Ce qui ne nous tue pas… de Carole DECLERCQ

Romans

1944, pendant l’occupation. Les Français vivent désormais dans l’éspoir d’un débarquement allié et l’inquiétude gagne l’armée allemande, accentuant les crispations et les duretés perpétuées contre la population française.
Maximilian von Wreden, officier du renseignement allemand, est en poste à Paris depuis quelques mois quand il rencontre Marianne, une étudiante en philosophie de vingt et un ans. Sa peau est douce, ses lèvres sont tendres, elle réussit à apaiser ses démons intérieurs.
Ce que Maximilian ne sait pas, c’est que la jeune fille travaille en réalité pour un réseau de résistants. Elle a volontairement été jetée dans la gueule du loup pour le séduire et lui soutirer des informations sensibles. Pour elle, il est d’abord l’homme à abattre. Mais pas seulement …

Edition: Terra Nova

Nombre de pages: 309 pages

Mon avis Les temps sont durs.. la guerre fait rage depuis 4 ans, les allemands ont la
main mise partout, et les résistants français n’en sont que plus tenaces.
C’est ainsi que Marianne, toute jeune fille, et résistante à sa manière, se retrouve embarquée dans une mission tout à fait particulière : séduire un officier allemand, être au plus intime avec lui, pour être proche des informations confidentielle dont il a connaissance.
Oui mais la chose n’est pas simple : tout d’abord, Marianne ne connaît pas encore très bien les choses de l’amour, et la peur de se faire prendre n’est pas pour la rassurer. Jusqu’à ce qu’elle croise le regard de Maximilien…
Maximilien, cet officier qu’elle est chargée de séduire, est beau. Il a du charme, de la prestance, est tendre dans les moments intimes.. bref, il a tout pour lui. Et c’est là que ça dérape. Sans le vouloir vraiment, Marianne en tombe réellement amoureuse. Malgré cela, elle doit garder à vue sa mission : détourner informations et photos, au risque de devoir tuer son amant s’il découvre ce qu’elle
fait. Un jeu dangereux se déroule alors pour Marianne.
Voilà un roman tout à fait particulier, traitant de cette seconde guerre mondiale.
Ce jeu de dupes, un peu à l’aveugle m’a aimantée. Très vite, je dévorais chaque page du livre, et je ne pouvais m’empêcher de veiller plus tard que d’habitude pour poursuivre ma lecture ! En général, c’est bon signe pour moi.
L’auteur sait, en douceur, amener du danger et de l’amour dans une même page. Un amour-ennemi qui remplit toutes les pensées de Marianne, et qui finit par faire chavirer et la jeune fille, et la lectrice.
J’ai adoré ce livre, vraiment. J’ai passé un très très bon moment. Les relations entre les personnages sont parfaites, les souvenirs très bien amenés, les renversements de situation sont pile aux bons endroits. Je n’ai aucun reproche à faire à ce livre !
Je n’ai qu’une seule chose à dire : je vous le conseille !
 
Points attribués :9/10
Je remercie l’édition City pour cette lecture extraordinaire
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. bea285 20/11/2015 9 h 41 min

    Je ne suis pas une grande fan des lectures de guerre mais cela peut-être une jolie découverte. Donc je me le note! Merci pour la découverte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :