Affichage de 796 Résultat(s)
Romans

Sacrée famille de David Safier

La petite librairie d’Emma va mal, mais ce sera bientôt de l’histoire ancienne : la visite de la célébrissime Stephanie Meyer va lui apporter la gloire ! Sauf que la rencontre tourne mal… Dépités, Emma et les siens, tous déguisés pour l’occasion, rentrent chez eux. En chemin, ils croisent une étrange vieille dame qui leur jette un sort : chacun se retrouve propulsé dans la peau du personnage dont il porte le costume… Afin de briser le sortilège, il faut retrouver la vieille femme. Mais, pour cela, il faudra d’abord retrouver l’esprit d’équipe ! 
Mon avis: J’ai vraiment apprécié le côté humoristique de ce livre.
Une famille désunie se retrouve soudain prise dans maëlstrom d’évènements plus surprenants les uns que les autres.
Ces quatre personnes, accompagnées de deux personnages secondaires, sont plus attachants les uns que les autres!! Ils ont chacun leur caractère, et même si Fée, l’adolescente, prétend ne pas ressembler à sa mère, les caractères sont pourtant bien semblables.
Max, quant à lui, jeune adolescent également, est tout à fait remarquable pour son amour de la lecture et sa culture développée.
Oui je sais, les ados ne sont pas souvent comme ca en vrai. Mais bon, il en existe tout de même, et c’est ce qui me fait l’apprécier encore plus.
Le père, Frank, est un homme bon au fond. Même s’il a perdu de vue sa famille.
Et enfin, Emma, la maman, déborde de jolies métaphores dans ses récits, et j’ai adoré ca!
Il n’empêche que le côté fantastique donné à cette histoire m’a déplu. J’ai trouvé que, du coup, la trame n’était plus aussi nette, et m’a fait dérivé vers des situations tout à fait imaginaires. Les nombreuses références à La Momie ou au film Dracula faisaient vraiment « clichés », et j’ai beaucoup moins apprécié.
C’est dommage.
Points attribués: 6/10
[su_divider]
Romans

L’orpheline des neiges tome 1 de Marie-Bernadette DUPUY

Janvier 1916. Dans le village de Val-Jalbert sur les bords du lac Saint-Jean au cœur de la forêt québécoise, une religieuse découvre un bébé abandonné dans un ballot de fourrures, sur le perron enneigé du couvent-école. D’où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L’enfant sera élevée et instruite par les sœurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune mère des environs, Élisabeth Marois. Dotée d’une voix exceptionnelle, au fil des années, l’orpheline gagnera le surnom de « rossignol des neiges »…
Marie-Bernadette Dupuy nous offre ici une très belle histoire d’amour documentée et puissante, empreinte du souffle glacé des longs hivers québécois, qui se déroule dans une région où rien ne doit mourir, rien ne doit changer…

 

Mon avis: Malgré ses 650 pages, c’est un livre que j’ai lu rapidement. L’histoire est bien écrite, légère et émouvante à la fois.
Tout se passe au Québec, entre les années 1916 et 1932.
L’histoire dans un village, baptisé Val-Jalbert. J’ai apprécié particulièrement que l’auteur a fait des recherches historiques pour implanter son roman. Des petites notes en bas de page recadrent l’histoire dans des évènements réels.
Hermine est un personnage vraiment attachant. C’est le personnage principal, mais autour d’elle gravitent toutes sortes de personnes hautes en couleur, ou simplement doux à entendre.
Cette jeune fille passera pas mal d’épreuves finalement, tout en restant simple.
Certains passages m’ont semblé un peu mièvre, mais finalement, cela passe bien tout de même.
Je lirai les autres tomes avec plaisir.
Points attribués: 8/10
[su_divider]
Romans

Demain j’arrête de Gilles LEGARDINIER

Et vous, quel est le truc le plus stupide que vous ayez jamais fait ? Comme tout le monde, Julie en a fait beaucoup. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu – obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier…

Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants.

[su_quote]Extrait: Je plonge sous la banquette arrière. Sophie démarre le moteur:   – Laissons lui un peu d’avance. D’autant que ma bagnole n’aime pas le ralenti. Je n’ose pas sortir la tête. – Est ce qu’il remonte le boulevard? – Tout à fait. – Il a un sac à dos? – Oui, et un beau petit cul. – Sophie! – On est là pour surveiller, alors je surveille[/su_quote]
Mon avis: Que dire de ce livre, et surtout des sensations qu’il procure? douceur, tendresse, rires, amitiés, rocambolesque… tellement de mots bien agréables pour un livre hors du commun.
un homme qui écrit comme un femme, et qui crèe un personnage féminin absolument adorable.
j’ai ri plusieurs fois, ai été touchée plusieurs fois, bref ce n’est que du bonheur.
Le personnage principal, une jeune femme dynamique, est attachante dès le départ. Ses petites lubies, sa curiosité, ses principes… tout est là pour nous donner l’image d’une personne adorable.
Points attribués: 10/10
 [su_divider]
Romans

Bad Love de Catherine BREILLAT

Résumé: Au cours d’un festival de cinéma, Vivian Parker, star adulée et inaccessible, porte, par défi, son choix sur Christian, jeune homme, amateur de civilisation chinoise, mais sans fortune. Ils visitent ensemble les chutes du Niagara et, prise de vertige, Vivian lui dévoile sa vraie personnalité. Les deux amants racontent tour à tout la passion qui les a liés, jusqu’au fait divers qui y met fin.


Mon avis: Completement monotone, décalé, sans intéret

Points attribués: 4/10

Romans

L’écume des jours de Boris VIAN

Chick, Alise, Chloé et Colin passent leur temps à dire des choses rigolotes, à écouter Duke Ellington et à patiner. Dans ce monde où les pianos sont des mélangeurs à cocktails, la réalité semble ne pas avoir de prise. On se marie à l’église comme on va à la fête foraine et on ignore le travail, qui se réduit à une usine monstrueuse faisant tache sur le paysage.

Pied de nez aux conventions romanesques et à la morale commune, L’Ecume des jours est un délice verbal et un festin poétique. Jeux de mots, néologismes, décalages incongrus… Vian surenchérit sans cesse, faisant naître comme un vertige chez le lecteur hébété, qui sourit quand il peut. Mais le véritable malaise vient d’ailleurs : ces adolescents éternels à la sensibilité exacerbée constituent des victimes de choix. L’obsession consumériste de Chick, née d’une idolâtrie frénétique pour un certain Jean-Sol Partre, semble vouloir dire que le bonheur ne saurait durer. En effet, l’asphyxie gagne du terrain, et l’on assiste avec effroi au rétrécissement inexorable des appartements. On en veut presque à Vian d’être aussi lucide et de ne pas s’être contenté d’une expérience ludique sur fond de roman d’amour.

Mon avis: Le surréalisme dans ce livre est impressionnant. Tout y est abordé: le malheur comme le bonheur. et bien que ce soit très imagé, que ca paraisse complétement impossible, l’auteur nous parle en réalité de choses bien connues de la vie.
Un grand classique a lire au moins une fois.

Points attribués : 6/10

Romans

Cinquantes nuances de Grey de EL JAMES

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

Mon avis: J avais un à priori négatif et la lecture ne l à pas démenti. Trop salace , trop cru à mon goût, pas d histoire réellement consistance. Bref je ne le conseille pas. De plus je trouve l’idée horrifiante de mettre ce genre à portée de tous, y compris du jeune public. Des adolescentes, peut-être même très jeunes, peuvent tomber sur des descriptions plus qu’explicites d’actes sexuels tendres et moins tendres. Il est vrai qu’on en voit beaucoup déjà à la télévision. Mais est-il vraiment nécessaire d’en rajouter par le biais de livres???

Points attribués: 1/10

 

%d blogueurs aiment cette page :