Romans

Le tourbillon des illusions de Marie-France Desmaray

Rose a l’âge des espoirs fous et des exaltations du cœur. Mais, en 1939, l’étudiante infirmière de Winnipeg n’échappe pas aux bouleversements de la guerre. Et si c’était l’occasion de retrouver la France, terre de ses origines ? 

Elle embrasse la vie avec fougue, Rose. L’étudiante infirmière nourrit de belles ambitions, au grand dam de sa mère, Louise, Française émigrée au Canada dans les années 1920. 

En septembre 1940, la jeune femme, qui veut participer à l’effort de guerre, défie la colère maternelle en s’engageant au sein d’une organisation paramilitaire à Montréal, puis comme infirmière à Londres. 

Deux rencontres vont bouleverser sa vie et malmener son cœur : Andrew, séduisant professeur d’université, et Robert, un Québécois dont elle tombe follement amoureuse. 

De Winnipeg aux îles de la Madeleine et jusqu’en Angleterre, Rose traversera de nombreuses épreuves. 

Un retour aux sources en Vendée, terre de ses ancêtres, en compagnie de sa mère lui donnerat-il, enfin, les réponses qu’elle attend ? 

Le portrait initiatique d’une héroïne intense et courageuse. 

6/10

385 pages

Merci à l’édition Presses de la Cité 

Mon avis: Rose est vive, virevoltante même. En ces années d’avant guerre, elle veut être maîtresse de sa vie, en avance sur son époque. 

Mais la guerre qui débute en Europe lui importe beaucoup. Elle décide de contribuer à l’effort de guerre, en travaillant comme infirmière.  

Mais parfois, la vie elle-même décide de tracer son chemin comme elle l’entend. Et Rose devra faire avec… 

Ce roman est une suite indépendante des Amants de la Rivière Rouge. Un livre qui m’avait un peu déçue lors de sa lecture.  

Nous retrouvons Rose, devenue adulte, en compagnie des personnages que nous avions déjà connus dans le précédent tome.  

Comme pour le premier opus, l’impression d’avoir survolé plutôt qu’exploré cette période historique est là. Nous avons rarement eu l’occasion de découvrir le vécu de ces expatriés français, devenus canadiens, face au désastre qui anéantit leur pays d’originie. Bien que ce soit abordé, bien sûr, je n’ai pas vraiment ressenti de profondeurs. 

Le personnage de Rose m’a régulièrement irritée. Elle se montre instable, intolérante, et infantile. Cela peut paraître dur, mais c’est en tout cas ce que j’ai ressenti. 

Au final, je ne suis donc pas plus convaincue que lors de ma lecture précédente. Dommage. 

À propos de l’auteur

aufildespages chroniqueuse littéraire

Donnez moi votre avis