Littérature jeunesse Romans

Des sauvages et des hommes d’Annelise Heurtier

Nouvelle-Calédonie, 1931. Edou est un jeune Kanak aventureux. Alors le jour des membres de sa tribu sont choisis pour une mission spéciale à Paris, il s’introduit dans le groupe sans réfléchir. Leur mission sera de montrer aux citoyens français comment ils vivent, leurs coutumes, leurs talents. Pour Edou, c’est surtout l’occasion de partir loin et de découvrir cette capitale qui fait rêver. Mais la désillusion est grande : à peine arrivés, le jeune homme et les siens sont installés… dans un enclos. Une pancarte les présente ainsi :  » CANNIBALES » . Une histoire inspirée de faits réels : l’exhibition des Kanaks pendant l’Exposition coloniale de 1931. 

10/10

288 pages

Merci à l’édition Casterman

Une exposition à nulle autre pareille va avoir lieu à Paris, dans les années 30. Il s’agit de montrer au peuple français toutes les colonisations que la France a réalisé dans le monde. On va donc montrer un succédané de chaque peuplade ayant été converti et “civilisé”. 

Au final, il s’agit surtout d’une mascarade destinée à faire sensation. En effet, ces indigènes sont obligés de jouer à être des cannibales dangereux, afin de donner des frissons aux visiteurs. 

Un jeune homme pourtant va se rendre compte de ce qu’il se passe… 

Nous sommes là sur un fond d’histoire réelle. Il y a bien eu ce genre d’expositions innomables, dans lesquelles toutes sortes de mises en scène étaient de bon ton. Ces gens, parqués comme des animaux dans des enclos, devaient subir de nombreuses heures par jour un défilé de voyeurs indélicats, subissant cette humiliation sans broncher. 

Aujourd’hui, nous nous révoltons à la simple idée que cela puisse avoir existé. Et heureusement, j’ai envie de dire!  

Ce roman est très touchant, puisque nous écoutons d’un côté et de l’autre de cet enclos humiliant. Edou nous montre l’envers des décors, les conditions déplorables et le peu d’estime qu’avaient pour eux leurs exploitants. Victor, visiteur, nous raconte les réactions des spectateurs, l’horreur de la situation. 

C’est un livre qui m’a profondément émue. J’avais déjà entendu parler de ces expositions, dans d’autres romans ou documentaires. Mais jamais autant de l’intérieur même de la situation. J’ai pu me rendre compte à quel point cela a du marquer plusieurs générations de personnes qui n’avaient rien demandé à personne, et que l’on a dépouillé de toute dignité. 

En tout cas, cette histoire est à découvrir. Elle peut d’ailleurs servir de support à des discussions scolaires et/ou familiales sur le colonialisme. Je recommande totalement. 

À propos de l’auteur

aufildespages chroniqueuse littéraire

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :