Douglas Warwick, le shérif de Notchbridge, est accusé de viol. Son jeune adjoint Taylor se retrouve   devoir enquêter sur son propre chef. Inexpériment , il demande  à Blansky, l’ancien shérif aujourd’hui propriétaire du journal local, et à Dempsey, célèbre auteur de romans policiers, de l’aider. Mais aucun d’eux ne pouvait imaginer la terrible machination que cachent les accusations contre Warwick. Ni que tout le monde allait y laisser quelque chose de précieux : sa fortune, son honneur, sa vie… 

Sous l’or des feuillages de l’ été  indien, jamais haine et vengeance n’auront été  aussi cruelles et féroces. Et jamais la plume et le talent de Roy Braverman n’auront  été  aussi démoniaques pour créer un suspense qui vous laissera pantelant jusqu’au dernier mot. 

6/10

306 pages

Merci à Netgalley et Hugo roman

Douglas Warwick se trouve dans une situation plutôt compliquée. Shériff de la ville, il est accusé de viol. Mais les preuves sont pour le moins nébuleuses. Les agents chargés de l’enquête vont de surprise en surprise, découvrant que nous ne sommes pas seulement dans une affaire de moeurs… 

J’ai mis un moment avant de rassembler mes idées, pour pouvoir écrire mon avis. Je suis tombée là sur une lecture comme j’en avais rarement eu. 

Bon, d’abord, il s’agit là d’un second tome, ce à quoi je n’avais pas fait attention lorsque j’ai demandé ce titre sur Netgalley. Cela a peut-être une influence sur mon ressenti… 

Bref, l’histoire démarre rapidement. Le premier chapitre est brut, sans fioritures, comme un résumé sobre d’une situation complexe. Un début qui me surprend vraiment. Mais je m’accroche: après tout, ce que l’on décrit n’a rien de simple. 

L’enquête se lance à la suite, et là encore, quelque chose est bancal. Une impression de malaise grandissant, accompagnée de non-dits que je ne comprends pas toujours, de dialogues alambiqués (voire totalement cliché), et une enquête que je ne comprends pas vraiment non plus. 

Cette impression reste tout au long de ma lecture, et même si j’avais très envie de connaître le fin mot de l’histoire, j’avais aussi hâte d’arriver au bout du livre, simplement. 

Je crois qu’en fait ce style de plume ne me convient pas du tout. Peut-être est-elle plus intéressante pour les lecteurs masculins? Je ne sais pas… En tout cas, je suis totalement passée à côté de ce style. 

aufildespages

aufildespages chroniqueuse littéraire

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :