parsèment les pages, et donnent un air plus humain à ce monstre du cinéma. Ses manies, ses habitudes et son travail de précision sont aussi abordés.
Malgré tout, je reste un peu sur ma faim. J’aurais aimé en apprendre davantage.
Par contre, une partie de ce livre m’a ravi. Un florilège de répliques célèbres de ses films. De quoi remettre en tête certains films et donner envie d’en revoir d’autres.
Il y a aussi toute sa filmographie, année par année.
Ce livre m’aura en tout cas donné envie de me plonger plus loin dans sa biographie. La bibliothèque a encore trois autres livres parlant de lui hihi
Points attribués : 8/10
[su_divider]
Biographies

Robin Williams: « O capitaine, mon capitaine » d’ Emily HERBERT

 Robin Williams… Qui ne se souvient pas de son légendaire « Ô capitaine, mon capitaine ! » du Cercle des poètes disparus ? De sa prestation aussi touchante que délirante de Madame Doubtfire ? De son interprétation plus vraie que nature de Peter Pan ? Tour à tour ami de la famille, maître à penser ou clown, ce comédien jovial cachait pourtant un homme tourmenté.Fils unique et enfant solitaire mal aimé par ses parents, Robin s’invente des vies. Jusqu’au jour où il annonce à son père qu’il veut devenir acteur. « Vas-y, sois heureux », lui répond celui-ci.
Dix années durant, Robin investit cabarets, théâtres et plateaux télé, où ses gags, ses personnages inédits et ses sketches stupéfiants le font connaître du public et des professionnels. Une star est née.
Pourtant, la gloire et la reconnaissance ne lui permettent pas de se délivrer de ses démons intérieurs, et chaque jour de sobriété est une victoire sur son addiction à la drogue et à l’alcool, seuls remparts à sa dépression. Comment un être aussi solaire et altruiste a-t-il pu se laisser ainsi ronger par le mal-être ?
Dans cette seule biographie consacrée à Robin Williams depuis son suicide, Emily Herbert rend ici hommage à l’un des acteurs les plus aimés de ces dernières décennies.

Edition: Michel Lafon

Nombre de pages: 288 pages

Mon avis : Robin William a toujours été un de mes acteurs favoris. J’ai aimé beaucoup de ces films.
Quand j’ai découvert qu’il existait une biographie, je n’ai pu faire autrement que de le lire.
Je dois dire qu’elle a changé mon regard sur cet acteur remarquable. Pas en mal, non. Mais disons que la façade qu’il donnait toujours dans ses films, mélange d’humour et de provocation, n’était pas seulement un rôle qu’il jouait. Sous ce maquillage de quelqu’un qui s’amuse, il y avait un homme qui souffrait, et qui a eu de nombreuses addictions malheureuses.
J’ai découvert ses problèmes d’alcool, de drogue, de couple… J’ai découvert ses débuts sur les chapeaux de roues, et les couacs qui ont parfois suivi. J’ai lu quelques-uns de ses interviews, beaucoup de témoignages de personnes ayant travaillé avec lui. J’ai aussi vu, au travers de ses lignes, la profonde gentillesse qui l’animait, le poussant à aider beaucoup d’associations et donnant souvent de sa personne pour un malade.
Il était quelqu’un de complexe, bien plus que ne le laissait paraître ses rôles comiques, ses films pour enfants, ou ses rôles dans la peau d’un grand enfant.
Je réalise que, finalement, on ne connaît pas tant tous ces hommes et femmes que l’on admire sur grands écrans. Et que, parfois, sous des airs de prima donna, ou de star, il existe une réalité plus terre à terre, et beaucoup moins mirobolante.
Je continuerai d’admirer cet homme disparu. Je continuerai d’apprécier ses livres, tout en ayant à l’avenir une idée des dessous des rôles qu’il s’est vu offrir au long de sa vie.
Points attribués : 10/10
[su_divider]
Biographies

Dans la peau de Maria Callas d’Alain DUAULT

 1er septembre 1977, Maria Callas est chez elle, dans son grand appartement parisien de l’avenue Georges-Mandel, seule. Rideaux tirés, elle regarde les photos de ses rôles, réécoute ses disques, se souvient.
On a dit que le grand air de Tosca, Vissi d’arte, vissi d’amore (« J’ai vécu d’art, j’ai vécu d’amour ») résumait toute sa vie : elle a vécu d’art, c’est sûr, mais d’amour ?
Le 16 septembre au matin, elle cesse de vivre.
Dans ce récit, Alain Duault se glisse dans la peau de la diva tourmentée et explore son existence fascinante aux facettes multiples, souvent flamboyantes, parfois douloureuses. Des vivas sur les plus grandes scènes d’opéra du monde aux turpitudes de sa vie amoureuse, Maria Callas dévoile une partie de ses mystères.
Une autobiographie (imaginaire) en forme de testament
Mon avis : J’ai toujours beaucoup aimé cette diva, autant par sa voir que par son professionnalisme. J’ai regardé beaucoup d’émissions, lu beaucoup de choses,…
Ce livre-ci ne pouvait que m’intéresser, évidemment.
Il se présente sous forme de journal intime, retraçant la vie et la carrière de Maria. Elle y explique ses choix, ses envies, ses préférences. Et ses amours.
Bien qu’elle ait été adulée par des millions de personnes, sa vie intime a été parsemée de déceptions, et de douleurs. Le plus grand amour de sa vie, mais aussi son plus grand chagrin, aura été Aristote Onassis, à qui elle vouait un amour indéfectible.
En quelques dates de son journal, se plaçant durant les derniers jours de sa vie, elle explique le travail qu’elle a accompli pour arriver à devenir une star planétaire. Les opéras se l’arrachaient, les metteurs en scène également. C’est dans la fièvre du chant qu’elle aura vécu une partie de sa vie.
J’ai beaucoup aimé cette vision des choses, s’attardant sur de petits détails, des impressions, et des jeux de scène que nul autre livre que j’ai lu jusqu’ici n’avait abordé.
J’ai passé un très bon moment avec ce livre. Il n’est pas très long, et se lit rapidement, ce qui permet aux néophytes de pouvoir connaître Maria Callas de façon légère. Ce qui est un très bon point pour ce livre.
Points attribués : 9/10
[su_divider]
Biographies

Général baron Jean-Marie Tissot de Geneviève Martin-Clavel

Natif du pays de Gex, Jean-Marie Tissot va servir sous la République, l’Empire, la Restauration, avec La Fayette, Bonaparte, Eugène de Beauharnais, le duc d’Angoulême, dans la 6e demi-brigade de ligne, le 92e régiment d’infanterie de ligne, puis le 37e. Il sillonne l’Europe: Valmy, la Vendée, l’Italie, l’Albanie, l’Allemagne, la Russie, l’Espagne…À partir d’archives familiales, militaires, administratives, l’auteur a reconstitué la carrière du général Tissot, dont le fait d’armes le plus marquant est sa conduite exemplaire lors de la bataille de Préveza, en 1798, ce qui ne l’empêcha pas de connaître le bagne d’Ali Pacha à Constantinople.
Avec cette biographie détaillée et richement documentée consacrée à J.-M. Tissot, G. Martin-Clavel fait oeuvre double. D’une part, elle attire enfin dans la lumière l’action et les mérites d’un homme qui vécut au rythme mouvementé de l’histoire de France. D’autre part et corrélativement, elle apporte, à partir de sources nombreuses et parfois inédites, un regard nouveau et vivant sur cette période. Plus qu’un hommage rendu à un être dont on ne peut que constater le courage et le dévouement, cet ouvrage est sans doute un moyen de revisiter, de manière singulière, quelques décennies françaises faites de grandeurs et de désillusions
Mon avis: J’ai plongé avec cette lecture dans le régime Napoléonien.
Le général Tissot, bien que méconnu, merite une certaine reconnaissance. J’ai trouvé qu’il faisait figure d’exemple en matière de commandement.
Il va grimper les échelons un à un, en passant à travers de nombreuses batailles et beaucoup de dangers.
Il finira enfermer dans une prison orientale, injustement jugé par Ali Pacha. Il sera maltraité plusieurs années, et reviendra de la avec autant sinon plus de bon sens qu’avant.
Il continuera sa carrière en faisant preuve d’humanisme, de loyauté, de réalisme et d’honneteté. Il était toujours prêt à prendre la défense d’un soldat en cas de besoin, d’appuyer une demande d’augmentation, ou demander la punition exemplaire d’un scélérat.
Il n’existe peu ou plus d’hommes de cette trempe, prêt à lever le sabre si le besoin s’en faisait sentir, prêt à tenir un fort bien que les ennemis soient vingt fois plus nombreux.
Les recherches de l’écrivain, au coeur des archives familiales, méritent d’être applaudies. C’est minutieux, les courriers se recoupent, les dates sont estimées au plus juste. Les dépenses de l’époque y sont clairement expliquées, les modes de communication bien exploités.
C’est un livre complet, à tous les points de vue. J’ai apprécié le voyage.
Points attribués: 7/10
Merci à la société des écrivains pour ce voyage historique.
[su_divider]
Biographies

Claude Nougaro, le parcours du coeur de Christian LABORDE

 A l’occasion des 10 ans de la mort du chanteur et poète toulousain, Christian Laborde rend hommage à son ami avec un album plein de punch et de swing. Laborde raconte la vie et l’aventure artistique de Claude Nougaro. Ce beau livre hommage est illustré par une riche iconographie : photos de scène, de famille, manuscrits… L’ouvrage contient également de nombreux témoignages d’artistes : ceux des musiciens de Claude, et celui de Catherine Deneuve.
Mon avis: Ca éclate, ça bouscule, ça explose…
Tout comme le chanteur en question d’ailleurs. C’était pour moi jusqu’alors un artiste méconnu, connu uniquement par quelques chansons que tout le monde chante encore aujourd’hui.
J’ai découvert cet homme sous toutes ses facettes: Enfant esseulé et facétieux, adolescent combatif, jeune homme poête, et finalement chanteur reconnu.
Ce livre contient beaucoup de témoignages de musiciens et de membres de sa famille qui l’ont entouré. Des anecdotes, des souvenirs parsèment les pages que j’ai lu.
Voila qui m’a permis de voir ce qu’était la vie de Claude Nougaro, cet homme qui jouait avec les mots, qui faisait des poèmes avec ce qu’il voyait ou ce qu’il entendait.
Il était imaginatif et réactif. Bien sûr, il devait être aussi très caractère pas toujours très agréable. Mais c’était le personnage, et il a vécu fort.
J’ai beaucoup aimé ce livre, rempli de photos, de copies de lettres écrites de sa main.
C’était un joli voyage.
Points attribués : 7/10
Merci à l’édition Hors Collection pour cette lecture
[su_divider]