Nora ou le paradis perdu de Cecilia SAMARTIN

Romans

 Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante.Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s’installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s’apprête à vivre des heures sombres à La Havane.
Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s’accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu’elles continuent d’échanger, Nora comprend que la vie d’Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide.
Mais ce qu’elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu’elle pouvait imaginer…

Edition: Archipel

Nombres de pages: 450 pages

Mon avis: Nora et Cécilia sont nées à Cuba. Elles adorent leurs vies d’enfant: insouciance, plage, haute société, et complicité enfantine.
Elles sont cousines et tout laisse à penser que la vie va leur sourire. Jusqu’à ce Fidel Castro accède au pouvoir. Peu à peu, elles voient leur horizon s’assombrir. A l’adolescence, les choses  se corsent lorsque Cécilia a un coup de foudre pour un jeune homme noir. La famille condamne la chose.
La situation empirant, le père de Nora décide de quitter Cuba avec sa famille pour les Etats-Unis. Les cousines se perdent alors de vues, jusqu’à rétablir un contact, au bout de quelques années, par le moyen de lettres interposées.
Nora et Cécilia sont très attachantes, et diamétralement opposées. Si l’une est sage, l’autre est libérée. Les choses faisant, elles ne pourront pas déteindre l’une sur l’autre.
Sur un fond historique parlant de la révolution à Cuba, que j’ai trouvé très bien décrite, on parcourt les années au rythme des vies des deux jeunes filles.
Deux regards différents pour une même situation: l’une restée à Cuba et vivant donc en plein cette déchéance révolutionnaire, et l’autre exilée aux Etats-Unis, et vivant la chose de l’extérieur.
Ce chassé-croisé de destins m’a vraiment ému. J’étais autant touchée par la vie de Cécilia que par celle de Nora. L’auteur a su rendre ces deux situations complètement différentes, aussi intéressantes l’une que l’autre.
J’ai déjà lu un autre livre de Cécilia Samartin, et comme la première fois, j’ai trouvé dans celui-ci une douceur d’écriture qui m’a vraiment plu. Les choses sont amenées en douceur, et apparaissent pile au bon moment. Le scénario est bien construit et les personnages sont vraiment bien décrits. Tout cela rend la situation très réelle.
C’est donc réussi pour cette fois encore. Cécilia Samartin m’a conquise.

Points attribués: 9/10

Je remercie l’édition Archipel pour cette lecture cubaine.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :