La soupe de Kafka de Mark CRICK

Romans

Si vous alliez dîner chez Marcel Proust, Gabriel marquez, Virginia Woolf, Sade ou encore Raymond Chandler, que vous serviraient-ils ? Mark Crick répond à la question en seize recettes, une série de savoureux pastiches retraçant l’histoire complète de la littérature mondiale. S’inscrivant dans la tradition des Pastiches de Proust et rappelant les Exercices de Styles de Queneau, le livre de Mark Crick est un véritable tour de force.

Edition: Baker Street

Nombre de pages: 160 pages

sMon avis: Tout est dit ou presque dans le résumé que vous venez de lire.
Un auteur, par le biais de différentes recettes, fait renaître le style de différents écrivains connus. Une façon comme une autre de les faire revivre un instant…
Je ne suis pas très fan de ce genre d’exercices, je dois bien l’avouer. Ce style de livre m’ennuie en général. Toutefois, lorsque l’édition Baker Street m’a fait parvenir ce livre, j’ai décidé de jouer le jeu, et de voir ce que cela allait donner.
Bon, le hic, dans tout ça, c’est le risque de tomber sur des plumes que l’on aime pas. Pas de bol pour ce livre, il y en plusieurs qui ne me plaisent pas, voire pas du tout, comme Kafka. C’est un peu au bonheur la chance. 
Heureusement, Charles Dickens fait partie des ressuscités, et il relève la barre, puisque c’est un auteur que j’aime beaucoup.
Le plus drôle de l’ensemble de l’ouvrage, c’est de réussir à créer une histoire, avec le style de l’auteur annoncé, en y incluant une recette. Périlleux, non? Je dois dire que Mark Crick ne s’en sort pas mal du tout. Tout en restant bien présente, la recette s’inclut tout à fait dans chaque histoire. Elle est là, au coin de chaque phrase, attendant l’étape suivante de la préparation.
A côté de cela, les histoires ne sont pas toutes magnifiques. Certains m’ont carrément déconcerté. Mais peut-être est-ce à cause du style adopté que je n’aime pas. 
C’est en tout cas un livre qu’on ne peut classer facilement dans une catégorie bien définie. Si ce n’est celle d’être original.
 

 

Je remercie l’édition Baker Street pour cette lecture culinaire.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :