Romans

Le pont des derniers soupirs de Pierre PETIT

 

Edition: Presses de la Cité

Terres de France

Nombre de pages: 329 pages

0 %

Résumé: Par une nuit de tempête de neige, dans un village de Haute-Loire, une douzaine de personnes se mettent à l’abri dans le seul café ouvert. Là, le passé, qu’il soit sulfureux ou romantique, se convoque. C’est un huis-clos sous tension qui attend ces naufragés… 

Il était bien tranquille, Jean-Baptiste Quillet, dans son café du Pont, en ce dimanche d’hiver, à écouter les élucubrations de Kiki, le boulanger, souvent son unique client du jour. Pierpont n’est qu’un village de passage, on le traverse, on n’y reste pas….Rien donc ne serait venu troubler le calme dominical sans la violente tempête de neige qui, en quelques heures, bouche tous les accès à ce village de Haute-Loire. Comme assiégé, le café du Pont devient le refuge d’une cohorte bigarrée de naufragés de la route. On se réchauffe, on se réconforte, on joue une partie de belote…. 

Tout bascule avec l’arrivée d’Hélène, vingt ans, porteuse d’une lettre dont le contenu fait écho à un sombre épisode qui a secoué le pays. 

Dès lors, dans le paisible village de Pierpont, plus rien ne sera comme avant….. 

Merci à l’édition Presses de la Cité pour ce roman

Mon avis: Jean-Baptiste est bien, là où il se trouve. Son petit café, dans un village tranquille de montagne, lui procure la vie sociale dont il a besoin. Il aime sa vie tranquille, après avoir connu les affres des grandes villes. 

Un soir d’hiver, une énorme tempête de neige s’abat sur le petit patelin, et Jean-Baptiste voit arriver au compte-gouttes des rescapés de la route qui ont réussi à monter jusque-là. Se retrouvent, coincées ensemble, différentes générations de différents horizons. Le cafetier a à cœur de fournir à chacun chaleur, lumière et abri.  

La nuit s’installe et avec elle des récits que l’un et l’autre raconte chacun son tour. C’est dans ces circonstances que l’on va faire des découvertes tout à fait hors du commun concernant certaines personnes du village… 

L’auteur nous offre là un huis clos assez particulier. En effet, nous sommes en plein roman terroir, et donc on s’attend à une histoire douce et sympathique. Et c’est le cas, d’une certaine manière, puisque nos personnages sont d’une nature pour l’ensemble calme et guilleret. Mais Pierre Petit y ajoute une bonne dose de retournement de situation. D’abord parce que Jean-Baptiste va découvrir des choses sur son propre passé. Et qu’ensuite, on va découvrir que certains habitants ne sont pas aussi innocents qu’on pourrait le penser de prime abord. 

Ce roman m’a offert le plaisir de découvrir un scénario bien bâti. Le décor est assez rapidement planté puisque l’histoire se passe essentiellement entre les murs du petit café. Les personnages arrivent un peu à la fois, ce qui permet de faire leur connaissance à notre aise. Et enfin, nous faisons des flashbacks, qui permettent de voir l’entiéreté de l’histoire depuis ses débuts. 

J’ai beaucoup aimé la lecture de ce livre. C’était une belle pause. J’aime beaucoup ce genre de huis-clos, parsemé de plusieurs intrigues à suivre. J’ai passé un très bon moment de lecture. 

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :