L’affaire Caravaggio de Daniel SILVA

Romans

 Et si en recherchant un tableau volé, il déclenchait une affaire explosive ?
Chargé d’enquêter sur le meurtre d’un ancien diplomate reconverti dans le trafic d’art, Gabriel Allon — espion et restaurateur de tableaux à ses heures — découvre que la victime a récemment eu entre les mains un chef-d’œuvre volé une dizaine d’années auparavant, une Nativité peinte par Le Caravage. Il comprend que cette affaire, bien plus complexe qu’il ne le pensait, a de stupéfiantes ramifications financières en lien avec la situation politique explosive du Proche Orient.
De Genève à Tel-Aviv, en passant par Venise et Paris, il va tisser un piège implacable et ingénieux. Avec un double objectif : retrouver le tableau du Caravage et surtout, porter un coup fatal aux intérêts financiers de l’un des hommes les plus cruels et puissants de la planète.

Edition : Mosaïc

Nombre de pages: 470 pages

Mon avis : Gabriel Allon est un restaurateur de tableau très doué. Mais il n’est pas que ça : il est aussi agent secret pour une institution qui a le bras long. Ses connaissances en art font qu’il est appelé sur une affaire complexe concernant des vols de tableaux célèbres, dont une toile du célèbre Caravage, disparue depuis des dizaines d’années : La nativité.
Laissant sa femme enceinte à Venise, il n’a d’autres choix que de partir sur les traces de ceux qui commettent ces vols. Mais les choses sont bien plus compliquées qu’il n’y paraît : escroqueries, dignitaires haut placés, financement d’armement, … Tout y est pour rendre la tâche de Gabriel encore plus compliquée. Heureusement, son institution a des moyens, et Gabriel de la suite dans les idées.
Je ne connaissais pas cet auteur, et j’ai donc découvert sa plume avec ce livre. En cherchant un peu dans la bibliographie de l’auteur, j’ai découvert que celui-ci fait suite à d’autres aventures de Gabriel Allon, et donc j’ai loupé quelques raccords par rapport à ces précédentes aventures.
Mais bon, ça, ce n’est qu’un hic. Le personnage est bien bâti, il est rodé, il a ses marques… Je veux dire par là, qu’effectivement, même sans avoir su qu’il y avait d’autres romans, on comprend tout de suite que cet espion n’en est pas à sa première affaire : il a des relations un peu partout dans le monde, il est estimé de sa hiérarchie, il a d’anciens ennemis, et de vieux amis. Bref, c’est un baroudeur qui en a vu d’autres. Il traîne derrière lui des cicatrices de son histoire passée, et son histoire avec sa compagne n’est pas encore bien vieille.
Le plus du livre ? Les explications artistiques. L’auteur explique comment la restauration d’un tableau se fait, il raconte l’histoire de certaines œuvres, explique les circonstances de quelques disparitions,… Cet aspect du roman m’a plu au plus haut point. J’ai savouré avec plaisir cette partie du livre.
Bon par contre, il faut s’accrocher. Parce que tout va hyper vite ! On passe d’une action à une autre, d’un complot à un autre encore plus grand, de risques de plus en plus énormes, bref, une folie d’action en continu.
Pas le temps de se poser, qu’une filature est déjà en route, qu’un dangereux magnat débarque, qu’un assassin fait irruption…
Ce roman se lit à du 300 à l’heure.
Dans l’ensemble, ce livre m’aura plu. Et peut-être même que je me pencherai sur les premières aventures de Gabriel Allon.
Points attribués : 8/10
Je remercie l’édition Mosaïc pour cette lecture remplie d’intrigues.
Petit bonus
La nativité de Caravage
Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :