Afficher : 1 - 6 of 6 Articles
Le temps d'un café

Top 5: Les plus belles romances

Hello mes topinambours!

Je m’installe avec mon café, mon ordi et ma pile de livres pour vous parler du nouveau thème de rendez-vous, proposé par Les tribulations d’une accro à la lecture.

Cette semaine, on cocoone, on s’installe douillettement, avec les 5 plus belles romances.

Je ne lis pas beaucoup de romances à part entière, mais il m’arrive d’en croiser dans d’autres styles de lecture.

Lors d’un vide-grenier auquel il participe pour pouvoir s’acheter la Gibson de ses rêves, Swann a un coup de foudre pour Joanna. Mais un détail lui a échappé : Joanna est en fauteuil roulant. Malgré les doutes et les difficultés que cela implique, les deux adolescents vivent une belle histoire d’amour. Cependant, un jour, Joanna se met à broyer du noir : elle a appris que sa cousine, avec qui elle partage la même passion intense pour la danse, a été acceptée à l’Opéra de Paris. Brutalement, cet événement lui rappelle ses limites : malgré toute sa volonté et son appétit de vivre, certains rêves resteront inaccessibles.

Swann emploie alors toute son énergie pour que Joanna n’abandonne pas son envie de danser, pour de vrai.

Je pensais qu’en me lançant dans ce pacte je risquais seulement ma vie, mais c’est ma raison qui est train de s’envoler.

Je l’ai embrassé, mais ce n’est pas ce qui est le plus déraisonnable.

Ce qui l’est, c’est que j’ai aimé ça.

Le pacte d’Emma de Nine GORMAN

« Bon j’y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D’ailleurs j’ai établi Les Règles :

– Ne me touchez pas sans me prévenir ;

– Ne me traitez pas comme si j’étais idiote ;

– Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;

– Et ne cherchez JAMAIS à me duper.

Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j’en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable. »

Dis moi si tu souris d’Eric LINDSTROM

Samantha McDonough mène la vie sans surprise d’une bibliothécaire sans histoire. Un jour, elle fait une surprenante découverte. Un livre, déniché dans une petite librairie, qui va changer sa vie. Car entre ses pages se cache une lettre vieille de deux cents ans. Une lettre signée par l’une des plus grandes romancières anglaises : Jane Austen.

Voilà Samantha lancée sur la piste d’un manuscrit perdu, dans une course contre le temps, qui va la guider tout droit entre les murs d’un manoir magnifique, et entre les bras de son séduisant propriétaire…

Le manuscrit perdu de Jane Austen de Syrie JAMES

Deux soeurs ne sauraient être plus différentes l’une de l’autre. Elinor, l’étudiante en architecture, privilégie les valeurs de la discrétion et de la modestie. Sa soeur Marianne, quant à elle, est impulsive et elle rêve de devenir artiste.

Mais quand la famille est contrainte de quitter Norland Park, leur maison bien-aimée, leur monde vole en éclats et leurs valeurs sont violemment mises à l’épreuve.

Elinor peut-elle rester stoïque en sachant que l’homme qu’elle aime est dans les bras d’une autre fille ? La foi de Marianne en l’amour sera-t-elle remise en cause par sa rencontre avec le garçon le plus séduisant de la région ? Et dans un monde où les médias sociaux sont l’arbitre de tout, l’amour peut-il triompher des conventions et du scandale ? Cette histoire de passage à l’âge adulte revisitée par Joanna Trollope à l’heure de l’iPod et de Twitter montre que certaines choses ne changent jamais…

Quand Joanna Trollope revisite le classique de Jane Austen dans une version moderne.

Raisons et sentiments de Joanna TROLLOPE

Et vous, quel est votre top 5?

Le temps d'un café

Top 10 : Les meilleurs romans de 2017

Bonjour bonjour mes choux!

Je reviens m’installer pour le premier top 5 de 2018.

Le thème, aujourd’hui, me permet une petite rétrospective. Eh oui, puisqu’il s’agit de nommer les  10 meilleurs romans de l’année 2017. 5?!? Seulement 10?!? Ca risque d’être bien compliqué à choisir! Mais bon, je me suis prêtée à l’exercice.

Voici donc mon top 10

Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne.

Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

La mer en hiver de Susanna KEARSLEY

Une enfant disparue un soir de Noël qui réapparait six ans plus tard. Une famille parfaite qui vole en éclats. Dans Le Cercle Belfond, un domestic suspense à l’anglaise aussi palpitant qu’addictif, dans la lignée des romans de P. D. James et de Lisa Gardner.

En Angleterre, de nos jours.

Emma le sait, il est des passés qui ne s’oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l’inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l’arrivée d’Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible…

Mais le monde d’Emma se fissure lorsqu’une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s’interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l’intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l’adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ?

Que cache la disparue de Noël ?

La disparue de Noël de Rachel ABBOTT

Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de l’existence et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre.

Trois façons d’aimer. Aucune ne semble conduire au bonheur.

Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance.

Accrochées à leurs espoirs face aux tempêtes que leur réserve le destin, avec l’énergie et l’imagination propres à celles qui n’ont plus rien à perdre, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts…

Une fois dans ma vie de Gilles LEGARDINIER

Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent un phénomène mystérieux : ils perdent la mémoire et oublient qui ils sont. Ceux qui n’ont pas consigné leurs souvenirs dans leur journal perdent leur identité et deviennent des parias. Les autres se reconstruisent grâce aux informations qu’ils redécouvrent dans leur journal. Nadia, 16 ans, cache un lourd secret : il y a douze ans, elle n’a pas oublié. Elle se souvient du chaos qui a saisi la cité, tout comme elle se rappelle que son père a falsifié les journaux de sa mère et de ses sœurs pour les abandonner… À l’approche du nouvel Oubli, elle redoute que sa famille soit de nouveau éclatée. Pour éviter cela, elle doit percer le secret de ce phénomène, avant que tout le monde ait oublié.

La cité de l’oubli de Sharon CAMERON

Rochehauh est un village médiéval, perché en montagne, oublié de tous. Seule une navette mensuelle s’y rend pour déposer des vivres aux habitants. Selon un manuscrit crypté, le monastère abandonné recèlerait la prison du diable.

Un sujet parfait pour Victor, journaliste, parti enquêter trois mois plus tôt. Mais le jeune homme disparaît en montagne et la gendarmerie le déclare mort. Victoria, sa compagne, veut comprendre et décide de partir à Rochehauh. Rapidement, elle est obligée d’admettre que quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi lui interdit-on l’accès au monastère ? Quel terrible secret Victor avait-il mis au jour ? Quel est cet inconnu qui la menace ?

Entraînée malgré elle dans une enquête à haut risque, Victoria n’a d’autre choix que de découvrir la vérité. Sa vie en dépend…

Code Victoria de Thomas LAURENT

« Je l’apprécie tellement. Il est si bon, doux et compréhensif… il m’apporte un réel réconfort. » C’est en ces termes que la reine Victoria parla d’Abdul Karim, un Indien de confession musulmane qui fut son confident et son professeur d’urdu durant les dernières années de son règne. En moins d’un an, ce greffier adjoint de la prison d’Agra, âgé de vingt-quatre ans et fraîchement débarqué en Angleterre pour être serviteur lors du jubilé d’or de la reine, devint l’un des hommes les plus puissants de la Cour britannique. La relation intense et controversée qu’ils entretinrent manqua de déclencher une révolte au sein du Palais royal. Abdul n’en resta pas moins aux côtés de la monarque, jusqu’à la fin, usant notamment de son influence lors des premiers mouvements d’indépendance des colonies.

Soigneusement documenté et rédigé dans un style romanesque, ce livre aborde une période méconnue de la vie de la reine Victoria : une amitié extraordinaire et une histoire d’amour inoubliable.

«La gloire est éphémère, seule la renommée est durable.» Près de deux siècles d’histoires d’amour et de beauté, perlés de tant de parfums imaginés, se sont écoulés depuis qu’un jour de 1828 Pierre-François-Pascal Guerlain (1798-1864), parfumeur-chimiste de son état, ouvrit sa première boutique, rue de Rivoli, non loin du très chic hôtel Meurice, à Paris… Son destin avait été scellé bien des années auparavant, dans ce berceau d’odeurs où s’écoula sa petite enfance à Abbeville, auprès de son père, marchand d’épices et potier d’étain. Muscade, cannelle, vanille, poivre venus de terres lointaines avaient fait rêver l’enfant et nourri sa mémoire à jamais. Des velléités d’indépendance, le désir, encore fugace, de se réaliser poussèrent sur la route un jeune homme prêt à tout pour conquérir ses rêves, et qui allait se révéler bientôt en créateur visionnaire, doué d’un génie sans égal pour combiner d’heureuses alliances olfactives… Libre et audacieux, Guerlain suivit son intuition, offrant à une clientèle exigeante des fragrances inoubliables, encloses dans des flacons aussi élégants que raffinés, comme on n’en avait encore jamais vu. Après lui, Aimé, Jacques, Jean-Paul poursuivront l’aventure en la réinventant sans cesse, au point d’incarner le Paris du luxe et de la volupté. Une réussite familiale romanesque, que fait revivre avec talent la plume d’Élisabeth de Feydeau. Une histoire, enfin, où égéries et muses ne manquent pas, qui ont inspiré parmi les grands succès de la Maison «Jicky», «L’Heure Bleue», «Mitsouko», «Shalimar»…

Le roman des Guerlain d’Elisabeth DE FEYDEAU

Si Molly est une belle fille rieuse, sa petite sœur, Meg, à treize ans, se sent terne et sans intérêt. Durant ses vacances à la campagne avec leurs parents, Meg découvre la photographie avec Will.

Bientôt, ce simple divertissement devient sa passion. Mais Molly, elle, semble épuisée, comme éteinte, au moment même où sa sœur prend goût à la vie.

L’existence de Meg va changer, comme joue la lumière de l’été dans un sous-bois…

Cinq centièmes de seconde de Lois LOWRY

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?

Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…

Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultra secrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Inspiré par des découvertes et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d’une science dévoyée, transformée en arme fatale.

Le cri de Nicolas BEUGLET

Étudiante à Seattle, Felicity reçoit un appel : Martha, sa mère, a disparu… Felicity la retrouve à Rome, où Martha s’est enfuie avec des archives familiales.

Martha a en effet découvert une longue lettre écrite par sa propre mère, Deborah, fille d’une diva qui connut son heure de gloire aux débuts du IIIe Reich. Une lettre qui va plonger Felicity dans une quête douloureuse.

Alternant passé et présent, ce roman mêle amour et trahison, colère et culpabilité, péché et expiation, autour d’un secret de famille courant sur quatre générations.

Et vous, quel est votre top 10?

Le temps d'un café

Top 5: L’art et la littérature

Bonjour bonjour les petits pinceaux!!

Les tribulations d’une accro à la lecture nous réunit pour un nouveau thème: l’art et la littérature. Le choix peut être vaste, puisque l’art se retrouve un peu partout!

Cela peut être la musique, le dessin, la photo, la poésie, l’écriture, la couture,… Bref, de quoi vous donner l’embarras du choix!

Voilà mon top 5!

Si Molly est une belle fille rieuse, sa petite sœur, Meg, à treize ans, se sent terne et sans intérêt. Durant ses vacances à la campagne avec leurs parents, Meg découvre la photographie avec Will.

Bientôt, ce simple divertissement devient sa passion. Mais Molly, elle, semble épuisée, comme éteinte, au moment même où sa sœur prend goût à la vie.

L’existence de Meg va changer, comme joue la lumière de l’été dans un sous-bois…

Cinq centièmes de seconde de Lois LOWRY

«La gloire est éphémère, seule la renommée est durable.» Près de deux siècles d’histoires d’amour et de beauté, perlés de tant de parfums imaginés, se sont écoulés depuis qu’un jour de 1828 Pierre-François-Pascal Guerlain (1798-1864), parfumeur-chimiste de son état, ouvrit sa première boutique, rue de Rivoli, non loin du très chic hôtel Meurice, à Paris… Son destin avait été scellé bien des années auparavant, dans ce berceau d’odeurs où s’écoula sa petite enfance à Abbeville, auprès de son père, marchand d’épices et potier d’étain. Muscade, cannelle, vanille, poivre venus de terres lointaines avaient fait rêver l’enfant et nourri sa mémoire à jamais. Des velléités d’indépendance, le désir, encore fugace, de se réaliser poussèrent sur la route un jeune homme prêt à tout pour conquérir ses rêves, et qui allait se révéler bientôt en créateur visionnaire, doué d’un génie sans égal pour combiner d’heureuses alliances olfactives… Libre et audacieux, Guerlain suivit son intuition, offrant à une clientèle exigeante des fragrances inoubliables, encloses dans des flacons aussi élégants que raffinés, comme on n’en avait encore jamais vu. Après lui, Aimé, Jacques, Jean-Paul poursuivront l’aventure en la réinventant sans cesse, au point d’incarner le Paris du luxe et de la volupté. Une réussite familiale romanesque, que fait revivre avec talent la plume d’Élisabeth de Feydeau. Une histoire, enfin, où égéries et muses ne manquent pas, qui ont inspiré parmi les grands succès de la Maison «Jicky», «L’Heure Bleue», «Mitsouko», «Shalimar»…

Le roman des Guerlain d’Elisabeth DE FEYDEAU

Les bateaux reviennent chargés de sardines, les femmes ne ménagent pas leur peine à la conserverie et les petites mains s’agitent à la fileterie. Au port, chacun travaille dur pour apporter de l’argent à la maison et les pêches heureusement sont miraculeuses. Pourtant Angélique aimerait échapper à son destin tout tracé en s’instruisant. La rencontre avec la comtesse de Kéradec, qui l’engage comme apprentie dentellière, va ouvrir les portes de son rêve…

La dentellière de la brume d’ Anne-Marie CASTELAIN

Marnie, petit génie des mathéma-tiques du prestigieux établissement St Libby, a tout de l’élève modèle. Jusqu’au jour où, avec son amie Rachel, elle commet l’irréparable. Pour oublier, elle va noyer son angoisse dans l’alcool.

Juste avant ces événements drama-tiques, elle a fait une rencontre singulière : sa seule raison de vivre, désormais, sera de revoir Freddie Friday, ce garçon qui travaille à l’usine de céréales Shredded Wheat. Ses rêves vont devenir les siens. Mais pour qu’ils se réalisent, elle aura besoin de son professeur de maths, la belle Julie Crewe, autrefois danseuse. Acceptera-t-elle de l’aider ? Aura-t-elle envie de remuer le passé, de se rappeler ce temps où elle était encore capable de danser, avec l’irrésistible et mystérieux Jo à Central Park ?

Freddie Friday d’Eva RICE

L’espoir, Michaela DePrince ne l’a jamais perdu. De son orphelinat en Sierra Leone à sa vie de danseuse à New York, Michaela a toujours cru en son destin. Après avoir perdu ses parents et fui la violence qui faisait rage dans son pays, la petite pikin, âgée de 4 ans et atteinte de vitiligo, se fait adopter par une famille américaine.

Mais sa nouvelle vie n’est pas un long fleuve tranquille. L’apprentie danseuse va devoir redoubler d’efforts pour surmonter les obstacles qui l’empêchent d’atteindre son rêve de toujours : devenir ballerine.

Orpheline n° 27 de Michaela DePrince

Et vous, quel est votre top?

Le temps d'un café

Top 5: Le handicap

Hello les choupis!
Nous commençons cette semaine avec le rendez-vous proposé par Darcy Books. Il a pour but de mettre en lumière 5 livres, sur un thème donné.
Cette semaine, nous parlerons donc du traitement du handicap dans la littérature.
Voici mon top five
« Bon j’y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D’ailleurs j’ai établi Les Règles :
– Ne me touchez pas sans me prévenir ;
– Ne me traitez pas comme si j’étais idiote ;
– Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
– Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j’en ai même rajouté une dernière. Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable. »

À la mort de son père, Charlie Babbitt apprend qu’il est déshérité au profit d’un mystérieux légataire. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre que celui-ci n’est autre que Raymond, alias « Rain Man », un frère oublié, interné dans un hôpital psychiatrique.

Raymond est un autiste, qui vit coupé du monde, incapable d’établir une relation normale avec quiconque. Bien décidé à reprendre sa part d’héritage, Charlie se lance à la recherche de ce frère dont on lui a toujours caché l’existence, l’enlève de l’établissement dans lequel il vit et passe avec lui six jours d’errance qui les conduiront de Cincinatti à Los Angeles en passant par les tables de jeu de Las Vegas. C’est alors qui s’opère une véritable métamorphose dans le coeur de Charlie. Habitué à ne penser qu’à ses intérêts et à manipuler les êtres pour les satisfaire, il découvre auprès de son frère handicapé ce qu’il avait refusé: le besoin d’aimer.

L’histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d’un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l’extérieur. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. Alors l’auteur fait une promesse à sa fille : « tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour. »

Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut pas ajouter de jours à la vie.

« J’ai sonné à la porte de Philippe Pozzo di Borgo pour lui demander un autographe. On était en 1994, il n’était pas encore le seul héros tétraplégique de l’histoire du cinéma, juste un employeur potentiel. Je voulais sa signature pour toucher son chômage. Il a préféré me donner du boulot, tant pis pour moi.

Tant mieux. J’avais vingt ans et quelques, j’étais un petit voyou, je sortais de prison, je ne savais rien faire de mes dix doigts et je ne pensais qu’à m’amuser. J’ai trouvé en lui un jouet grandeur nature. Il était désespéré, il n’avait plus rien à perdre, on a tenté le diable ensemble. Il m’a ouvert les yeux sur un monde que je croyais détester, le monde de ceux qui ont tout. Je l’ai invité dans le mien où l’on ne possède rien…

On n’était pas faits pour s’entendre. On a fini par s’aimer.

Le film « Intouchables » s’est inspiré de nous. Il ne raconte pourtant qu’une infime partie de notre histoire et pas du tout qui je suis. Peut-être un type bien, dans le fond. Peut-être pas. Tout ce qui est sûr, c’est qu’avec moi , on se marre »

Abdel Sellou

« J’ai eu la chance de lire le livre d’Abdel avan tout le monde. J’ai ri, j’ai pleuré… Et j’ai pensé : Abdel, tu m’étonneras toujours… »

Le 5 mars 1994, Philippe Croizon voit son destin basculer pour toujours. Alors qu’il démonte l’antenne de télévision de sa maison, celle-ci touche la ligne à haute tension. Il est électrocuté. Si la première décharge (20 000 volts) le tue sur le coup, la seconde le ramène à la vie. Jusqu’à l’arrivée des pompiers, sa femme et son fils assistent, impuissants, à sa combustion. Lorsque, deux mois après le choc, il se réveille, il est amputé des quatre membres et bardé de tuyaux dans une chambre stérile. Deux  » solutions  » s’offrent à lui : mourir ou décider de vivre. Il choisira de se reconstruire. Pour Jérémy, sept ans, et Grégory, né quelques mois après l’accident. Miracle de la volonté, au terme de cent heures d’anesthésie et d’opérations, Philippe Croizon réussira à marcher, à conduire, et même à refaire de la plongée – son sport favori. Rédigé à l’aide d’un logiciel de reconnaissance vocale, J’ai décidé de vivre revient sur l’incroyable parcours d’un homme qui, après douze ans de combat, n’a pas fini de nous étonner. Ce livre est une incroyable leçon de courage et d’optimisme, la preuve que rien n’est impossible.

Et vous, quel est votre top 5?

Le temps d'un café

Le top 5: New-York, New-York

Bonjour les chatons!
je retrouve mon nouveau bi-mensuel, proposé par Darcy Books. Le plaisir de ce rendez-vous, c’est de pouvoir braquer les projecteurs sur 5 heureux élus, choisis chaque fois sur un thème différent.

Cette fois, il s’agit de New-York!

Alors, pour moi, ce thème aura été ardu. Je me suis rendue compte que ce n’est pas un endroit du globe où je plante régulièrement le décor de mes lectures. En cherchant bien, je suis arrivée à trouver les 5 finalistes.
Andrea, journaliste débutante fraîchement débarquée de province, est engagée comme assistante personnelle de la rédactrice en chef de Runway, un grand magazine de mode new-yorkais. Un job prestigieux que tout le monde lui envie… Sauf que le rêve se transforme vite en cauchemar… Andrea se retrouve propulsée du jour au lendemain dans un univers hostile, peuplé de créatures aux langues fourchues et aux silhouettes acérées. Une drôle de secte dont les dieux ont pour noms Prada, Armani ou Versace…
Miranda, sa patronne, tyrannique et narcissique, la traite comme bonne à tout faire, corvéable à merci et Andrea se retrouve chargée des « missions » les plus improbables : affréter un jet privé pour expédier le dernier Harry Potter aux enfants de Miranda qui vivent en Europe, localiser LA boutique dont Miranda a oublié le nom, mais où elle a repéré le meuble de ses rêves, faire en sorte que les repas de la diva soient toujours servis à l’exacte température… Alors que la poudre aux yeux se dissipe, Andrea commence à comprendre que « le job pour lequel des millions de filles seraient prêtes à mourir » pourrait bien la tuer, elle

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s’intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu’on l’observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu’elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l’envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté…

Dans le Long Island des années vingt, la fête est bruyante et la boisson abondante. Surtout chez Jay Gatsby.
Aventurier au passé obscur, artiste remarquable par sa capacité à se créer un personnage de toute pièce, Gatsby, figure solaire par son rayonnement, lunaire par le mystère qu’il génère, est réputé pour les soirées qu’il donne dans sa somptueuse propriété. L’opulence, de même que la superficialité des conversations et des relations humaines, semblent ne pas y avoir de limites. C’est pourquoi l’illusion ne peut être qu’éphémère.
Parmi les invités de cet hôte étrange se trouve Nick Carraway, observateur lucide qui seul parvient à déceler une certaine grandeur chez Gatsby, incarnation de multiples promesses avortées.
Ce roman visuel qui se décline dans des tons d’or, de cuivre et d’azur, s’impose également comme la chronique d’une certaine époque vouée, telle la fête qui porte en elle son lendemain, à n’être magnifique que le temps d’un air de jazz.

New York. Aéroport Kennedy.
Un homme et une femme se télescopent. En ramassant leurs affaires, Madeline et Jonathan échangent leurs téléphones portables. Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco.
Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

 


31 décembre, New York, pendant la Prohibition.
En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, et l’hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s’arrête pas là : quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l’extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne.
Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l’enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D’un étage à l’autre, questions, dilemmes et révélations s’enchaînent et s’entrechoquent, alors que le meurtrier, lui, continue à échapper aux membres du Cercle Vicieux.

Et vous, quel est votre top 5? Dites-moi tout

Le temps d'un café

Le top 5: les amours impossibles

Bonjour les loups-garous!
Je m’installe avec un nouveau rendez-vous. Mon arrivée sur WordPress m’aura vraiment ouvert un nouvel horizon. Ce qui fait que je voyage beaucoup plus, que je rencontre beaucoup plus de jolis blogs intéressants.
Cette fois, c’est chez Darcy Books que j’ai atterri. Parmi toutes ces publications, je suis tombée sur un rendez-vous qu’elle organise, et qui s’appelle Le top 5 de…, un rendez-vous bi-mensuel permettant de retourner voir mes précieux, de leur accorder un moment sous les projecteurs, selon le thème proposé.
Alors, je me lance…

« Ces livres qui… » est un rendez-vous bimensuel que vous pourrez retrouver le vendredi sur le blog ainsi que chez HarlowIris et Ludo. L’idée de ce nouveau rendez-vous est d’établir des petites listes de recommandations répondant à un thème particulier afin que vous puissiez trouver le roman que vous souhaitez lire.

«J’ai possédé une ferme en Afrique, au pied du Ngong.» Ainsi commencent les souvenirs de sa vie au Kenya d’une jeune aristocrate danoise à la veille de la Première Guerre mondiale. Lorsqu’elle rejoint son mari dans ce pays, Karen Blixen est loin d’imaginer qu’elle y trouvera l’amour avec le mystérieux Denys Finch-Hatton, mais surtout qu’elle sera séduite par le Kenya et ses habitants.

Ce livre m’avait bouleversé. Pour le décor que Karen décrivait, pour cette façon si douce de tout expliquer, pour cette attitude si posée. Un magnifique livre à découvrir.

 

 

 

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

Cette dystopie est vraiment très bien tournée. Un vrai combat d’émotions diverses, qui s’opposent mais qui doivent co-exister. J’avais beaucoup aimé ma lecture.

Depuis le décès de sa mère, rien ne va plus. Senna décide de changer de personnalité. Elle ne fréquente plus les mêmes amis, rentre tard le soir et se fait souvent renvoyer de l’école. Sa relation avec son père se dégrade. Seule tante Eva semble la comprendre et la soutenir dans ces moments difficiles. Mais tout cela n’est rien comparé aux symptômes que Senna ressent depuis quelques mois et qui vont en s’amplifiant : une marque boursouflée et douloureuse s’étale sur son dos, elle a des migraines et fait des cauchemars. Lorsqu’elle commet un énième dérapage, c’est la goutte de trop : son père l’envoie dans un pensionnat en Alaska. Dans sa nouvelle école, elle rencontre un garçon aussi mystérieux qu’effrayant, Ian. Elle apprend à ses côtés que certaines créatures dites « imaginaires » existent réellement. Selon Ian, les symptômes de Senna sont la preuve irréfutable qu’elle n’est pas humaine et subit une métamorphose. Ils cherchent donc tous les deux à découvrir les véritables origines de la jeune fille.

Une quadrilogie qui s’améliore à chaque nouveau tome. Intrigant et prenant, c’est une lecture vraiment agréable.

Une belle histoire d’amour et de mort…  » Ainsi les bardes celtiques résumaient-ils la plus tendre et cruelle légende qu’ils aient jamais racontée : celle de Tristan et Iseult. La liaison adultérine d’une très jeune reine, l’indestructible fidélité de son amant, les atermoiements d’un roi harcelé par les intrigues de ses barons : l’auteur du Grand Vizir de la nuit, prix Femina 1981 et d’Un amour fou, prix des Maisons de la Presse 1991, s’est laissée emporter par cette histoire éblouissante et tragique, d’une audace insoupçonnée, dans un récit à la fois scrupuleusement fidèle au mythe et adapté à la sensibilité d’aujourd’hui.

Le véritable roman médiéval, à l’amour impossible mais poétique. De quoi faire palpiter tous les coeurs!

 

 

 

Si jamais vous avez connu le véritable amour, et que , pour une raison ou une autre, il ne s’est pas concrétisé, vous comprendrez pourquoi les lecteurs de monde ont été si touchés par ce petit livre, un premier roman d’un auteur inconnu, et qu’ils en ont fait un best seller.

« Le pont de madison » est l’histoire de Robert Kincaid, le photographe à l’esprit indépendant venu photographier les ponts du comté de Madison, et Francesca Johnson, simple femme au foyer à l’esprit romanesque,et leur rencontre parle au coeur de tous les hommes et de toutes les femmes et nous montre ce que c’est d’aimer et d’être aimé si intensément que la vie n’est plus jamais la même après.

Douce, tendre, et émouvante, cette histoire a tout pour plaire!
%d blogueurs aiment cette page :