L’oubliée de la ferme des brumes de Corine JAVELAUD

Romans

 En 1936 dans une ferme du Limousin, Colombe, 15 ans, vit avec ses frères : Silvère, qui aspire à devenir prêtre, et Marceau, un homme violent. Ce dernier la troque contre une somme d’argent à Anselme Varet, qui recrute pour l’atelier de dentelles de sa cousine à Bellac. Détestée par sa nouvelle patronne Hélène, Colombe doit se battre pour se faire une place.

Edition: City

Nombre de pages: 284 pages 

Mon avis: Colombe a 15 ans, et depuis la mort de ses parents et bien qu’elle soit la plus jeune, elle s’occupe de maintenir à flot la ferme familiale et de s’occuper de ses deux frères. Mais entre des difficultés financières, un frère fragile et un autre violent et alcoolique, elle ne peut arriver à des miracles.
C’est alors que l’horizon s’ouvre. Anselme Varet vient la chercher pour l’engager dans un atelier de dentelles. Le départ est ardu, compliqué et fatigant. Mais Colombe en a vu d’autres, et elle préfère baisser la tête et tenir bon plutôt que de retourner d’où elle vient.
Colombe passe les années, celles de guerre et d’après. Elle grandit, voit et entend beaucoup de choses, murit. D’une jeune fille fragile, l’auteur en fait une femme forte.
La trame de l’histoire est belle. Les secrets, les non-dits, et les drames familiaux remplissent les pages. On voit défiler les années comme dans un kaléidoscope. C’est beau… et frustrant à la fois.
Pourquoi? Parce c’est trop peu, presque 300 pages pour une histoire de ce genre!!! Il me manque des détails, du corps, de la profondeur. C’est comme si j’avais caressé la surface d’un aquarium de la main, sans avoir apprécié les poissons qui y habitent…
Et c’est dommage, vraiment dommage, parce que j’aurais aimé rester un peu plus longtemps dans l’univers de Colombe. J’aurais voulu découvrir certains secrets qui sont restés ensevelis.
Du coup, je reste sur ma faim. Une drôle sensation en refermant le livre: l’impression de ne pas avoir tout vu, tout entendu, d’avoir loupé quelque chose….
Points attribués: 7/10
Je remercie l’édition City pour cette lecture en clair-obscur.
Il vous tente?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez moi votre avis

%d blogueurs aiment cette page :