L’aviatrice de Paula McLAIN

Romans

Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s’installe au Kenya en 1904. Très vite abandonnée par sa mère, elle est élevée par son père – entraîneur de chevaux de course – et par les natifs de la tribu Kipsigi, qui vivent sur les terres paternelles. Cette éducation non-conventionnelle pour quelqu’un de son rang fait d’elle une jeune femme audacieuse et farouche, qui voue un amour sans bornes à la nature sauvage et se moque de la bienséance. De mariages ratés en liaisons contrariées – elle tombe éperdument amoureuse de Denys Finch Hatton, l’amant de l’auteure Karen Blixen –, Beryl va peu à peu s’imposer comme l’une des femmes les plus singulières de son temps. Elle sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d’est en ouest… Avec pour décors les paysages majestueux de l’Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l’histoire d’une femme hors du commun qui n’aspire qu’à être libre.

Edition: Presses de la Cité

Nombre de pages: 452 pages

 

Mon avis :Beryl est arrivé à l’âge de 2 ans au Kenya. Si son père et elle se sont bien installés, sa mère et son frère sont repartis en Angleterre.
Elle grandit donc au contact d’une tribu africaine proche, entourées des chevaux de l’élevage de son père, et loin de ressembler à une jeune fille convenable comme l’entend la société, elle devient une jeune fille avec de l’ambition, de l’amour pour les chevaux et l’envie de mener sa vie comme elle l’entend.
Au lieu de cela, elle se retrouve obligée en quelque sorte de se marier, et se retrouve seule au Kenya.
Cette jeune femme  va choquer la bonne société, mais elle veut atteindre ses objectifs.
J’ai adoré le voyage au Kenya ! Un dépaysement complet, j’ai senti la terre d’Afrique sous mes pieds, j’ai entendu les chevaux, j’ai écouté les chants africains.
J’ai été complètement mise en situations par les descriptions du livre. L’auteur transporte ses lecteurs dans son territoire, à côté des personnages qui vivent dans ces pages.
Le livre est bien écrit, fluide, avec suffisamment de descriptions et d’anecdotes historiques pour que le lecteur puisse se placer correctement dans l’histoire. Les dialogues sont nombreux, les interractions sont bien décrites, et Beryl est désespérément attachante. Si jeune, si vive, et si décidée surtout.
Même en ne lisant pas le livre, je continuais à penser à Beryl et à ses péripéties. Les hauts et les bas de sa vie, ses réussites et ses déceptions, et l’entourage dont Karen Blixen, si célèbre pour son livre La ferme africaine.
En ayant terminé ce livre, et en ayant lu la note de l’auteur, je n’ai eu qu’une envie : faire des recherches sur la véritable Beryl Markham et le livre qu’elle, elle aussi, écrit, mais qui n’a malheureusement pas eu autant de succès que celui de son amie.
Bref, voilà un livre magnifique, que je ne regrette absolument pas d’avoir découvert. Il est magnifique, m’a laissé rêveuse même après l’avoir terminé, et j’ai eu du mal à partir d’Afrique.
C’est un signe que ce livre est un vrai gros coup de cœur pour moi.
Points attribués : 10/10
Je remercie l’édition Presses de la Cité pour cette lecture africaine.
Petit bonus

Denys Finch Hatton
Beryl Marckham
Karen Blixen

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. Plaisir de lire 27/11/2015 6 h 26 min

    Ah oui, ça donne envie !
    Merci pour ton avis 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :