In my mailbox

In my mailbox (339)

 

Coucou les amis!

Voilà notre rendez-vous du dimanche!

C’est le jour où je vous montre toutes les futures belles lecture que j’ai reçu durant la semaine.

C’est parti!

Cadeaux d’anniversaire

Récit bouleversant, description édifiante de la vie de tous les jours dans l’intimité d’une « okiya », avec ses cérémonies, ses coutumes, ses fêtes et ses jeux. On y entend des histoires de plaisirs, de chagrins, de courage aussi, qui éclairent sous un jour nouveau ce monde fermé sur lequel l’Occident ne cesse de s’illusionner.

Moscou. Miles Lord, avocat américain et spécialiste de l’histoire russe, découvre un texte manuscrit remettant en cause toutes ses certitudes concernant l’histoire « officielle » de la mort des Romanov. Lorsque Miles devient la cible d’une chasse à l’homme, il n’aura d’autre choix pour sauver sa peau que d’élucider les énigmes entourant la mort de la famille impériale.

La Confrérie de l’épée marque le retour de lord John Grey, gentleman et homme d’épée émérite, et de James Fraser, highlander, tous deux présents dans la célèbre saga  » Le Cercle de pierre « .

1758. Lord John Grey est victime d’un infâme chantage. Un inconnu menace de raviver un douloureux scandale en rendant publiques des pages du journal intime de son défunt père, le duc de Pardloe.

Dix-sept ans auparavant, celui-ci s’est suicidé, accusé d’avoir participé à un complot jacobite. Alors qu’il est envoyé combattre eux côtés des Prussiens sur le front rhénan et qu’il est pris dans les rets d’une sulfureuse liaison, lord John Grey doit débrouiller l’écheveau du passé tout en affrontant les démons du présent. Des champs de bataille aux salons mondains londoniens, le jeune homme part en quête de vérité.

La clef du mystère se trouve peut-être entre les mains de James Fraser, prisonnier jacobite qui confronte lord John Grey au choix ultime : sauver son honneur ou sa propre vie.

Roman historique doublé d’une intrigue policière captivante, La Confrérie de l’épée fait revivre avec panache l’Angleterre du XVIIIe siècle et s’inscrit dans la lignée des grandes fresques dont Diana Gabaldon a le secret.

Netgalley

À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

La commode aux tiroirs de couleurs signe l’entrée en littérature d’Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies familiales et tourments de l’Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l’exil.

Netgalley

Rouleaux à pâtisserie, louches en bronze, photographies d’Amalfi et de Sorrente : bienvenue à la Trattoria Napolitana, l’un des restaurants les plus réputés d’Argentine, temple des légendaires sorrentinos. Une comédie familiale exotique, qui nous confirme que la cuisine est un remède à presque tout !

Près d’un siècle s’est écoulé depuis que la famille Vespolini a quitté l’Italie pour s’installer à Mar del Plata en Argentine, et y ouvrir une trattoria près de la plage. Très vite, les Vespolini ont contribué de manière singulière à la culture de leur pays d’adoption en inventant les sorrentinos, des pâtes fourrées que l’on mange à présent partout là-bas.

Leur recette, transmise de génération en génération, est jalousement gardée par Chiche, le plus jeune des fils Vespolini, amateur de cinéma, de porcelaine italienne et de grandes conversations. Si l’on vient à la trattoria pour se régaler, on y vient aussi pour ses inoubliables anecdotes de fin de repas et son franc-parler. À sa table se succèdent frères, sœurs, cousins, amis, employés et clients, et tout ce petit monde parle d’amours durables, de profondes solitudes, de trahisons, de rêves de côtes lointaines et même de prophéties.

Comme dans les meilleures comédies à l’italienne, tout se mélange et se confond dans cette Savoureuse Histoire des sorrentinos : les rires et les larmes, le destin d’une famille et d’un pays, la vie croquée par les deux bouts et un fabuleux héritage.

Et vous, qu’avez-vous découvert?

Commentaires

13/06/2021 à 9 h 23 min

Diana Gabaldon, je ne peux qu’approuver !

Très belles lectures 🙂



13/06/2021 à 8 h 47 min

Bonnes lectures 🙂



Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :