Les gardiens de l’océan d’Irene SALVADOR

Young adult

En plongeant pour sauver son père de la noyade, Marco, 14 ans, découvre qu’il a l’incroyable capacité de respirer sous l’eau. Mais son émerveillement est de courte durée car il apprend bien vite la vérité : il appartient à un peuple millénaire, les Gardiens de l’Océan, et l’apparition de ses pouvoirs a fait de lui une cible de choix pour ceux qui souhaiteraient empêcher la naissance d’un nouveau protecteur des mers. Afin de préserver les siens, il doit les quitter, et partir apprendre à contrôler ses nouveaux dons à Acqualys, la cité des Gardiens. Mais avant d’en devenir un à part entière, il devra affronter des pirates, explorer les fonds marins et braver le seul interdit qu’on lui a imposé… un interdit qui porte le nom de Laura.

Edition: Michel Lafon

Nombre de pages: 221 pages

Mon avis: Marco est un jeune homme qui a toujours vécu au bord de la mer. Il l’aime, s’y plonge avec plaisir et aide régulièrement son père, sur son bateau de pêche.

Pourtant, lors d’une tempête, il arrive quelque chose qui va tout changer…

Je suis très dubitative. Bon, je dois avouer que la couverture du livre annonçait du beau, de l’agréable. Je me suis laissée tenter. En plus, le quatrième de couverture promettait également un beau voyage.

J’ai assez vite déchanté. 

Au bout de quelques pages, j’ai malheureusement commencé à décrocher. Le rythme n’y est pas, les personnages apparaissent sans prévenir, sans donner d’explications, et les voilà qui emmènent Marco sans vraiment d’autres formes de procès. 

Pour moi, déjà, il manque des éléments. Pourquoi? Comment? Où Marco s’en va-t-il? Et l’histoire de ce peuple de l’océan, on ne peut pas en parler? Trop d’interrogations pour trop peu de réponses.

La suite, hélas, ne relève pas la barre. Nous partons à la suite de Marco, qui part faire son apprentissage dans la cité sous-marine dont il est le prince disparu. … Mouais, là, pour le coup, c’est trop gros!  Arrivé sur place, il n’est pas question de vivre sous l’eau, puisque, allez savoir comment, la ville semble protéger d’une sorte de grande bulle d’air. Rien donc de surprenant, rien d’innovant.

La formation qui est sensée apprendre à Marco comment se défendre contre les ennemis se déroule sur très peu de pages, et on en apprend encore moins.

Et quand, enfin, quelque chose se passe, une première bataille autour d’un trident magique, voilà que, encore, tout se passe trop vite, qu’on reste avec des questions auxquelles on n’obtient pas de réponses. 

Au final, je sors de ce livre vraiment frustrée. J’ai l’impression d’avoir lu un livre qui ne m’a même pas fait voyager!

C’est donc une belle grosse déception!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :